PUBLICIDAD

Marruecos

Une profonde fissure au sein du Parlement tunisien

L'opposition a remis en cause la dérive de Rached Ghannouchi, tandis que le président du Parlement a qualifié d'« inconstitutionnels » les appels de l'opposition à la dissolution de la Chambre
Le président du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, s'exprime lors d'une réunion à Tunis le jeudi 3 octobre 2019

AP/HASSENE DRIDI  -   Le président du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, s'exprime lors d'une réunion à Tunis le jeudi 3 octobre 2019

Tension absolue à l'Assemblée des représentants du peuple tunisien après la session convoquée par l'opposition qui a servi à remettre en cause les liens du président du parlement et leader du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, avec les Frères musulmans, groupe considéré comme terroriste par plusieurs pays, et avec des nations comme la Turquie et le Qatar, qui provoquent la déstabilisation de la Libye voisine par le soutien militaire et mercenaire du gouvernement d'entente nationale (GNA, par son acronyme en anglais) dirigé par le Premier ministre Fayez Sarraj.  

Rached Ghannouchi a critiqué les propositions de l'opposition visant à dissoudre le Parlement comme étant « confuses et inconstitutionnelles », dénonçant une prétendue tentative de saboter les institutions de l'Etat et de perturber les intérêts du peuple tunisien.

Une session parlementaire s'est matérialisée hier et a été menée par le Parti de la libre destination (PDL), dirigé par l'avocat Abir Moussi. En fait, le PDL a organisé une manifestation devant le Parlement contre la figure de Rached Ghannouchi.  

La líder del PDL, Abir Moussi, saluda con la mano mientras asiste a la primera sesión del Parlamento después de las elecciones de octubre, el 13 de noviembre de 2019, en la capital tunecina, calificándola de inconstitucional
AFP/FETHI BELAID - Le leader du PDL Abir Moussi salue la première session du Parlement après les élections d'octobre, le 13 novembre 2019 dans la capitale tunisienne, la qualifiant d'anticonstitutionnelle

Le leader d'Ennahda a accordé une interview à la chaîne publique Al-Jazeera au Qatar, dans laquelle il a dénoncé une campagne orchestrée contre lui et sa formation : « Les campagnes d'incitation et les illusions inventées sur les manifestations en Tunisie, propagées par des médias étrangers suspects, sont la preuve indiscutable des tentatives de sabotage de l'expérience tunisienne ». M. Ghannouchi a souligné la gravité des attaques de l'opposition visant à retirer la confiance au Parlement et a fait référence aux règles qui existent pour ce type de procédure : « En ce qui concerne les appels à la destitution du gouvernement ou au retrait de la confiance au président du Parlement, ces problèmes ne peuvent être résolus qu'en se référant à la constitution et au code interne du Parlement, car ce type de décision est déterminé par des procédures et des dispositions spécifiques qui doivent être respectées. Sinon, nous entraînerions le pays dans le chaos ».

Ghannouchi a voulu se défendre et remettre en question la position de l'opposition en soulignant que la voie démocratique en Tunisie est menacée par ceux qui tentent de déformer et de dénigrer les prétendus ressorts arabes. « Le printemps arabe, qui a commencé et s'est étendu à partir de la Tunisie, s'oppose à de nombreuses puissances qui craignent la liberté et cherchent à préserver leurs intérêts », a déclaré M. Ghannouchi.

Il a déclaré que cette stratégie féroce a même conduit à alimenter des conflits et des guerres civiles, en soutenant des mercenaires et des milices, et en fournissant des armes et des équipements militaires pour déstabiliser des pays où des révolutions populaires ont eu lieu, tout en visant à renverser des gouvernements légitimes, comme c'est le cas actuellement ; avec une claire allusion dans ce cas à la Libye, où la force politique représentée par Ennahda soutient le GNA de Fayez Sarraj, soutenue par la Turquie, le Qatar et l'Italie et internationalement reconnue depuis 2016 par les Nations unies (ONU), et qui reçoit un fort soutien militaire de l'armée turque et des miliciens pro-Turcs payés par la guerre en Syrie et qui ont été liés par divers moyens à d'anciennes filiales de groupes terroristes djihadistes comme Al-Qaïda. Cela contraste avec l'action de l'Armée nationale libyenne (LNA) du maréchal Khalifa Haftar, qui est associée à l'autre gouvernement dans la ville orientale de Tobrouk et qui tente de détruire le principal bastion résistant de la GNA dans la capitale de Tripoli, en faisant valoir que l'intention est de détruire les éléments djihadistes qui y sont logés afin d'unifier le pays et de mener à bien un processus démocratique ultérieur. M. Ghannouchi a ajouté que cette offensive vise à restaurer les régimes militaires et à remettre le pouvoir aux dirigeants du coup d'Etat, notant que ce type d'effort est en cours depuis 2011 et a traversé différentes phases. 

