Une femme élue pour la première fois au poste de maire de Casablanca

Nabila Rmili était jusqu'à présent déléguée du ministère de la Santé à Casablanca
Nabila Rmili

 -   Nabila Rmili

La ville de Casablanca, considérée comme la capitale économique du Maroc, sera gouvernée pour les cinq prochaines années, pour la première fois de son histoire, par une femme après l'élection lundi de Nabila Rmili comme maire de la ville.

Rmili, 47 ans, jusqu'à présent délégué du ministère de la Santé à Casablanca, appartient au parti libéral du Rassemblement national des indépendants (RNI), grand vainqueur des élections générales et municipales du 8 septembre au Maroc, dont le président, Aziz Akhannouch, a été chargé par le roi Mohammed VI de former un gouvernement.

Au total, 105 conseillers municipaux ont voté en faveur de Mme. Rmili, tandis que 18 autres ont soutenu son rival, Abdelsamad Hiker, du parti islamiste Justice et développement (PJD), qui préside le gouvernement sortant, et sept abstentions.

Le nouveau gouvernement municipal de Casablanca, qui compte plus de trois millions d'habitants, sera composé des partis RNI, Authenticité et Modernité (PAM), Istiqlal (PI) et Union Constitutionnelle (UC).

Aziz Akhannouch
Aziz Akhannouch

Rmili, médecin de formation, est la deuxième femme à être élue maire d'une grande ville du Maroc, après Fatima Zahra Mansouri, pionnière de la mairie de Marrakech lors de la législature de 2009 à 2015 et qui vient d'être réélue maire de cette station touristique.

Le Maroc pourrait avoir des femmes maires dans ses trois principales villes si Asmaa Rhlalou est finalement élue maire de Rabat, la capitale du pays.

Le vote de Rhlalou devait avoir lieu lundi mais, selon des sources municipales, il a finalement été reporté sine die car les différents partis ne sont pas parvenus à un accord sur sa nomination.