PUBLICIDAD

Iberdrola

Vaccins COVID-19 : l'équité peut-elle être atteinte dans un contexte d'iniquité avec des millions de personnes vulnérables ?

Les hauts responsables de la santé s'accordent à dire qu'il ne sera pas possible de mettre fin à l'épidémie de COVID-19 dans le monde tant que toutes les personnes n'auront pas un accès égal aux vaccins
vacunas-covid-19

UNICEF/Laxmi Prasad Ngakhusi  -   Vaccination d'une femme contre le COVID-19 dans un poste de santé du district reculé de Darchula, au Népal.

Les pays développés sont beaucoup plus susceptibles de vacciner leurs citoyens que les pays en développement, une situation qui risque de prolonger la pandémie et d'accroître les inégalités dans le monde. En marge d'un dialogue entre hauts fonctionnaires de l'ONU ce lundi, UN News explique l'importance d'un accès égal aux vaccins.

Qu'est-ce qu'une distribution équitable des vaccins ?

En d'autres termes, cela signifie que toutes les personnes devraient avoir un accès égal à un vaccin qui offre une protection contre le coronavirus, quel que soit leur lieu de résidence.

L'Organisation mondiale de la santé s'est fixé pour objectif de vacciner 70 % de la population mondiale d'ici à la mi-2022. Toutefois, si l'on veut atteindre cet objectif, il faudra parvenir à un accès plus équitable aux vaccins.

vacunas-covid-19-onu
UNICEF/Francis Kokoroko - Un homme de 76 ans montre sa carte de vaccination COVID-19 à Kasoa, au Ghana.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, souligne que l'égalité d'accès aux vaccins "ne relève ni de l'ingénierie spatiale ni de la charité. C'est de la santé publique intelligente et c'est dans l'intérêt de tous".

Pourquoi est-ce si important ?

Outre l'argument éthique selon lequel aucun pays ou citoyen, aussi riche ou pauvre soit-il, ne mérite le vaccin plus qu'un autre, une maladie infectieuse comme le COVID-19 restera une menace mondiale tant qu'elle existera dans le monde.

Une distribution inégale des vaccins laisse non seulement des millions ou des milliards de personnes vulnérables à un virus mortel, mais permet également à des variantes encore plus mortelles de la maladie d'émerger et de se répandre dans le monde.

En outre, une distribution inégale des vaccins creusera les inégalités et élargira le fossé entre les riches et les pauvres, et inversera des décennies de progrès durement acquis en matière de développement humain.

vacunas-covid-19-onu
OPS - La madre de una familia indígena de Brasil recibe una inoculación contra la COVID-19

Selon les Nations unies, l'inégalité d'accès aux vaccins aura un impact durable sur le redressement socio-économique des pays à revenu faible et moyen inférieur et fera reculer la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies.

Ainsi, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) prévoit que huit personnes sur dix tombées dans la pauvreté pendant la pandémie de coronavirus vivront dans les pays les plus pauvres du monde d'ici 2030.

Les prévisions suggèrent également que dans les pays à faible revenu, les impacts économiques du COVID-19 pourraient durer jusqu'en 2024, tandis que les pays à revenu élevé pourraient retrouver des taux de croissance du PIB antérieurs au coronavirus d'ici la fin de l'année.

Cette approche de la lutte contre la pandémie est-elle efficace ?

Non, le Dr Tedros a lancé un avertissement en avril dernier lorsqu'il a déclaré que "l'équité en matière de vaccins est le défi de notre temps... et nous échouons".
Bien que la production de vaccins soit suffisante d'ici 2021 pour couvrir 70 % des 7,8 milliards d'habitants de la planète, la plupart des vaccins sont réservés aux pays riches, tandis que d'autres nations productrices de vaccins limitent leurs exportations en donnant la priorité à la vaccination de leurs citoyens, une approche qui a été qualifiée d'"attitude nationaliste vis-à-vis des vaccins".

Un exemple clair de cette tendance se trouve dans les pays où les citoyens déjà vaccinés reçoivent un vaccin de rappel, plutôt que de donner la priorité aux doses restantes pour les personnes non vaccinées dans les pays plus pauvres.
 

vacunas-covid-19-onu
UNICEF/Raphael Pouget - Une infirmière tient une dose de vaccin à l'hôpital Sheikh Zayed de Nouakchott, en Mauritanie.

Néanmoins, la bonne nouvelle est qu'au 15 septembre, plus de 5,5 milliards de doses ont été administrées dans le monde, même si, étant donné que la plupart des vaccins disponibles nécessitent deux doses, le nombre de personnes protégées est beaucoup plus faible.

