Un djihadiste lié à Daesh développerait un réseau terroriste depuis une prison turque

Abu Hanzala, qui a un lourd passé d'infractions terroristes, est condamné à 12 ans de prison pour avoir dirigé Daesh en Turquie
atalayar_abu hanzala

REUTERS/OSMAN ORSAL  -   Halis Bayancuk, un religieux turc arrêté à plusieurs reprises car soupçonné d'aider Al-Qaïda. Bayancuk, également connu sous le nom d'"Abu Hanzala", a averti Ankara qu'elle devait jouer un rôle plus actif dans la lutte menée par les États-Unis contre Daesh.

Halis Bayancuk, un djihadiste qui a encouragé de nombreux jeunes à rejoindre Al-Qaïda et Daesh, développerait un réseau terroriste depuis une prison turque, selon le site Nordic Monitor. Halis Bayancuk, nom de code Abu Hanzala, est condamné à 12 ans de prison pour avoir dirigé Daesh en Turquie. En 2007, il a été pris pour cible par la police turque pour avoir prêché des opinions radicales similaires à celles d'Al-Qaida.

Nordic Monitor note également que les autorités turques sont au courant des plans et des actions d'Abu Hanzala. En fait, selon le site d'investigation, le groupe de Hanzala a augmenté ses opérations avec une nouvelle société appelée Ecir Kapısı Hizmet Eğitim ve Kültür Derneği (Association pour l'éducation et la culture). Cette association caritative, créée en avril 2019, aide la cellule à lever des fonds.

L'Association pour l'éducation et la culture a été approuvée par le ministère turc de l'intérieur et est désormais répertoriée comme une organisation active en Turquie. Il lève des fonds en devises étrangères et en lires turques en utilisant la banque Kuveyt Türk, dirigée par des associés proches du président turc Recep Tayyip Erdogan. L'organisation possède des antennes dans plusieurs provinces turques, notamment à Diyarbakir, Bursa, Van et Koyna. Dans cette dernière région, la maison d'édition du groupe vend des livres contenant des articles radicaux et des sermons d'Abu Hanzala.

atalayar_terrorismo turquia
PHOTO/ARCHIVO - Militantes travaillant pour le groupe Abu Hanzala en Turquie
Un passé de crimes terroristes

Abu Hanzala a passé quatre ans en Égypte, mais a dû fuir lorsque les autorités égyptiennes ont commencé à persécuter son groupe. Il s'est ensuite installé en Turquie, où il s'est impliqué dans le réseau turc d'Al-Qaïda. Cette cellule djihadiste était dirigée par Habip Akdas, qui a organisé les attentats à la bombe de 2003 contre le consulat britannique et deux synagogues à Istanbul. Akdas a été tué dans une frappe aérienne américaine en Irak.

Après la mort d'Akdas, Abu Hanzala a commencé à diriger le groupe. En 2008, il a été arrêté avec 35 autres personnes soupçonnées d'avoir organisé les attentats à la bombe contre des synagogues. Selon un texte juridique du bureau du procureur turc publié par Nordic Monitor, Hanzala était le principal suspect dans le complot terroriste. Jusqu'à son arrestation définitive en juin 2017, il est fréquemment entré et sorti de prison. Pendant ses périodes de liberté, il s'est rendu à Gaziantep, une province turque proche de la frontière syrienne, pour rencontrer des militants djihadistes.

atalayar_abu hanzala
PHOTO/ARCHIVO - Abu Hanzala et sa femme sous escorte policière

L'une de ses nombreuses arrestations a eu lieu en janvier 2014, lors d'un raid turc contre Al-Qaïda. L'enquête qui a suivi a montré que le réseau d'Hanzala était lié au transfert de combattants étrangers et turcs vers la Syrie. Des terroristes du Pakistan et d'Afghanistan ont également participé à cette opération. Par la suite, en juillet 2015, il a mené une manifestation contre l'État turc critiquant la démocratie et appelant à un pays basé sur la loi islamique (charia). Abu Hanzala a également été un inspirateur de l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie, Andrei Karlov, qui a été assassiné en décembre 2016. Mevlüt Mer Altintas, qui a abattu l'ambassadeur, avait effectué une recherche approfondie sur YouTube concernant les actions de Hanzala. Altintas a fait un geste de main djihadiste après avoir commis le meurtre, déclarant également avoir agi en raison de l'intervention russe en Syrie pendant la guerre civile.

Concernant les actions de la Turquie en Syrie, Hanzala a également mis en garde Erdogan. "Je pense que la Turquie pourrait en pâtir", a déclaré le djihadiste. "Si vous rejoignez l'Occident dans sa guerre, vous perdrez toute légitimité aux yeux des peuples du Moyen-Orient", a-t-il averti.

Le lien de Hanzala avec le radicalisme pourrait provenir de son père, Haci Bayancuk, qui a participé à l'assassinat d'un chef de la police turque à Diyarbakir. Au cours de l'enquête, Bayancuk a été accusé d'appartenir à la faction turque du Hezbollah.

atalayar_grupo-hanzala
PHOTO/ARCHIVO - Le groupe Abu Hanzala dans un communiqué de presse critiquant le gouvernement le 11 juillet 2021

Depuis la montée en puissance de Daesh au Moyen-Orient, la Turquie lutte contre le terrorisme en Syrie, ce qui lui a coûté de nombreuses attaques sur son territoire. Ankara, la capitale, a été la principale cible des attaques. Maintenant que le groupe djihadiste n'est plus aussi organisé qu'il y a quelques années, les forces turques poursuivent leur campagne contre les cellules liées à Daesh. En mai, les autorités turques ont affirmé avoir arrêté un terroriste prétendument proche du chef de Daesh, Abou Bakr al-Bahdadi, qui a été tué lors d'une opération américaine en 2019. Les services secrets turcs (MIT) l'ont arrêté à Istanbul, où il est arrivé avec un faux passeport. Depuis 2020, plus de 2 000 personnes ont été arrêtées pour leurs liens avec le groupe terroriste.