Un nouvel horizon géopolitique après l'arrivée des Talibans

La montée en puissance des talibans met sur la table une nouvelle carte d'alliances qui pourrait compliquer davantage les relations au Moyen-Orient.
china-rudia-putin-xi jinping

AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO  -   Le président russe Vladimir Poutine, au centre droit, et le président chinois Xi Jinping, au centre gauche, entrent dans une salle pour des entretiens au Kremlin à Moscou, le 5 juin 2019.

Depuis que les Talibans ont commencé à gagner du terrain en Afghanistan, on savait que s'ils arrivaient au pouvoir, la situation géopolitique de toute la région changerait complètement, et c'est ce qui s'est passé.

Le Moyen-Orient ajoute un nouveau casse-tête à la mêlée géopolitique qui, depuis des années, fait de la région l'une des plus - sinon la plus - instables du monde. L'arrivée au pouvoir des talibans ouvre, sans surprise, un large éventail de possibilités pour de nombreux pays, tout en ayant des conséquences inquiétantes pour la quasi-totalité du monde. Des accords avec la Chine ou la Russie à l'accueil des réfugiés par l'Union européenne. De nombreux fronts ont été ouverts après l'arrivée des talibans, et pratiquement tous doivent encore être fermés.

Dès le moment où la prise de Kaboul est devenue une réalité, deux superpuissances se sont positionnées favorablement en vue de la reconnaissance prochaine du nouveau gouvernement taliban. Moscou et Pékin ont clairement exprimé leurs positions à un moment où l'Occident était, à juste titre, plus préoccupé par l'évacuation de l'ensemble du personnel des ambassades, des traducteurs et des autres travailleurs diplomatiques. En conséquence, la Chine a rapidement manifesté son soutien total aux talibans et a même proposé de participer à la reconstruction du pays.

wan xi-minitro-exteriores-china-presidente
PHOTO/ISAC NOBREGA/PRESIDENCIA DE BRASIL - Le président chinois Xi Jinping (g.) et le ministre des Affaires étrangères Wang Yi

Les Chinois ne veulent pas investir dans un pays en proie à des troubles permanents - ils ne semblent pas concentrer leurs efforts au bon endroit, si telle est leur priorité - et ils maintiendront donc leur soutien aux Talibans tant que leurs investissements seront sécurisés et que le pays ne deviendra pas une base pour les terroristes de toute la région. Pékin craint particulièrement que le pays asiatique ne devienne un refuge pour les Ouïgours, un groupe ethnique plus radical avec lequel il est fortement en désaccord. Il y a plusieurs années, des membres du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) ont organisé et planifié certaines des pires attaques que le géant asiatique ait connues. Et ce sont précisément eux qui constitueraient une menace majeure pour les intérêts chinois s'ils parvenaient à se réfugier dans le corridor de Wakhan.

Aussi risqué que cela puisse paraître, les Talibans sont la meilleure chance pour les Chinois de maintenir leurs investissements. La montée de l'extrémisme dans la région, notamment dans des pays comme le Pakistan, où de nombreux secteurs ont célébré la victoire des talibans, est ce qui inquiète le plus le président chinois Xi Jinping. Fin juillet, le gouvernement chinois a reçu au Tadjikistan une délégation de talibans dirigée par Abdul Ghani Baradar. La victoire des extrémistes étant un scénario de plus en plus probable, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a appelé à la protection et à la sécurité de ses investissements et de ses citoyens dans le pays, qui lui confère désormais un avantage considérable sur les autres pays.

talibanes-afganistan
AP/ZABI KARIMI - Sur cette photo de fichier du 15 août 2021, des combattants talibans prennent le contrôle du palais présidentiel afghan après la fuite du président Ashraf Ghani, à Kaboul, en Afghanistan. Avec le retrait des États-Unis d'Afghanistan, la Chine a vu se réaliser ses espoirs de réduire l'influence d'un rival géopolitique dans ce qu'elle considère comme son arrière-cour.

La Chine sera cruciale pour l'avenir de la région, mais elle ne sera pas le seul pilier de sa force. Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), a noté que "le Pakistan est le grand gagnant, car il est le sponsor des Talibans". Par ailleurs, le Premier ministre pakistanais Imran Jan a célébré la prise de Kaboul par les talibans, déclarant que "les Afghans ont brisé les chaînes de l'esclavage". Il ne faut pas oublier que Jan lui-même a été l'un des personnages clés de la médiation pakistanaise pour faciliter les pourparlers de paix entre les talibans et l'administration Trump, qui se sont conclus en 2020 par l'accord sur le retrait des troupes étrangères d'Afghanistan.

presidente-pakistan-khan
AP//B.K BANGASH - Le premier ministre du Pakistan, Imran Khan

Le rôle du Pakistan dans les questions relatives au terrorisme a toujours été double. D'une part, ils étaient un proche allié des États-Unis dans la lutte mondiale contre les terroristes, mais en même temps, ils étaient eux-mêmes responsables d'avoir caché sur leur territoire Oussama Ben Laden, l'ancien chef d'Al-Qaïda et cerveau des attentats du 11 septembre. La façon dont elle a traité les talibans était également double. À l'intérieur de ses frontières, elle a combattu la branche pakistanaise des talibans - Tehreek-e-Taliban Pakistan, qui a mené des attaques dans le pays - tout en aidant et en soutenant les talibans afghans.

