Un rapport de l'ONU dénonce le « racisme structurel » contre des travailleurs migrants au Qatar

Le pays du Golfe traite les personnes originaires d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud moins bien que les autres nationalités et a déjà été accusé de mauvaises conditions de travail pour les travailleurs étrangers
Des travailleurs migrants travaillant sur un chantier de construction le 3 octobre 2013 à Doha, au Qatar

PHOTO/AFP  -   Des travailleurs migrants travaillant sur un chantier de construction le 3 octobre 2013 à Doha, au Qatar

Le Qatar continue à faire l'objet de plaintes internationales contre le traitement des personnes qui viennent de l'étranger pour travailler sur le territoire qatari. L'accent est maintenant mis sur le récent rapport des Nations unies qui sera présenté au Conseil des droits de l'homme (CDH) de cet organisme international.  

L'ONU a souligné « de sérieuses préoccupations concernant la discrimination raciale structurelle à l'égard des non-nationaux » dans la nation qatarie, selon un récent rapport très critique sur la question qui sera présenté au CDH de l'ONU dans le courant de la semaine.  

Le rapport de Tendayi Achiume, rapporteur spécial des Nations unies sur le racisme, est alarmant car il souligne qu'il existe au Qatar un véritable « système de castes de facto basé sur l'origine nationale, selon lequel les nationalités européennes, américaines, australiennes et arabes bénéficient systématiquement d'une plus grande protection des droits de l'homme que les nationalités d'Asie du Sud et d'Afrique subsaharienne ».

Los trabajadores migrantes enfrentaron abusos que en algunos casos equivalían a trabajos forzados mientras trabajaban en un estadio que albergará partidos de fútbol para la Copa Mundial de 2022 en Qatar, según un nuevo informe publicado por Amnistía Internacional, el jueves 31 de marzo de 2016
AP/MAYA ALLERUZZO - Les travailleurs migrants ont été victimes d'abus qui, dans certains cas, s'apparentent à du travail forcé lorsqu'ils travaillent dans un stade qui accueillera les matchs de football de la Coupe du monde de 2022 au Qatar, selon un nouveau rapport publié par Amnesty International le jeudi 31 mars 2016

Un autre aspect différenciateur est le niveau des salaires des travailleurs. Dans la monarchie du Golfe, les personnes à faible revenu sont beaucoup plus mal traitées que les étrangers plus aisés ; on y rencontre même une exploitation et une discrimination graves à l'encontre des personnes d'autres pays et d'une condition plus humble.  

Environ deux millions de travailleurs migrants sont employés dans ce pays du Moyen-Orient. Au sein de ce groupe, la grande majorité des travailleurs à bas salaire sont originaires d'Asie du Sud et d'Afrique de l'Est et de l'Ouest. Quelque 18 500 personnes sont employées pour construire les stades de la Coupe du monde qui se tiendra au Qatar en 2022, mais des dizaines de milliers d'autres sont employées pour des projets liés à l'événement, notamment la construction, l'hébergement et la sécurité.

Le rapport des Nations unies indique que les travailleurs à faible revenu continuent de souffrir de graves discriminations et d'exploitation, près de dix ans après que la Fédération internationale des associations de football (FIFA) ait accordé au Qatar le statut d'hôte de la prochaine Coupe du monde en 2022. Le non-paiement des salaires, les conditions de travail dangereuses, le profilage racial par la police et le refus d'accès à certains espaces publics font partie du catalogue des abus décrits dans le rapport.  

Una foto tomada el 20 de diciembre de 2019 muestra una vista del Estadio Lusail de Qatar, en construcción, a unos 20 kilómetros al norte de la capital, Doha
AFP/GIUSEPPE CACACE - Une photo prise le 20 décembre 2019 montre une vue du stade Lusail du Qatar, en construction, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale Doha

En outre, comme le rapportent les Nations unies, de graves plaintes ont également été reçues par le passé concernant les conditions de travail déplorables des travailleurs étrangers, notamment en ce qui concerne la construction d'installations pour la Coupe du monde de la FIFA, dans une période difficile comme celle que nous traversons actuellement avec le fléau de la pandémie du COVID-19.

Des médias tels que Foreign Policy ont déjà signalé que la surpopulation dans les zones insalubres d'un grand nombre de ces travailleurs dans des zones isolées à la périphérie des centres urbains et le manque de moyens et d'équipements de protection constituaient un risque sérieux pour les différents travailleurs en termes de possibilité de contagion par le coronavirus.

En fait, récemment, des cas ont été diagnostiqués comme positifs chez ces travailleurs et même certains décès, ce qui a déclenché toutes les alarmes quant à une possible propagation de l'agent pathogène parmi ce groupe affecté et le reste de la population.  

Vista general en la apertura de la 44ª sesión del Consejo de Derechos Humanos de las Naciones Unidas, el 30 de junio de 2020, en Ginebra
AFP/FABRICE COFFRINI - Vue générale à l'ouverture de la 44e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, 30 juin 2020, Genève

Revenant sur le sujet du rapport, son auteur, Tendayi Achiume, a déclaré que le Qatar « doit faire davantage la lumière sur les défis persistants et complexes qui sapent le respect de ses obligations internationales » ; étant donné les soupçons persistants sur le traitement des non-nationaux sur le territoire arabe.  

Le texte indique que de nombreux travailleurs à faible revenu ont peur d'aller en justice pour dénoncer des abus de travail en raison des « déséquilibres profondément ancrés dans le système de parrainage ». En outre, les travailleurs fuyant des employeurs abusifs sont considérés comme des « fugitifs », selon le rapport. 

Dans le système dit « kafala », les travailleurs ne peuvent pas changer d'emploi sans l'autorisation de leur employeur parce qu'ils sont sous le système du parrainage. Les plans de l'État visant à l'abolir, annoncés par les dirigeants qatariens en octobre 2019, n'ont pas encore été mis en œuvre.  

Pour sa part, le gouvernement qatari a annulé une visite du rapporteur spécial des Nations unies sur l'esclavage prévue en janvier, peu après la publication des résultats préliminaires du rapport.

Pendant ce temps, sur la question brûlante de l'organisation de la Coupe du monde (sur laquelle des enquêtes judiciaires sont en cours concernant des pots-de-vin présumés pour l'attribution de son organisation), la FIFA n'a pas reconnu la discrimination raciale décrite par Achiume dans une déclaration au The Guardian. L'instance dirigeante du football international a indiqué qu'elle travaille avec ses partenaires pour « une expérience de tournoi inclusive pour tous et une position ferme contre toute forme de discrimination ». 

Enfin, le rapport souligne certaines « réformes » à envisager par le comité d'organisation de la Coupe du monde au Qatar, mais constate que « de sérieux défis subsistent ».