Une joueuse de volley-ball afghane décapitée par le nouveau régime taliban

Mahjabin Hakimi, joueuse du club de volley-ball de la municipalité de Kaboul, a été tuée il y a plus d'un mois et sa famille a été contrainte de ne pas parler
jugadora-voleibol-afganistán

 -  

Un réseau social afghan a publié les images de la mort de la joueuse de volley-ball Mahjabin Hakimi. Le média a publié le contenu de la gorge de la jeune femme tranchée. Bien que les images aient été publiées il y a quelques heures seulement, sa mort est survenue le 13 août de cette année, alors que la révolution était à son apogée et que les talibans étaient sur le point de prendre la capitale du pays. La presse a appris ces détails de l'entraîneur du club de volley-ball de la municipalité de Kaboul, où jouait Hakimi. La chef d'équipe a utilisé le pseudonyme de Suraya Afzali, afin qu'elle ne puisse pas être identifiée, et a contacté le Persian Independent. La femme a affirmé que personne n'avait été en mesure de signaler sa disparition ou son décès, la famille de la jeune fille étant contrainte de ne pas parler.

Afzali a également déclaré au journal persan que la situation des joueuses dans le sport est en danger. D'une part, les Talibans recherchent depuis longtemps des athlètes féminines et, par exemple, en volley-ball, seules deux femmes représentent le pays. L'entraîneur a déclaré que "toutes les joueuses de l'équipe de volley-ball et le reste des athlètes féminines sont dans une mauvaise situation, effrayées et désespérées de ce qui pourrait arriver. Ils ont tous été contraints de voyager et de vivre dans des endroits qu'ils ne connaissent pas".

Grâce à la BBC, nous avons pu entendre le témoignage de Zahra Fayaci, une athlète qui a pu s'échapper à temps, et avoir un accès complet à la situation que vivent les femmes en Afghanistan. "Les talibans ont dit aux familles de ne pas laisser les femmes faire du sport, sinon ils répondraient par la violence. Beaucoup d'entre eux ont tellement peur qu'ils ont même brûlé leurs kits et tout ce qui concerne le sport", explique l'Afghane.

Jugadora de voleibol de AfganistánDepuis août de cette année, les talibans ont pris le pouvoir dans le pays. Dès qu'ils ont pris le pouvoir, ils ont commencé à porter atteinte aux droits de l'homme et à la liberté d'expression, ce qui, aujourd'hui encore, constitue un danger pour la population de ce pays asiatique. De nombreux citoyens ont même dû se résoudre à fuir leur domicile, laissant leur vie derrière eux. Mais ce sont les femmes et les filles qui sont les plus touchées par ces violations des droits. Depuis la dernière fois que les talibans ont été au pouvoir, entre 1996 et 2001, les femmes ont été soumises à diverses formes d'humiliation, que ce soit en raison de leur type de vêtements, du fait d'être seules dans la rue, etc. et ont été punies par des lapidations, des passages à tabac en pleine rue, des exécutions sur des places et des condamnations à mort. Ils n'ont pas non plus eu le droit d'étudier ou de voter. Dès la chute du gouvernement précédent, ces droits ont été progressivement rétablis, y compris d'autres droits tels que le droit de gérer une entreprise, d'étudier à l'université, etc. 

Mais depuis la fin du mois d'août, les femmes craignent à nouveau pour leurs droits. L'une d'entre elles est l'interdiction de travailler, car sous le régime précédent, elles n'étaient pas autorisées à se rendre sur leur lieu de travail et ne pouvaient que se résigner à être des femmes au foyer. Seuls ceux qui travaillaient dans les hôpitaux étaient autorisés à se rendre au travail. Une autre mesure prise par le gouvernement dans les années 1990 a été d'interdire la scolarisation des filles de plus de 8 ans, ainsi que la séparation des garçons et des filles afin qu'il n'y ait pas de coéducation. Et à ce jour, on ne sait toujours pas quand les femmes pourront reprendre leur place dans les écoles, le régime taliban ayant seulement déclaré qu'à partir du 17 septembre, les hommes pourraient reprendre leur vie scolaire. Cette situation a fait que des familles, se retrouvant dans la pauvreté, ont dû employer des jeunes filles pour joindre les deux bouts. Des représailles ont également été exercées contre les femmes qui faisaient partie de l'ancien gouvernement, dont la plupart ont dû fuir ailleurs, contre la police et même contre les femmes juges, qui ont été menacées tant par les talibans que par les prisonniers libérés par le régime le 15 août. Bien qu'ils aient tenté de manifester, les talibans ont violemment réprimé toutes les protestations. 

L'Afghanistan est en train de devenir un pays qui viole les droits de l'homme, en particulier ceux des femmes et des filles, et les Nations unies et les organisations mondiales de défense des droits de l'homme doivent faire quelque chose pour garantir la liberté des droits et la liberté d'expression du peuple afghan.