PUBLICIDAD

Iberdrola

Violence, insécurité et changement climatique : les trois facteurs qui font augmenter le nombre de déplacements en 2021

L'augmentation des déplacements forcés poursuit sa tendance à la hausse au cours du premier semestre de l'année et dépasse désormais 84 millions de personnes dans le monde, selon l'ONU
desplazados-onu

OPS/Karen González Abril  -   Vénézuéliens essayant de rejoindre la ville de La Guajira en Colombie

L'étude de l'agence de l'ONU, portant sur la période de janvier à juin, indique que la hausse par rapport aux 82,4 millions à la fin de 2020 est largement due aux déplacements internes, avec une augmentation du nombre de personnes fuyant les multiples conflits actifs dans le monde, notamment en Afrique.

Il souligne également que les restrictions frontalières imposées par la pandémie de COVID-19 continuent de limiter l'accès à l'asile dans de nombreux endroits.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a souligné l'incapacité persistante de la communauté internationale "à empêcher la violence, la persécution et les violations des droits de l'homme qui continuent de chasser les gens de chez eux".

En plus de ce facteur, Filippo Grandi a ajouté une autre cause en indiquant que "les effets du changement climatique exacerbent les vulnérabilités existantes dans de nombreuses zones accueillant des personnes déplacées de force".

Pour l'agence des Nations unies, le terme "déplacés de force" englobe les réfugiés, les demandeurs d'asile, les personnes déplacées à l'intérieur du pays et les Vénézuéliens déplacés à l'étranger. Elle inclut les réfugiés et autres personnes déplacées non couvertes par le mandat du HCR, et exclut d'autres catégories telles que les rapatriés et les apatrides non déplacés

desplazados-onu
PMA/Marwa Awad -  Des personnes déplacées au Burkina Faso se rassemblent dans un camp dans la ville de Pissila, au nord-est du pays.
 L'Afrique est en tête des déplacements internes

À la suite d'une recrudescence des conflits et des violences dans le monde au cours du premier semestre 2021, les déplacements internes touchent désormais quelque 51 millions de personnes.

La plupart des nouveaux déplacements internes ont eu lieu en Afrique, avec plus de 1,3 million de personnes en République démocratique du Congo et 1,2 million en Éthiopie. La violence a également contraint des centaines de milliers de personnes à fuir leur foyer en Afghanistan, au Myanmar et en République centrafricaine, entre autres pays. 

desplazados-onu
ACNUR/Ilaria Rapido Ragozzino -  Plus de 5,6 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, principalement vers des pays d'Amérique latine et des Caraïbes.
 Les Vénézuéliens, deuxième plus grand groupe de personnes déplacées à l'étranger

Le nombre de réfugiés relevant du mandat de l'agence onusienne a également augmenté au cours du premier semestre pour atteindre près de 21 millions, soit 172 000 personnes de plus qu'à la fin de 2020.

À la fin du mois de juin, la majorité des nouveaux réfugiés provenaient de cinq pays : la République centrafricaine (71 800), le Sud-Soudan (61 700), la Syrie (38 800), l'Afghanistan (25 200) et le Nigeria (20 300). Au cours de la même période, 92 100 Vénézuéliens ont été nouvellement déplacés en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Plus d'un quart des personnes déplacées provenaient de Syrie (27%), qui continue de représenter la plus grande population de réfugiés au monde avec près de 6,8 millions de réfugiés accueillis dans 129 pays, dont plus de la moitié en Turquie (3,7 millions).

Les Vénézuéliens, avec 186 800 réfugiés et 3,9 millions de ressortissants déplacés à l'étranger, constituent le deuxième groupe le plus important de personnes déplacées à travers les frontières.

Comme ces dernières années, dix pays accueillent plus de la moitié des personnes déplacées au-delà des frontières. À la mi-2021, la Turquie accueillait quelque 3,7 millions de Syriens, la Colombie 1,7 million de Vénézuéliens, l'Ouganda 923 500 réfugiés sud-soudanais et 429 500 Congolais, le Pakistan plus de 1,4 million d'Afghans et l'Allemagne accordait l'asile à 1,2 million de réfugiés, dont 616 300 Syriens, 152 700 Afghans et 147 400 Irakiens.

Le nombre total de demandeurs d'asile a atteint 4,4 millions, contre 4,1 millions à la fin de 2020.

desplazados-onu
PMA/Arete/Siegfried Modola Edit - Évaluation du niveau de malnutrition des enfants dans un camp de déplacés dans l'État de Borno, au Nigeria.
 Les pays disposant de moins de ressources supportent une charge plus lourde de personnes déplacées de force

Une combinaison mortelle d'éléments tels que les conflits, COVID-19, la pauvreté, l'insécurité alimentaire et l'urgence climatique a exacerbé la situation humanitaire des personnes déplacées, dont la plupart sont accueillies dans des régions en développement.

L'agence des Nations unies décrit les solutions pour les personnes déplacées de force comme étant "maigres", avec moins d'un million de personnes déplacées et seulement 126 700 réfugiés pouvant rentrer chez eux au cours des six premiers mois de 2021.

"La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour parvenir à la paix, tout en veillant à ce que des ressources soient disponibles pour les communautés déplacées et leurs hôtes. Ce sont les communautés et les pays ayant le moins de ressources qui continuent à supporter le plus lourd fardeau en matière de protection et de prise en charge des personnes déplacées de force, et ils doivent être mieux soutenus par le reste de la communauté internationale", a ajouté Grandi.