Violence et politique, l'éternelle dette de la Bolivie envers les femmes

L'accès des femmes à la vie politique reste un problème, en plus de la violence machiste qu'elles subissent dans le pays
Atalayar_Elecciones Bolivia

REUTERS/UESLI MARCELINO  -   Un partisan du candidat présidentiel bolivien Carlos Mesa proteste à La Paz, en Bolivie, le 21 octobre 2019

Les efforts déployés en Bolivie contre la violence masculine et pour garantir les droits politiques des femmes semblent insuffisants, puisque le pays a maintenu une moyenne annuelle de 110 féminicides au cours des sept dernières années et que les partis trouvent constamment des moyens de contourner la parité exigée par la loi dans les nominations.

Depuis environ huit ans, la Bolivie dispose d'un cadre réglementaire qui vise à protéger les femmes contre tous les types de violence et de harcèlement politique, en plus de garantir leur participation électorale. 

Les chiffres de la participation politique semblent encourageants, mais en pratique, les femmes sont encore loin d'occuper des postes de direction ou d'exercer pleinement les fonctions auxquelles elles ont été élues, car le harcèlement, souvent pratiqué par leurs propres collègues de parti, prévaut. 

En outre, bien que le féminicide soit passible de 30 ans de prison sans pardon, la violence contre les filles et les femmes n'a pas diminué. 

Atalayar_ Violencia Género
AFP/PEDRO PARDO - Une femme montre sa main sur laquelle on peut lire "Pas un de moins" lors d'une marche pour commémorer la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
Un fléau persistant 

La Bolivie a clôturé l'année 2020 avec au moins 113 femmes mortes des suites de violences masculines et trois autres cas enregistrés au début de la nouvelle année, selon le ministère public. 

Monica Novillo, directrice du Comité de coordination des femmes, a déclaré à l'Efe qu'au cours des sept dernières années, il y a eu une moyenne annuelle de 110 féminicides, un nombre qui "continue d'être élevé". 

"C'est un indicateur que les mesures prises pour protéger les femmes sont insuffisantes", a-t-elle déclaré.  

Sur le nombre total de fémicides survenus en 2020, 53 ont été enregistrés pendant la quarantaine du pays entre mars et août, selon le bureau du procureur général.  

Novillo a déploré le "manque général de sensibilité" à la violence contre les femmes pendant la quarantaine, une période pendant laquelle elles devaient vivre avec leurs agresseurs 24 heures sur 24 "sans conditions" pour pouvoir les dénoncer. 

Le manque d'attention de la police au début et les restrictions de mobilité ont empêché les femmes de signaler la violence en temps voulu, de sorte qu'il est probable que les cas soient sous-déclarés, a-t-elle dit. 

Elle s'est également demandé si le gouvernement de transition de l'ancienne présidente Jeanine Áñez avait déclaré 2020 comme l'année de la lutte contre les féminicides et les infanticides sans prendre de mesures concrètes pour les combattre. 

Les organisations féministes sont attentives à l'annonce par le ministère de la Justice que la loi contre la violence masculine sera évaluée afin de proposer des réformes qui permettront sa pleine application, une demande constante de ces entités. 

Une de chaux et une autre de sable

Le pays s'est vanté à plusieurs reprises d'être l'un des rares au monde à disposer d'une Assemblée législative paritaire. 

Les chiffres le prouvent, puisque lors des dernières élections générales, les femmes ont atteint une présence de 51,9 % au Parlement, 55,5 % au Sénat et 46,9 % aux députés

Cependant, les deux chambres sont présidées par des hommes, tout comme le Parlement, dont le chef est le vice-président du pays, David Choquehuanca. 

En outre, le premier cabinet ministériel du président Luis Arce est composé de treize hommes et de quatre femmes seulement. 

La participation accrue des femmes à la vie politique s'accompagne d'une augmentation proportionnelle du harcèlement et de la violence à leur encontre, comme le montre une étude publiée en 2019 qui révèle que sept femmes parlementaires sur dix souffrent d'un de ces fléaux, qui atteignent également les niveaux infranationaux. 

En novembre dernier, l'Association des conseillers et des maires boliviens a indiqué que la loi contre le harcèlement et la violence politiques avait été adoptée il y a plus de huit ans et que, jusqu'à présent, il n'y a pas eu un seul cas de condamnation pénale. 

Cette loi a été promue après la mort violente en 2012 de la conseillère municipale Juana Quispe, suite à une série de pressions et de menaces politiques, une affaire qui continue à stagner en Justice.

Atalayar_Jeanine Áñez, presidenta interina de Bolivia
AP/JUAN KARITA - La deuxième vice-présidente du Sénat bolivien et politicienne de l'opposition, Jeanine Áñez, au centre, s'adresse à la foule depuis le balcon du Palacio de Quemado après s'être déclarée présidente par intérim du pays, à La Paz, Bolivie, le mardi 12 novembre 2019
Vers les infranationaux

Les partis souhaitant participer à des processus électoraux, tels que les élections infranationales de mars, doivent tenir compte des principes de parité et d'alternance pour s'assurer qu'au moins la moitié de leurs candidats sont des femmes. 

Bien que cette exigence soit en vigueur, les femmes continuent d'être exclues des postes de haut niveau, comme en témoigne le fait que lors des élections infranationales de 2015, seules 27 femmes ont été élues maires, contre 312 hommes.  

Dans le processus actuel, sur un total de 2 004 candidats à des postes d'exécutif régional ou municipal, 1 687 sont des hommes et 317 femmes, soit 16 % seulement, ont déclaré être membres de l'organe électoral. 

"Là-bas, ces vues machistes persistent sur le fait que les femmes n'ont pas leur place dans la sphère politique et, dans cette mesure, elles sont également placées sur des listes moins attendues", a critiqué Mme Novillo. 

Elle a également dénoncé le fait que certains partis imposent aux parlementaires ou conseillères régionales de démissionner lorsqu'elles terminent la moitié de leur mandat afin que leurs remplaçants, les hommes, puissent prendre la relève, ce qui n'est pas exigé des hommes. 

Certaines organisations politiques affirment qu'il n'y a pas de femmes candidates, et d'autres retiennent leur candidature même si elles ont un soutien, comme c'est le cas de l'ancienne présidente du Sénat Eva Copa, qui a dû quitter le Mouvement vers le socialisme (MAS) du gouvernement pour se présenter à la mairie de la ville d'El Alto.