Comme indiqué au début, la question clé va bien au-delà des liens idéologiques. La feuille de route du Pakistan suit des étapes dictées par ses intérêts géopolitiques. Gabriel Reyes, directeur de projet du Centre international pour la paix de Tolède (CITPax) et chercheur et expert du Cidob sur la région, affirme que l'un des objectifs qu'Islamabad a toujours eu en s'ingérant dans les terres afghanes est d'avoir un allié puissant dans son conflit avec l'Inde : "L'Afghanistan donne au Pakistan une profondeur stratégique dans son conflit avec l'Inde", a-t-il déclaré à La Vanguardia.

baradar-lider-taliban
AFP/ KARIM JAAFAR - Sur cette photo d'archive prise le 29 février 2020, le cofondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, prend la parole lors de la cérémonie de signature de l'accord entre les États-Unis et les talibans à Doha.

Reyes lui-même estime que "leurs principaux intérêts (ceux de la Chine) se situent au Pakistan, où ils ont investi massivement dans le cadre de leur initiative "Belt and Road"". Mais il ne faut pas oublier les immenses richesses de l'Afghanistan, que la Chine est naturellement désireuse de mettre en valeur. Les ressources minérales de l'Afghanistan sont un autre argument pour que les Chinois jouent un rôle important dans ce conflit. Le fer, le cuivre, le chrome, le zinc, le plomb et le marbre, ainsi que les pierres précieuses et les matériaux clés pour la technologie, tels que le lithium et le cobalt, font partie des ressources les plus précieuses du sol afghan.

La Chine n'est pas le seul pays à garder un œil sur l'évolution de la situation à Kaboul. Vladimir Poutine est un autre des personnages à surveiller - comme dans presque toutes les zones de conflit dans le monde. Moscou semble être plus à l'aise avec les talibans au pouvoir qu'avec Ghani. C'est du moins ce qu'a déclaré l'ambassadeur russe en Afghanistan, Dmitry Zhirnov, reflétant ainsi l'intérêt de la Russie à resserrer les liens avec les alliés historiques d'Al-Qaida. M. Zhirnov a qualifié de "bonne, positive et pratique" l'approche adoptée par les talibans dans les premières heures qui ont suivi l'occupation de la capitale. Dans le même ordre d'idées, le ministère russe des affaires étrangères a annoncé qu'il maintiendrait son ambassade à Kaboul opérationnelle, tout comme les Chinois.

putin-rusia
PHOTO/GRIGORY SYSOEV/SPUTNIK via AP - La Russie unie du Kremlin se présentera aux élections législatives du 19 septembre, considérées comme une partie importante des efforts de Poutine pour consolider son gouvernement avant la prochaine élection présidentielle de 2024.

Les aspirations du président russe en Afghanistan sont de tenir à distance les menaces frontalières. La raison de la collaboration du Kremlin avec les talibans au cours de la dernière décennie, bien qu'il ait qualifié les rebelles d'"organisation terroriste" il y a près de 20 ans (en 2003). Les plans de la Russie visent à minimiser les capacités américaines en Asie centrale et à définir son agenda. Il s'agit d'un nouveau chapitre de la bataille géopolitique que la Russie et la Chine mènent depuis des années contre les Américains et qui, comme nous le constatons, est loin d'être terminée et s'étend aux quatre coins du globe.

Cependant, les pays voisins doivent également être pris en compte. L'un des plus importants - ainsi que le plus dangereux - est l'Iran. Les plus de 900 kilomètres de frontière qu'ils partagent avec l'Afghanistan représentent un risque important, d'autant plus que l'Iran est majoritairement chiite, alors que les talibans sont sunnites - pour compliquer encore la situation. En tout état de cause, les relations entre la République islamique et les talibans ne sont pas tout à fait claires. Malgré des différences majeures, Téhéran a admis avoir accueilli des délégations de radicaux sunnites dans le passé. Le sentiment anti-occidental semble les unir et, dans une situation aussi délicate, l'Iran tentera de défendre à tout prix ses intérêts dans le pays.

aeropuerto-kabul-afganistan
PHOTO/ 1er Teniente Mark Andries/Cuerpo de Marines de EE.UU. vía AP - Des soldats affectés à la 82e division aéroportée escortent un groupe de personnes dans le terminal de l'aéroport international Hamid Karzai à Kaboul, Afghanistan, lundi 23 août 2021.

