Une attaque fait 48 morts et 97 blessés dans la région du Darfour occidental au Soudan

La violence tribale entre les communautés arabe et africaine se poursuit
Le personnel d'entretien qui fait partie de la mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) monte la garde

AFP/ASHRAF SHAZLY  -   Le personnel d'entretien qui fait partie de la mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) monte la garde

Une offensive des milices dans l'Etat du Darfour occidental au Soudan a tué au moins 48 personnes et en a blessé 97, a rapporté dimanche l'agence de presse d'Etat soudanaise SUNA, et l'Union médicale du Darfour occidental l'a confirmé dans un communiqué.

L'attaque a commencé samedi dans la ville de Geneina et a été une véritable tragédie avec près de 50 morts et près de 100 blessés. La note officielle de la Western Darfur Medical Union indique que les travailleurs de la santé ont travaillé pour fournir des soins médicaux aux victimes malgré la pénurie de fournitures et de personnel infirmier.

"Des milices armées ont profité de l'incident et ont attaqué Geneina de toutes parts", a déclaré l'organisation, ainsi que le camp de Kreinding pour personnes déplacées situé à proximité, d'où une vague de personnes arrive maintenant dans la ville, comme l'a noté SUNA. L'association médicale a accusé la milice de pillage et de violation des droits de l'homme.

Dans ce scénario, un appel urgent a été lancé pour renforcer les installations sanitaires et fournir un transport armé pour amener le personnel médical aux centres de santé gouvernementaux et privés.

La déclaration officielle a souligné que le personnel médical a besoin d'aide pour atteindre les blessés et les personnes touchées dans les zones de combat, ainsi que pour livrer des fournitures médicales aux installations qui hébergent les blessés. Il a également précisé que plusieurs personnes avaient besoin d'une opération chirurgicale urgente dans les hôpitaux en raison du manque de personnel et de moyens. 

L'attaque est survenue quelques semaines seulement après que les forces de maintien de la paix de l'ONU ont commencé à se retirer de la région, où la violence s'intensifie, en particulier après qu'un membre de la tribu Masalit ait poignardé un membre d'une tribu arabe, selon une déclaration de l'Association du Barreau du Darfour. 

Des incidents similaires se sont produits au Darfour depuis le début du conflit en 2003, lorsque le gouvernement d'Omar al-Bashir, évincé, a armé diverses milices pour aider à réprimer une révolte.

Miembros de la misión de la Unión Africana en Darfur (UNAMID) en el campamento de Zamzam para desplazados internos en Darfur del Norte
AFP/ASHRAF SHAZLY - Membres de la Mission de l'Union africaine au Darfour (MINUAD)

Samedi, le gouverneur du Darfour occidental a déclaré l'état d'urgence, autorisant l'usage de la force pour stabiliser la situation et imposant un couvre-feu. Bien que l'armée ait commencé à se déployer, l'association du barreau a déclaré que le commandant de la région n'avait pas répondu aux directives du gouverneur de l'état. 

Le couvre-feu imposé dans l'État du Darfour occidental, à la frontière du Soudan avec le Tchad, est intervenu après que des dizaines de personnes aient été tuées lors d'affrontements entre deux tribus, deux semaines seulement après la fin du mandat de la mission de maintien de la paix de l'ONU.

"Le couvre-feu prend effet ce samedi jusqu'à nouvel ordre et comprend la fermeture de tous les marchés et l'interdiction de se réunir dans toutes les parties de l'État", a annoncé le gouverneur du Darfour occidental, Mohamed Abdallah, dans une note officielle. La décision visait à "imposer l'ordre et la stabilité, à étendre le prestige de l'Etat et à restaurer la tranquillité dans la ville", ajoute la déclaration.

Depuis que la violence a éclaté à Geneina vendredi, des dizaines de personnes ont été tuées et blessées lors d'affrontements tribaux entre Arabes et communautés d'origine africaine. 

Ces derniers incidents surviennent quelques semaines seulement après la fin du mandat de la mission de maintien de la paix des Nations unies au Darfour (MINUAD), le 31 décembre. La mission a été déployée au Darfour en 2007 au milieu d'une guerre civile sanglante qui a fait plus de 300 000 morts entre 2003 et 2008, selon l'ONU elle-même, et dans laquelle se sont affrontées des tribus arabes et africaines, la première utilisée par Khartoum contre des habitants qui dénonçaient la discrimination du gouvernement central.

Après la chute du régime d'Omar al-Bachir lors d'un coup d'État favorisé par l'armée suite à des protestations citoyennes massives face à la situation sociale et politique difficile, un processus politique a eu lieu qui s'est conclu par l'accord au Soudan entre le Conseil Souverain dirigé par Abdel Fattah al-Burhan et le gouvernement provisoire du Premier ministre Abdalla Hamdok afin de mener à bien une transition démocratique dans le pays avec pour objectif final la tenue d'élections. Bien que la violence continue dans certaines régions du pays, en particulier dans la région conflictuelle du Darfour.

Depuis le coup d'État qui a destitué le président Omar al-Bachir le 11 avril 2019, le Soudan est en plein processus de transition démocratique. Après des mois d'intenses négociations, un gouvernement de transition dirigé par un premier ministre civil, Abdalla Hamdok, a été convenu avec la plateforme civile Forces pour la liberté et le changement, initiant une période de trois ans pendant laquelle militaires et civils se partageraient le pouvoir jusqu'à la tenue d'élections. 

El primer ministro de Sudán, Abdalla Hamdok
PHOTO/REUTERS - Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok

Malgré cela, la violence est restée une constante dans la région, en particulier au Darfour occidental, où les combats ont entraîné le déplacement de milliers de citoyens au-delà des frontières nationales. 

Le 23 décembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a décrété que la mission de la MINUAD devait quitter définitivement le Soudan après 13 ans. Cette décision a été prise après la signature de l'accord de paix en octobre dernier avec les deux principaux dirigeants des groupes armés toujours actifs au Darfour. Le conflit au Darfour a débuté en 2003 et la mission des Nations unies et de l'Union africaine en 2007, suite à l'explosion de violence des groupes armés et de l'État. Du 1er janvier 2021 au 30 juin de cette année, il y aura une phase transitoire au cours de laquelle une partie des troupes et du personnel de police de la mission restera sur le terrain pour sécuriser la zone. 

Parallèlement à l'annonce du départ de la MINUAD, la mission UNITAMS a été mise en place le 3 juin avec pour mandat de veiller à ce que le processus de transition prenne le relais. Plus précisément, selon le texte de la déclaration du Conseil de sécurité, la mission UNITAMS aura les objectifs suivants : "Aider à la transition politique, (...) à la protection et à la promotion des droits de l'homme et d'une paix durable ; (...) aider à la consolidation de la paix, à la protection des civils et de l'État de droit, en particulier au Darfour et dans les deux zones et soutenir la mobilisation de l'aide économique et de l'aide au développement ainsi que la coordination de l'aide humanitaire". 

Il est prévu que pendant les six mois de retrait de la MINUAD, la mission UNITAMS sera opérationnelle, sinon un vide sécuritaire pourrait survenir. Il semble que la mission UNITAMS ne sera pas prête avant la fin de 2021. Le gouvernement soudanais devra donc faire un plus grand effort pour maintenir la sécurité, surtout pendant les mois où il n'y a pas de mission de soutien des Nations unies sur le terrain.