PUBLICIDAD

Marruecos

Unanimité sur l'entrée de l'Ukraine dans l'Union européenne

Le sommet des ministres européens des Affaires étrangères, quelques jours avant la réunion des présidents et premiers ministres de l'UE-27, s'est terminé par un consensus complet sur le statut de candidat de l'Ukraine et de la Moldavie
atalayar-ursula-von-der-leyen-zelenski-erunidos-ucrania-union-europe-adhesion

PHOTO/JANIS LAIZANS  -   Mme Von der Leyen remet au président Volodymir Zelenski le questionnaire à remplir par l'Ukraine, première étape de la demande d'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

L'Ukraine se rapproche de plus en plus du statut de pays candidat à l'adhésion à l'UE. Une réalité qui est devenue évidente lors du premier sommet de l'UE-27, après la recommandation de la Commission européenne, vendredi dernier, de lancer le processus d'adhésion de l'Ukraine et de la Moldavie à l'UE. La candidature de la Géorgie était toutefois soumise à la nécessité économique et industrielle de "s'unir politiquement et de concevoir une voie claire vers les réformes structurelles et vers l'Union européenne", selon la présidente de l'exécutif européen, Ursula Con der Leyen. 

Le sommet de lundi, qui a réuni tous les ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg, a été l'occasion pour les Vingt-sept de démontrer leur unité - sur le plan technique - face à l'entrée de l'Ukraine dans l'UE, conformément aux recommandations de la Commission du vendredi 17 juin. 

atalayar-adhesion-ucrania-uniion-europea-banderas-sede-union-europea
REUTERS/YVES HERMAN - Photo d'archive. Drapeaux de l'Union européenne devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, en Belgique, en août 2020

"Compte tenu de ce qui se passe en Europe, l'unité est la chose la plus importante, et c'est pourquoi nous pensons que la proposition de la Commission est équilibrée", a déclaré le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, mettant de côté les réticences qui avaient caractérisé Amsterdam jusqu'à présent. 

Il est fort probable que cette unanimité serve à donner le ton des négociations entre les présidents d'Etat et de gouvernement en vue du sommet du Conseil européen des jeudi 23 et vendredi 24 juin. Une réunion au cours de laquelle les dirigeants des 27 États membres de l'UE auront le dernier mot sur le lancement de ce que le secrétaire d'État français aux affaires européennes, Clément Beaune, a décrit comme un processus d'adhésion "exigeant et long", pour lequel l'unanimité est essentielle.

atalayar-francia-union-europea-clement-baune-adhesion-ucrania
REUTERS/BENOIT TESSIER - Le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune

"C'est un moment historique où nous devons tous réfléchir à ce que nous serons dans les années à venir si nous prenons la mauvaise direction", a prévenu Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères, qui a tenté de donner de la force à l'Union en soulignant qu'elle "se développe toujours dans les moments les plus difficiles". Le "consensus total" vanté par le Français Beaume s'est même matérialisé par le soutien de l'ultra-nationaliste hongrois Viktor Orbán qui, après une conversation téléphonique avec Zelenski, a annoncé qu'il soutiendrait les aspirations de l'Ukraine à rejoindre l'Union. 

L'Union a un "impératif politique, stratégique et moral" avec Kiev, a déclaré la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, tandis que l'Espagne a qualifié le rapport de l'exécutif européen de "positif et équilibré", et que la République tchèque - qui s'apprête à prendre la présidence tournante de l'Union - a prévenu que le peuple ukrainien "meurt pour les valeurs européennes", et se sentirait abandonné par la Russie s'il était rejeté par l'UE. 

Toutefois, le processus d'adhésion de l'Ukraine et de la Moldavie ne serait pas sans conditions. Malgré la reconnaissance des progrès réalisés par les deux pays, "la nécessité de consolider les réformes et d'assurer leur mise en œuvre" - dans le système judiciaire, la lutte contre la corruption et la protection des minorités - reste un préalable, a déclaré Mme Von der Leyen. "Le processus montre que c'est le pays lui-même qui a les choses en main, qu'il y ait des progrès, une stagnation ou des reculs", a expliqué Mme. Baerbock. 

atalayar-josep-borrell-ue-union-europea-representante-ucrania
REUTERS/JOHN THYS - Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, en Belgique

Dans ce contexte, le Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s'est montré optimiste, prédisant une approbation unanime pour l'Ukraine et la Moldavie, car il n'a "entendu personne s'y opposer". 

Une autre alternative ?

Dans le même temps, et bien que Paris soutienne fortement la candidature ukrainienne, le chef de l'Élysée, Emmanuel Macron, a également travaillé sur la proposition de créer une "communauté politique" qui se distingue du projet d'intégration européenne. Une initiative que le secrétaire d'État français aux affaires européennes a défendue lors du sommet ministériel et qui, malgré les critiques, viserait à engager des actions "non pas alternatives, mais complémentaires, additionnelles" afin de "maintenir la perspective européenne" au cas où le processus d'adhésion prendrait trop de temps. 

Les Balkans ne tombent pas dans l'oubli
atalayar-banderas-macedonia-norte-albania-union-europea-candidatos-adhesion
AFP/ROBERT ATANASOVSKI - Photo Image. Un homme passe devant des drapeaux albanais, européens et nord-macédoniens sur un marché de Skopje, en 2020

L'Allemagne, la Slovénie et l'Autriche, quant à elles, ont appelé à des progrès dans le processus d'élargissement de l'UE dans la région des Balkans occidentaux, où la Macédoine du Nord et l'Albanie attendent toujours le début des négociations. Pour cette raison, la réunion du jeudi 23 sera également suivie par les deux pays afin d'approuver de manière prévisible l'ouverture des pourparlers. 

Toutefois, ces candidatures bloquées devront faire face au blocus de la Bulgarie, qui exige que la capitale macédonienne de Skopje reconnaisse qu'elle a une histoire, une langue et une identité communes avec Sofia.