Los diputados tunecinos asisten a una sesión plenaria dedicada a debatir una moción presentada por el Partido Desturiano Libre (PDL) y la situación en Libia, el 3 de junio de 2020
AFP/FETHI BELAID - Les députés tunisiens participent à une session plénière pour discuter d'une motion déposée par le PDL et de la situation en Libye, 3 juin 2020

Sur la guerre civile en Libye, Ghannouchi a clairement exprimé sa position : « Nous pensons que la solution en Libye ne peut être que politique, car la guerre ne peut pas apporter la stabilité, mais creusera le fossé entre nos frères libyens. Elle exige que les parties libyennes au conflit se réunissent à la table des négociations et fassent des concessions mutuelles afin d'arriver à une feuille de route qui maintiendra l'unité du pays dans le cadre des valeurs démocratiques, de la liberté et de la coexistence pacifique, loin des rivalités, de la guerre civile, des coups d'État sanglants et de tout ce qui alimente les conflits tribaux ». « Nos solides relations avec nos frères libyens ne nous permettent pas de les laisser derrière nous.

Nous devons plutôt les encourager à parvenir à une solution pacifique. Par conséquent, notre position, qui est la même que la position officielle de l'État tunisien, était et reste conforme aux directives de la communauté internationale visant à soutenir la légitimité qui articule la volonté populaire en Libye. À cet égard, nous devons établir une communication avec le gouvernement internationalement reconnu de Tripoli et l'exécutif légitime de Tobrouk. La neutralité passive sur la question libyenne n'a pas de sens ; c'est pourquoi nous avons appelé à une neutralité positive en faisant pression sur les parties libyennes pour qu'elles parviennent à un compromis et à une solution politique et pacifique », a déclaré le président d'Ennahda et de l'Assemblée des représentants du peuple tunisien, selon des termes repris également par le Middle East Monitor, à propos du conflit dans un pays comme la Libye, qui est très intéressant en raison de ses réserves de pétrole et de sa situation en Méditerranée, et où diverses puissances internationales prennent parti dans chacune des parties opposées. Ainsi, la GNA reçoit le soutien mentionné des Nations unies, de la Turquie et du Qatar ; tandis que la LNA compte sur le soutien de la Russie, de la France, de l'Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis et de l'Égypte.  

Los diputados tunecinos discuten durante una sesión plenaria dedicada a debatir una moción presentada por el Partido Desturiano Libre (PDL) y la situación en Libia, el 3 de junio de 2020
AFP/FETHI BELAID - Les députés tunisiens débattent en séance plénière d'une motion du Parti de la libre destination (PDL) et de la situation en Libye le 3 juin 2020

En résumé, Rached Ghannouchi a averti que les appels à la dissolution de l'Assemblée en ce moment sont des « recettes pour le chaos », comme l'a également relevé l'agence de presse turque Anadolu.  

Dans une interview avec Anadolu, Ghannouchi, leader d'Ennahda, le plus grand bloc du Parlement (malgré le revers subi lors des dernières élections), a souligné que « l'obstruction des institutions de l'Etat et des intérêts des citoyens exprime le chaos, pas l'opposition ». « Le devoir de l'État est de faire face au chaos et de protéger l'opposition pacifique », a déclaré M. Ghannouchi, dans une menace clairement voilée aux positions de la ligne dure contre lui.  

Évoquant les difficultés rencontrées par le gouvernement de coalition actuel, formé sur la base d'accords fragiles face à la fragmentation parlementaire, M. Ghannouchi a déclaré que la Tunisie « est confrontée à des défis sans précédent en raison de l'apparition du coronavirus ». Il a souligné que la solidarité et la synergie au sein de l'exécutif sont fondamentales pour relever les défis à ce stade. Le président du Parlement a appelé à l'unité nationale pour permettre à l'État de prendre des mesures urgentes afin d'atténuer la propagation de la maladie COVID-19.