Quels sont les pays qui reçoivent les vaccins ?

Alors que les pays riches reçoivent la majorité des vaccins, de nombreuses nations parmi les plus pauvres ont du mal à vacciner ne serait-ce qu'un petit nombre de citoyens.

Selon le tableau de bord mondial de l'équité en matière de vaccins (établi par le PNUD, l'OMS et l'Université d'Oxford), le 15 septembre, seuls 3,07 % des habitants des pays à faible revenu avaient reçu leur première dose, contre 60,18 % dans les pays à revenu élevé.

Ainsi, environ 70,92 % des personnes vivant au Royaume-Uni ont reçu la première dose du vaccin, tandis qu'aux États-Unis, ce chiffre est de 65,2 %.

Toutefois, d'autres pays à revenu élevé ou intermédiaire ne s'en sortent pas aussi bien. En Nouvelle-Zélande, seuls 31,97 % d'une population d'environ cinq millions d'habitants ont été vaccinés, tandis qu'au Brésil, le taux de vaccination s'élève désormais à 63,31 %.
 

vacunas-covid-19-onu
UNICEF/Arlette Bashizi - Une livraison de doses de vaccin COVID-19 fournies par l'installation COVAX à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo.

Ces chiffres contrastent avec les statistiques de certains des pays les plus pauvres du monde. En République démocratique du Congo, seulement 0,09 % de la population a reçu une dose du vaccin, tandis qu'en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Venezuela, le taux est respectivement de 1,15 % et 20,45 %.

Combien coûte un vaccin ?

Les données de l'UNICEF montrent que le coût moyen d'un vaccin COVID-19 est de 2 à 37 dollars US (avec 24 vaccins approuvés par au moins une autorité réglementaire nationale) et le coût estimé de la livraison par personne est de 3,70 dollars US. Cela représente une charge financière importante pour les pays les plus pauvres du monde. Cela représente une charge financière importante pour les pays à faible revenu, où, selon le Programme des Nations unies pour le développement, les dépenses de santé annuelles moyennes par habitant sont de 41 USD.

Le tableau de bord mondial de l'équité en matière de vaccins montre que, sans un soutien financier mondial immédiat, les pays à faible revenu devraient augmenter leurs dépenses de santé à 57 % pour atteindre l'objectif de vaccination de 70 % de leurs citoyens.

Qu'a fait l'ONU pour promouvoir un accès plus équitable aux vaccins ?

L'Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF ont collaboré avec d'autres organisations pour créer et gérer le dispositif mondial d'accès aux vaccins COVID-19, connu sous le nom de COVAX. Lancée en avril 2020, la première agence de l'ONU l'a qualifiée de "collaboration mondiale innovante pour accélérer le développement, la production et l'accès équitable aux tests, traitements et vaccins COVID-19".

Il vise à garantir un accès juste et équitable pour tous les pays du monde, en fonction des besoins et non du pouvoir d'achat.

Selon l'alliance Gavi, soutenue par les Nations unies, COVAX compte actuellement 141 participants, mais ce n'est pas le seul moyen pour les pays d'accéder aux vaccins, puisqu'ils peuvent également conclure des accords bilatéraux avec les fabricants.

vacunas-covid-19-onu
UNICEF/Antoine Raab - Élèves d'une école au Cambodge pendant la pandémie de COVID-19.
L'égalité d'accès mettra-t-elle fin à la pandémie ?

S'il s'agit manifestement d'une étape cruciale et que, dans de nombreux pays riches, la vie de beaucoup de gens revient à une certaine normalité, la situation est plus difficile dans les pays moins développés.

Si la livraison des vaccins fournis dans le cadre du mécanisme COVAX est bien accueillie dans le monde entier, la faiblesse des systèmes de santé, notamment le manque de personnel de santé, contribue à accroître les problèmes d'accès et de livraison sur le terrain.

En outre, les problèmes d'équité ne disparaissent pas après la livraison physique des vaccins dans chaque pays ; dans certaines nations, riches ou pauvres, les inégalités de distribution peuvent persister.

Il convient également de rappeler que l'obligation de fournir un accès équitable aux soins de santé n'est pas une question nouvelle, mais qu'elle est au cœur de la réalisation des objectifs de développement durable. En particulier pour l'objectif 3 sur la santé et le bien-être, qui vise une couverture sanitaire universelle et des médicaments et vaccins essentiels abordables pour tous.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations unies pour le développement, et Vera Songwe, qui dirige la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, ont participé à la conversation de lundi sur l'équité en matière de vaccins, dans le cadre d'une série de réunions intitulée "Momentum for Advancing the Sustainable Development Goals".