PUBLICIDAD

Iberdrola

Une attaque djihadiste au Mozambique fait 20 morts

Des hommes armés soupçonnés d'être des djihadistes ont décapité une vingtaine d'hommes et d'adolescents qui participaient à une cérémonie d'initiation dans le nord du Mozambique
Après des années d'attaques djihadistes, le nord du Mozambique reste assiégé

AFP/ADRIEN BARBIER  -   Après des années d'attaques djihadistes, le nord du Mozambique reste assiégé

Le massacre a eu lieu en début de semaine dans la région nord de Cabo Delgado. La police mozambicaine a retrouvé lundi les corps mutilés d'au moins cinq adultes et 15 adolescents dispersés dans une forêt du district de Muidumbe.  

« La police a été alertée par des habitants du quartier qui ont trouvé les corps dans la forêt », a déclaré un fonctionnaire du district voisin de Mueda, comme le rapporte Le Figaro. « C'étaient des jeunes qui étaient venus participer à une cérémonie d'initiation, entourés de leurs aînés », a déclaré le fonctionnaire, en demandant leur anonymat.  

La région est une cible pour les djihadistes qui y opèrent. Ils ont attaqué, pillé et incendié plusieurs villages dans les régions de Muidumbe de Magaia, Nchinga, Namacunde, Março, Muatide et Muambula. 

Au moins 5 adultes et 15 adolescents ont été décapités par des personnes soupçonnées de djihadisme. L'attaque a eu lieu alors que les victimes participaient à une cérémonie d'initiation. Jusqu'à présent, aucune déclaration officielle n'a été faite par les autorités, mais certains observateurs se disent surpris par cette attaque attribuée aux insurgés islamistes affiliés à la Province centrafricaine de l'État islamique (ISCAP).  

En esta foto de archivo tomada el 24 de agosto de 2019 una casa destruida en la aldea atacada de Aldeia da Paz en las afueras de Macomia
Sur cette photo d'archive prise le 24 août 2019, une maison détruite dans le village attaqué d'Aldeia da Paz, dans la banlieue de Macomia

La région de Cabo Delgado est à prédominance musulmane, mais dans la région de Makonde, où le massacre a eu lieu, la population est majoritairement chrétienne.  

C'est dans cette province riche en hydrocarbures, située à la frontière avec la Tanzanie, qu'ils opèrent depuis trois ans. Les insurgés islamistes opérant dans la région ont déjà attaqué, pillé et brûlé plusieurs villages de la région.  

Ils sont actifs dans la région de Cabo Delgado depuis trois ans, attaquant des villes et des villages dans le but de semer la terreur et d'établir un califat.  Selon l'ONG américaine Armed Conflict Location & Event Data group, ces djihadistes ont causé au moins 2 000 morts et le déplacement de plus de 400 000 personnes depuis 2017. 

Ce serait donc un acte de tuer, de terroriser et non de recruter comme cela s'est déjà produit. Début avril, par exemple, cinquante-deux jeunes hommes de la même province ont été abattus ou décapités. Ils avaient refusé de rejoindre les rangs des islamistes.  

D'autres villages ont été attaqués, pillés et brûlés depuis l'arrivée de ces djihadistes en 2017. Les agresseurs ont enlevé un nombre inconnu d'enfants dans la région de Nchinga. Les raids visent également à recruter de force des jeunes des villages pour rejoindre les rangs des djihadistes.

En esta foto del folleto proporcionado por el Programa Mundial de Alimentos el martes 22 de septiembre de 2020, la gente espera para recoger los paquetes de alimentos en la provincia de Cabo Delgado, Mozambique
PHOTO/Falume Bachir/Programme alimentaire mondial - Sur cette photo tirée de la brochure fournie par le Programme alimentaire mondial le mardi 22 septembre 2020, des personnes attendent de collecter des colis alimentaires dans la province de Cabo Delgado, au Mozambique

Les attaques sur les villages de Muidumbe, telles que rapportées par RFI, pourraient être une riposte à l'offensive des forces de défense et de sécurité au début de la semaine dernière contre la principale base terroriste, un complexe de camps connu sous le nom de « Base syrienne » dans le district de Mocimboa da Praia.

Plus de 400.000 personnes ont fui la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, selon les estimations du gouvernement la semaine dernière. Ayant fui les attaques continues des groupes armés et les actions militaires des forces mozambicaines, les personnes déplacées sont maintenant confrontées à de sérieux risques sanitaires. La violence djihadiste dans la province de Cabo Delgado a également mis en danger les cultures, forçant des milliers d'agriculteurs à fuir en raison des attaques terroristes, selon Médecins Sans Frontières.  

Les combats, qui ont commencé en octobre 2017, ont continué à s'intensifier, forçant près d'un cinquième de la population de la province à fuir et détruisant l'accès aux soins de santé et aux autres services publics. MSF a dû suspendre ses activités médicales à Mocimboa da Praia en mars 2020 et à nouveau en mai en Macomia après une attaque des insurgés dans laquelle le centre de santé où MSF travaillait a été pillé et brûlé. On estime que plus de 20 centres de santé locaux ont été détruits pendant le conflit.