PUBLICIDAD

Iberdrola

Vladimir Poutine mobilise aussi l'industrie spatiale russe

Le directeur général de l'Agence spatiale européenne finalise un ambitieux projet de reconversion du secteur
Foto1RusiaReformaEspCreKremlin

PHOTO/Kremlin  -   Le décret de mobilisation partielle du 21 septembre remet au ministre de la Défense, le général Sergueï Shoigu, l'instrument juridique permettant de mobiliser un premier contingent de plusieurs centaines de milliers de réservistes

Le décret du président Vladimir Poutine du 21 septembre a placé entre les mains du ministre de la Défense, le général Sergueï Shoigu, l'outil juridique permettant de mobiliser quelque 300 000 réservistes des forces armées russes. 

Avec un tel réservoir de personnel, le chef d'état-major de la défense russe, le général Valery Gerasimov, et le vice-ministre des Affaires logistiques nouvellement nommé - le 24 septembre - le général Mikhail Mizintsev, renforceront les unités logistiques soutenant les bataillons de l'armée qui combattent en Ukraine, et augmenteront le deuxième échelon des troupes chargées de maintenir la sécurité dans les territoires occupés. 

Mais Poutine a également donné le feu vert à la conversion de l'énorme machine spatiale qui alimente ses forces militaires stratégiques et le secteur des communications, de la navigation et de l'observation par satellite qui sert à des fins tant civiles que militaires.  

Foto2RusiaReformaEspBorisovCreKhrunichev
PHOTO/Khrunichev - Depuis sa nomination à la mi-juillet, le nouveau directeur général de l'Agence spatiale russe, Yuri Borisov, a parcouru la Russie pour voir les principales installations et entreprises sous sa responsabilité

La personne chargée de mener à bien la réorganisation majeure du vaste tissu spatial de Moscou est le nouveau directeur exécutif de la société d'État Roscosmos, le général Iouri Borisov, qui, jusqu'à sa nomination à la mi-juillet, était responsable de la supervision de la base technologique de défense, y compris le nucléaire. 

Depuis qu'il a pris ses fonctions il y a un peu plus de deux mois, Yuri Borisov s'est lancé dans un véritable marathon de réunions et de voyages à travers la Russie. Il a visité les cosmodromes de Baïkonour, Plesetsk et Vostochny, rencontré les dirigeants de grandes entreprises et dévoré les rapports d'activité des chefs des bureaux d'études et des généraux des forces stratégiques. 

Foto3RusiaReformaGralLogMizintsevCreOlgaBalashovaTass
PHOTO/Olga Balashova-TASS - La grande majorité des réservistes mobilisés vont renforcer les unités logistiques. Leurs affectations sont entre les mains du général Mikhail Mizintsev (photo), vice-ministre de la Logistique depuis le 24 septembre
Vers la commercialisation de produits et de services

Borisov a conclu que l'écosystème spatial russe "doit être réformé sur la base de sept grandes priorités". Le principal d'entre eux est d'"engager le processus de transformation des institutions spatiales" afin d'établir un "nouveau système de production et de gestion industrielle" sur des principes d'unification et de normalisation qui permettront de "réorienter le secteur vers la commercialisation de produits et de services". 

Afin de maintenir la présence civile et militaire de Moscou dans l'espace, la restructuration industrielle s'accompagnera d'une politique de renforcement des effectifs vieillissants d'ingénieurs, de techniciens et de personnel qualifié qui composent la cinquantaine d'institutions et d'entreprises publiques du secteur spatial national. Ainsi que les centaines d'entreprises situées dans toute la Russie qui leur fournissent les composants dont ils ont besoin.  

Lors d'une récente réunion à Saint-Pétersbourg, le chef de Roscosmos a souligné que les défis stratégiques auxquels le monde est confronté exigent que le Kremlin prenne la décision de transformer son industrie spatiale. "Nous devons apprendre à réagir rapidement et avec souplesse afin d'être plus efficaces dans la résolution des problèmes et la gestion du changement", a déclaré Borisov.