L'opposition continue de remettre en cause ces relations d'Ennahda et de son leader Rached Ghannouchi avec le Qatar et la Turquie, deux pays interrogés pour leur diplomatie étrangère. La nation eurasienne présidée par Recep Tayyip Erdogan participe activement à des guerres comme celles de la Libye et de la Syrie avec l'inclusion d'éléments attachés à d'anciennes formations liées à des groupes extrémistes, comme cela a été publié dans divers médias ; le tout avec la claire intention de se positionner dans l'arc méditerranéen de manière plus intense. Pendant ce temps, la monarchie du Golfe souffre de l'embargo politique et économique décrété par l'Arabie Saoudite, les Emirats, l'Egypte et Bahreïn depuis 2017, qui accusent le pays dirigé par l'Emir Tamim bin Hamad al-Thani de soutenir le terrorisme transfrontalier.  

D'autre part, les partis d'opposition mettent également en garde contre les liens de Ghannouchi et d'Ennahda avec les Frères musulmans, un groupe sur lequel plusieurs pays occidentaux ont enquêté pour des liens présumés avec le terrorisme djihadiste. En fait, par exemple, plusieurs figures importantes d'Al-Qaïda ont maintenu une activité intense avec les Frères musulmans.  

Dans cette optique, le député Zouhair Makhlouf a déclaré qu'il avait des preuves de l'implication du parti islamiste Ennahda dans les attentats terroristes et les violences qui ont eu lieu sous le gouvernement de feu le président Zine al-Abidine Ben Ali. 

Dans une interview à la radio IFM, Makhlouf a déclaré qu'Ennahda avait utilisé les attaques de Daech, y compris les bombardements et le coup d'État. « J'ai des preuves de ces plans », a-t-il dit à l'OIF, ajoutant que les preuves qu'il avait n'étaient pas en possession de l'État tunisien. Makhlouf a reconnu qu'il était prêt à être tenu responsable s'il faisait l'objet d'une enquête pour ses informations et ses preuves. « Il y avait un dispositif qui s'occupait du mouvement et qui prévoyait d'apporter des armes et des bombes et de mener des opérations de préparation pour cibler diverses installations de sécurité dans les régions de Nabeul et d'El-Morouj », a-t-il déclaré. « Le mouvement Ennahda a établi un plan en trois phases : la première était de rassurer et d'apaiser ; la deuxième était basée sur l'entêtement ; et la troisième était d'imposer une politique visant à réaliser un vide constitutionnel », a-t-il ajouté.  

Los partidarios del PDL se manifiestan contra el presidente de la Asamblea, Rached Ghannouchi, frente al Parlamento de Túnez, el 3 de junio de 2020
AFP/FETHI BELAID - Les partisans du PDL manifestent contre le président de l'Assemblée Rached Ghannouchi devant le Parlement tunisien le 3 juin 2020

Makhlouf a expliqué que le vide constitutionnel serait créé par l'assassinat de Ben Ali et de ses successeurs, ce qui permettrait à Ennahda de prendre le pouvoir. Ses accusations sont susceptibles d'affecter l'opinion publique en Tunisie, d'autant plus que ce parti islamiste a été accusé par ses opposants d'avoir mis en place un appareil secret qui était à l'origine des assassinats des opposants politiques Chokri Belaid et Mohamed Brahmi. 

A cet égard, le député du Front populaire, Mongi Rahoui, a indiqué que les dirigeants de gauche ont été les premières victimes de cette stratégie islamiste, citant notamment les assassinats de Belaid et de Brahmi, ainsi que les attaques terroristes perpétrées contre les forces de sécurité tunisiennes, ne servant que l'agenda islamiste, comme le rapportent les médias de Kapitalis. 

Rahoui a dit à Ghannouchi au Parlement que le problème, c'est lui et sa politique. « Nous sommes au courant de son projet obscurantiste, qui n'est qu'une continuation du projet des Frères musulmans », a déclaré le parlementaire de gauche.  

Ennahda a également été accusé d'avoir des liens avec les courants salafistes extrémistes (liés aux frères musulmans), qui ont fait de la Tunisie un foyer de militants, amenant la jeunesse tunisienne à se battre dans les zones de conflit, notamment en Syrie et en Libye.