Ebrahim Raisi, le nouveau président iranien, a déclaré que "la défaite et le retrait des États-Unis en Afghanistan devraient être l'occasion de rétablir la vie, la sécurité et la paix en Afghanistan". Sans afficher un soutien ferme aux talibans, il commence à montrer ses cartes et à faire comprendre qu'un rapprochement avec les extrémistes est possible, même s'il existe des différences abyssales entre les deux. Ce n'est pas une surprise, mais la lutte contre l'Occident restera une priorité.

Et c'est précisément l'Iran qui se trouve dans une situation délicate dans un autre aspect important de ce conflit : la crise des réfugiés. C'est une chose qu'elle partage avec son voisin - et ennemi - la Turquie. Les dirigeants de Recep Tayyip Erdogan sont les autres protagonistes de cette bataille d'échecs qui se joue sur un échiquier rempli de pions afghans luttant pour échapper à l'enfer des talibans. Il convient de rappeler que les deux pays comptent déjà un grand nombre de réfugiés - 3,6 millions en Turquie et un peu moins de 3,5 millions en Iran. En outre, les tensions pourraient s'accroître fortement entre les populations turque et iranienne, qui ont déjà exprimé à plusieurs reprises leur dégoût face à l'afflux incessant de réfugiés.

erdogan-turquia
PHOTO/PRESIDENCIA TURCA via AP - Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan

Erdogan a été très clair dès que la question des réfugiés a été mise sur la table : "La Turquie n'a pas le devoir, la responsabilité ou l'obligation d'être l'entrepôt de réfugiés de l'Europe". Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), jusqu'à 400 000 Afghans ont été déplacés de force en 2021, dont une partie seulement a pu quitter le pays. Ces dernières semaines, des dizaines de réfugiés afghans ont atteint le territoire turc en traversant la frontière avec l'Iran, bien que la Turquie "n'ait aucune obligation d'être un refuge sûr" pour eux, selon les propres termes du président ottoman.

En outre, il y a deux pays qui, pour le moment, maintiennent un certain degré de prudence dans ce scénario de crise. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont deux acteurs clés dans tout ce qui se passe dans la région du golfe Persique. Il est vrai que tous deux ont établi des liens avec le régime taliban entre 1996 et 2001, mais il est également vrai que tous deux ont retiré leur soutien après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et le refus des talibans de remettre Oussama ben Laden à son pays d'origine. C'est précisément pour cette raison que le retour bienvenu des talibans par des groupes armés présents dans le Golfe, comme Al-Qaïda dans la péninsule arabique, ou par des factions palestiniennes et d'autres considérées comme "ennemies", comme le Hezbollah chiite libanais, a mis en garde l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui cherchent à être un point de référence pour le monde musulman.

kabul-aeropuerto-refugiados-afganistan
AFP PHOTO / SAMUEL RUIZ / US MARINE CORPS - Las familias comienzan a abordar un Boeing C-17 Globemaster III de la Fuerza Aérea de los Estados Unidos durante una evacuación en el Aeropuerto Internacional Hamid Karzai, Kabul, Afganistán, 23 de agosto de 2021

"Les porte-parole saoudiens conditionnent leur relation (avec les talibans) au fait que l'Afghanistan n'accueille pas de groupes qui utilisent des armes pour promouvoir le changement, sur la base d'une interprétation extrémiste des textes islamiques qui font des territoires et des civils saoudiens des cibles légitimes", a déclaré à Efe l'analyste politique saoudien Ali Bawazeer. Il s'agit, après tout, de la même préoccupation que la Chine, dans son cas, en raison d'investissements dans les terres afghanes qu'elle entend protéger à tout prix. Pour leur part, les EAU ont accueilli le président afghan Ashraf Ghani et participent au processus d'évacuation des étrangers et des Afghans de la capitale afghane, en coordination avec les États-Unis, et ont l'intention d'accueillir jusqu'à 5 000 personnes qui seront ensuite transférées vers des pays tiers.

La clé sera maintenant de savoir comment le nouveau gouvernement taliban, qui, du moins jusqu'à présent, n'a pas été reconnu par Washington ou l'Union européenne, commence à établir des contacts. Dans les deux cas, la clé serait de ne pas trop agiter une situation déjà complexe. Sinon, ceux qui devraient être ses plus grands partisans - la Russie et la Chine - pourraient percevoir une instabilité qui n'est dans l'intérêt de personne et qui chamboulerait le plan économique de Pékin. Le jeu sur le sol afghan semble ne faire que commencer, et les pièces les plus importantes ont déjà fait connaître leurs intentions. C'est maintenant au tour des talibans eux-mêmes et des pays voisins d'agir avec prudence sous l'œil vigilant des géants du continent.