PUBLICIDAD

Marruecos

Une radiographie du pouvoir libanais à l'approche des élections sans l'historique Hariri

Le scénario politique turbulent alimente la possibilité de changements dans le siège du Parlement
Michel Aoun

AFP/DALATI Y NOHRA  -   Le président Michal Aoun prononçant un discours télévisé à la veille du 78e jour de l'indépendance du pays, au palais présidentiel de Baabda, à l'est de la capitale, le 21 novembre 2021

Le boycott par le principal parti sunnite du Liban des élections législatives de dimanche ouvre la porte à un changement de l'équilibre des forces au sein de la chambre parlementaire, où la hiérarchie actuelle des partis chrétiens pourrait également être réajustée, sans que le Hezbollah et ses alliés ne perdent la main dans le secteur chiite. 

En janvier dernier, l'ancien Premier ministre Saad Hariri a annoncé qu'il quittait la politique, après avoir été contraint de démissionner en 2019 au milieu de fortes protestations contre la classe dirigeante et avoir échoué à former un gouvernement faute de consensus politique lorsqu'il a été reconduit à ce poste un an plus tard. 

Le fils du dirigeant assassiné Rafiq Hariri a appelé ses collègues de la formation sunnite Courant du Futur, qu'il a fondée en 2007 et qui ne se présente pas aux élections bien qu'elle ait remporté treize sièges lors du dernier scrutin de 2018, sièges qui sont désormais à la portée du plus offrant. 

Elecciones Líbano
PHOTO/AFP  -  Une femme libanaise vote dans un bureau de vote à l'ambassade du Liban à Téhéran, le 6 mai 2022
Les partis chrétiens et la présidence

Dans l'actuelle législature libanaise, le Courant patriotique libre chrétien détient le plus grand nombre de députés et, bien qu'il semble avoir perdu du soutien ces derniers temps, il restera presque certainement l'une des forces qui domineront la dynamique de la prochaine chambre. 

Le parti a été fondé par le président maronite du Liban, Michel Aoun, mais il est désormais dirigé par son gendre, Gebran Basil, une personnalité très impopulaire qui fait l'objet de sanctions internationales pour corruption. 

Le mandat de l'ancien chef de l'armée, l'octogénaire Aoun, expire en octobre et il ne pourra pas revenir à ce poste avant six ans, ce qui suscite des craintes quant à l'extension de ses pouvoirs ou à la possibilité qu'il cherche à promouvoir Basil comme son prédécesseur. 

Dans ce pays méditerranéen, le chef de l'État doit être chrétien, tout comme le premier ministre doit être un musulman sunnite et le président du parlement un chiite.

Manifestación Tarek Bitar
PHOTO/REUTERS  -   Des partisans des groupes chiites libanais Hezbollah et Amal, et du mouvement chrétien Marada, participent à une manifestation contre Tarek Bitar, le juge en chef de l'enquête sur l'explosion du port, près du Palais de justice de Beyrouth, au Liban, le 14 octobre 2021

Derrière le Courant patriotique libre, les Forces libanaises, une milice importante pendant la guerre civile de 1975-1990 qui s'est ensuite transformée en parti politique, sont la deuxième force chrétienne du parlement actuel. 

En octobre dernier, des snipers présumés liés aux Forces libanaises ont affronté des partisans du Hezbollah et de son allié chiite Amal lors des pires affrontements armés depuis des années dans la capitale, tuant sept personnes lors d'une manifestation. 

Bien que le groupe dirigé par Samir Geagea ait nié à plusieurs reprises ces allégations, cette rhétorique pourrait jouer en sa faveur avant les élections en le présentant comme une alternative chrétienne forte au tout puissant Hezbollah. 

Les blocs chiites et l'explosion 

Contre toute attente, le Hezbollah est devenu un allié du Courant patriotique libre d'Aoun il y a 16 ans, une entente qui perdure malgré les relations tendues entre les deux groupes ces derniers mois. 

Le mouvement politique et armé chiite a remporté plus d'une douzaine de sièges lors des dernières élections législatives ; il dirige de facto le sud du Liban et d'autres bastions dans l'est du pays ; il entretient des liens étroits avec l'Iran et apporte un soutien militaire au président syrien Bachar al-Assad.

Hizbulá
AFP/MAHMOUD ZAYYAT  -   Des membres du mouvement chiite libanais Hezbollah lèvent les drapeaux de leur parti pour marquer la commémoration annuelle d'une attaque suicide contre les forces israéliennes dans la région de Marjayoun, dans le sud du Liban, le 11 novembre 2021

Avec Amal, le Hezbollah a exercé un blocus de plusieurs mois du Conseil des ministres et organisé la manifestation d'octobre qui a dégénéré en une flambée de violence à Beyrouth, demandant dans les deux cas la révocation du juge d'instruction chargé de l'explosion de 2020 dans le port de la capitale libanaise, qui a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés. 

Deux anciens ministres d'Amal, parmi d'autres hauts fonctionnaires, sont soupçonnés de négligence dans cette affaire et ont été accusés à plusieurs reprises de faire obstruction à l'enquête. 

La présence d'Amal à la Chambre est très similaire à celle du Hezbollah, de sorte que l'alliance entre ces deux groupes autrefois en guerre sur le champ de bataille leur permet de dominer confortablement la dynamique dans le secteur chiite du Liban. 

En outre, le puissant leader d'Amal, Nabih Berri, est le président du Parlement libanais depuis près de 30 ans, poste auquel il a été élu pour la première fois en octobre 1992 et auquel il a été réélu à maintes reprises depuis lors. 

Hassan Nasrallah
AP/HUSSEIN MALLA  -   Des partisans du Hezbollah lèvent le poing et applaudissent en écoutant le discours du charismatique Hassan Nasrallah lors d'un rassemblement marquant la Journée du martyr du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban
Une opposition fragmentée

Une myriade d'autres petits groupes, notamment le Parti socialiste progressiste, laïc mais lié aux Druzes, s'est partagé un peu moins d'un quart des sièges à la Chambre en 2018. Un autre quart est allé à des candidats indépendants ou sans affiliation reconnue. 

Cette fois-ci, un grand nombre de groupes d'opposition, de membres de la société civile et de candidats réformistes issus d'un mouvement de protestation massif lancé fin 2019 contre la classe dirigeante, cherchant à rompre avec l'oligarchie traditionnelle des partis, sont en lice. 

Malgré le climat de mécontentement populaire lié à la corruption, à la crise économique et à l'explosion de Beyrouth, ces formations alternatives sont critiquées pour ne pas s'être unies dans un front commun, et tout indique que le Hezbollah et ses alliés restent la force la plus puissante de la Chambre.