Un rapport de l'ONU met en garde contre les graves effets du changement climatique en Afrique

Quelque 56 % des côtes de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, comme le Sénégal et la Côte d'Ivoire, sont en train de s'éroder rapidement
Abdalla Hamdok, premier ministre

PHOTO/REUTERS  -   Presa municipal en Sudáfrica

La crise climatique menace d'avoir de graves répercussions en Afrique, où la hausse des températures, l'augmentation du niveau des mers et la fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes menacent la santé et la sécurité de millions de personnes, met en garde une étude publiée aujourd'hui par les Nations unies.

Le rapport annuel sur l'état du climat en Afrique, publié par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence des Nations unies, note par exemple que l'élévation du niveau de la mer sur les côtes orientales de l'Afrique dépasse cinq millimètres par an, soit plus que la moyenne mondiale de trois à quatre millimètres.

En outre, 56 % des côtes de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, comme le Sénégal et la Côte d'Ivoire, sont en train de s'éroder rapidement, avertit l'étude, qui prévoit également "des effets dévastateurs sur la production agricole et la sécurité alimentaire".

Les sécheresses, les parasites et les inondations affecteront 13 % des rendements agricoles en Afrique occidentale et centrale, 11 % dans le nord du continent et 8 % dans l'est, prévient l'étude, qui prévoit des effets particulièrement néfastes sur les cultures de riz et de blé.

Recuerdos de una vida como corresponsal
PHOTO/AFP-Conséquences du changement climatique

L'étude souligne également une augmentation des maladies dues au réchauffement climatique, par exemple le paludisme, du fait que les moustiques qui en sont porteurs sont de plus en plus capables de vivre dans les zones élevées d'Afrique de l'Est.

Dans ce rapport, l'OMM estime que les effets économiques négatifs que le réchauffement climatique pourrait avoir sur l'Afrique pourraient se traduire par une réduction de 2,2 à 12,1 % du PIB du continent si la température moyenne augmentait de un à quatre degrés, avec des effets plus graves dans la zone équatoriale.

La recherche souligne qu'en 2019, le continent a subi des catastrophes climatiques comme le cyclone Idai, qui a provoqué des centaines de milliers de personnes déplacées dans les pays du sud-est (Mozambique, Zimbabwe, Malawi, Madagascar), tandis que la Corne de l'Afrique et le Sahel ont subi diverses inondations.

"Le changement climatique affecte de plus en plus le continent africain, frappant plus durement les plus vulnérables et contribuant à l'insécurité alimentaire et au déplacement des populations", a conclu le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, en présentant le rapport.

Il a rappelé que ces derniers mois, l'Afrique a également été touchée par des infestations de criquets pèlerins, qu'elle pourrait maintenant souffrir de la sécheresse en raison de l'influence du phénomène La Niña, et que le coût humain et économique de ces catastrophes et d'autres a été aggravé par la pandémie COVID-19.