Foto4RusiaReformaEspBorisovCreKhrunichev
PHOTO/Khrunichev - Yuri Borisov a passé plus de la moitié de l'été à rencontrer les dirigeants des principales entreprises spatiales russes et à recevoir des informations sur leur situation et leurs projets futurs

L'analyse de Borisov et sa connaissance du secteur ont montré que le travail de Roscosmos est "entravé" par un certain nombre de "goulets d'étranglement" qui se sont accumulés au fil des ans. Pour briser ce goulot d'étranglement, Borisov a déclaré qu'il fallait "des investissements suffisants, le déploiement de nouvelles constellations orbitales et la pénétration de nouveaux marchés". 

L'un de ces nouveaux marchés est celui des données spatiales. Le chef de Roscosmos est en possession d'informations selon lesquelles il existe une "grande demande" d'informations de télédétection de la Terre dans le monde entier dans les spectres optique, infrarouge et radar, pour lesquelles Roscosmos s'appuie sur la famille de satellites Smotr et Berkut.

Foto5RusiaReformaEspMovilizarCreVitaliNebarTass
PHOTO/Vitali Nebar-TASS - Les 300 000 réservistes incorporés obligatoirement seront également rattachés aux unités militaires chargées de maintenir la sécurité dans les territoires ukrainiens occupés
La méga-constellation Sfera

Le grand projet que Yuri Borisov a hérité de son prédécesseur, Dmitry Rogozin, et sur lequel le général vétéran, aujourd'hui à la tête de l'Agence spatiale russe, s'appuie également, est la méga-constellation Sfera. Avec ce système, Moscou entend donner une impulsion simultanée à la production de masse de satellites et au déploiement de réseaux dans l'espace.

Sfera servira également à fournir des services commerciaux dans les hautes latitudes de la vaste Russie, où la densité de population est très faible et où les conditions de terrain glaciales empêchent le déploiement de réseaux de communication en fibre optique. Dans ces zones, les satellites contribueront à fournir une gamme complète de services de télécommunications pour les foyers et la mobilité.

Foto6RusiaReformaEspReshetnyovCreRoscosmos
PHOTO/Roscosmos - Sous la direction de Yuri Borisov, la Russie va réformer ses institutions spatiales et mettre en œuvre un nouveau système de production et de gestion industrielles réorienté vers la commercialisation de produits et de services

La grande constellation Sfera sera composée de différents modèles de satellites de télédétection et de communication. Parmi ces derniers figurent les Skifs, dont le nombre minimum sera d'une douzaine. Ils seront positionnés à une altitude de 8 070 kilomètres pour fournir un accès Internet à large bande. 

Le premier des Skifs "démonstrateurs" - appelé Skif-D - doit être lancé le 22 octobre depuis le cosmodrome sibérien de Vostochny. D'autres sont les Marafon-IoT, au nombre de 264, qui seront placés en orbite basse à une altitude de 750 kilomètres. Ce dernier sera dédié à l'Internet des objets (IoT) et commencera à voler en 2024.

Foto7RusiaReformaEspSferaCreRoscosmos
PHOTO/Roscosmos - Présentation officielle de la grande constellation Sfera, qui rassemble des satellites de communication (Skif et Marafon-IoT) et d'observation pour apporter l'Internet à haut débit, des données et des images en Sibérie, dans l'Arctique et sur la route maritime du Nord

La Russie a un fort intérêt géostratégique pour la zone arctique et la route de la mer du Nord. Yuri Borisov veut créer l'infrastructure spatiale et terrestre nécessaire pour assurer la collecte de données, les communications et les prévisions météorologiques utiles au trafic maritime international. Sfera fournira des images et des informations sur la situation des glaces et les mouvements des icebergs tout au long du parcours, indépendamment de la couverture nuageuse ou de la nuit polaire.