Voici le quintet de nations qui donnent le ton en matière de domination de l'espace

Washington, Pékin, Tokyo, Moscou et Paris concentrent plus de 80% des budgets qui ouvrent les portes de l'espace
Un pays américain, deux pays asiatiques et deux pays européens forment le quintette qui dirige le secteur spatial gouvernemental mondial. L'un de ses interprètes occupe également le poste de directeur

PHOTO/Acoger  -   Un pays américain, deux pays asiatiques et deux pays européens forment le quintette qui dirige le secteur spatial gouvernemental mondial. L'un de ses interprètes occupe également le poste de directeur

Les États-Unis, la Chine, le Japon, la Russie et la France sont les cinq puissances en tête de liste des nations qui consacrent les plus grandes sommes d'argent à l'espace, tant civil que militaire. 

Un récent rapport sur les budgets que tous les gouvernements du monde ont consacré au secteur spatial en 2021 en atteste. Les années restantes de cette décennie devraient suivre une tendance à la hausse. Les tensions géopolitiques du moment et la valeur croissante de l'espace comme point d'observation privilégié font que les dirigeants des puissances mondiales investissent dans les instruments et les technologies spatiales... au cas où.

Les données recueillies par Euroconsult, société de conseil stratégique et d'intelligence économique spécialisée dans le secteur spatial, montrent que les financements publics dédiés à l'exploration de l'espace extra-atmosphérique et à la sécurité et la défense qui y sont liées se sont élevés à 92,4 milliards de dollars (80,633 milliards d'euros) l'année dernière, soit une augmentation de 8 % par rapport à 2020.

Gran parte del esfuerzo inversor de Japón se ha volcado en completar el desarrollo del H-3, su nuevo lanzador propulsado por hidrógeno. Su vuelo inaugural está programado para el primer trimestre del año
PHOTO/Mainichi - Une grande partie des efforts d'investissement du Japon a été consacrée à l'achèvement du développement du H-3, son nouveau lanceur fonctionnant à l'hydrogène. Son vol inaugural est prévu pour le premier trimestre de cette année.

Mais il n'y a pas lieu de paniquer. Bien qu'une grande partie des douze derniers mois ait été marquée par l'incertitude et l'impact de COVID-19 à l'échelle mondiale, l'économie spatiale mondiale a atteint un volume de 370 milliards de dollars - soit une augmentation de 6 % - ce qui signifie que les 92,4 milliards de dollars provenant des fonds publics n'en représentent que 25 %. La grande majorité des 75 % provient de la navigation et des communications par satellite, selon Euroconsult. 

Un investissement de 92,4 milliards de dollars est la conséquence directe d'un processus de "mobilité ascendante continue et accélérée", note le rapport. La croissance des contributions publiques s'explique par deux facteurs principaux. Sur le plan civil, le lancement et la poursuite d'ambitieux programmes d'exploration spatiale par les grandes puissances, qui ont représenté l'an dernier 53 milliards de dollars, soit 57,36 % du total, ont été déterminants. 

La economía espacial mundial en 2021ascendió a 370.000 millones de dólares, lo que significa que los 92.400 millones que suman los presupuestos gubernamentales son solo el 25% del total
PHOTO/NASA-Frank Michaux - En 2021, l'économie spatiale mondiale représentait 370 milliards de dollars, ce qui signifie que les 92,4 milliards de dollars de budgets gouvernementaux ne représentent que 25 % du total.
Les États-Unis investissent plus que le reste du monde réuni

Dans le domaine de la sécurité et de la défense, l'élément déclencheur de l'augmentation des contributions économiques des gouvernements a été la rivalité de la Chine avec les États-Unis, le Japon, l'Inde et l'Australie, qui a conduit au renforcement des programmes de défense militaire, dont le volume en 2021 s'est élevé à 39 000 millions de dollars -42,21%- et continue d'augmenter.

Sur les 92,4 milliards de dépenses publiques en 2021, les cinq principaux investisseurs représentent 76,608 milliards de dollars. Cela signifie que les États-Unis, la Chine, le Japon, la Russie et la France représentent ensemble 82,91 %. Si l'on ajoute le quintet suivant - l'Union européenne (2 574 millions), l'Allemagne (2 377), l'Inde (1963), l'Italie (1 481) et le Royaume-Uni (1 464) - les contributeurs du Top Ten ont apporté 86 467 millions de dollars, soit 93,58 % du total mondial.

C'est l'administration Biden qui mène et donne le ton au niveau mondial, avec pas moins de 54,589 milliards de dollars, soit plus de la moitié de la facture spatiale mondiale, exactement 58,08 %. Les États-Unis ont investi dans le développement et la mise en orbite de plates-formes de communication militaires sécurisées, de technologies de pointe, de satellites espions avancés et même de petites navettes spatiales aux missions secrètes.

China gana terreno paso a paso, pero todavía está muy lejos de Estados Unidos. Pekín gastó 10.286 millones de dólares en 2021, lo que viene a representar el 18,84% de lo que dedicó Washington
PHOTO/CGTN - La Chine gagne du terrain petit à petit, mais elle est encore loin derrière les États-Unis. Pékin a dépensé 10,286 milliards de dollars en 2021, soit 18,84 % de ce que Washington a dépensé

Washington continue d'augmenter son enveloppe de financement public. La NASA dispose d'un budget de plus de 25 milliards de dollars pour 2022, auxquels il faut ajouter les crédits ultra-terrestres de plusieurs milliards de dollars du Pentagone et d'autres départements fédéraux, qui jouissent du privilège de pouvoir mettre en orbite des satellites d'espionnage, de communication militaire, de météo et de technologie.

La Chine est l'autre grand acteur ayant des intérêts dans l'espace. Cependant, malgré les apparences et bien qu'elle gagne du terrain petit à petit, Pékin reste loin derrière les États-Unis. Si les données fournies par le gouvernement chinois sont correctes, le président Xi Jinpig a dépensé 10,286 milliards de dollars, ce qui représente 11,13% du total mondial et à peine 18,84% du capital que Washington consacre à ces questions.

El director general de Roscosmos, Dimitri Rogozin, explica a Vladimir Putin las principales particularidades del nuevo cosmódromo siberiano de Vostochny, a 7.000 kilómetros de Moscú
PHOTO/Press Office Kremlin - Le directeur général de Roscosmos, Dmitry Rogozin, explique à Vladimir Poutine les principales caractéristiques du nouveau cosmodrome sibérien de Vostochny, à 7 000 kilomètres de Moscou.
La Russie en bas du quintet

Pékin a investi dans 55 lancements spatiaux qui ont mis en orbite près d'une centaine de dispositifs de communication scientifiques, militaires et civils et de satellites espions de toutes sortes. Cela inclut le lancement de la première liaison de sa propre station spatiale et la poursuite de ses projets robotiques sur la Lune et sur Mars.

Le Japon est à mi-chemin derrière la Chine. Elle a dépensé 4,214 milliards de dollars, soit 40,97 % de ce que son voisin continental a dépensé. Une grande partie des efforts de Tokyo a été consacrée à l'achèvement du développement du H-3, son nouveau lanceur fonctionnant à l'hydrogène. Le nouveau premier ministre, Fumio Kishida, a été informé que son vol inaugural est prévu pour le premier trimestre de cette année.

Joel Kowsky - Una de las competencias de la vicepresidenta Kamala Harris es ejercer la presidencia del Consejo Espacial Nacional. En su primer ejercicio económico, la Administración Biden ha invertido nada menos que 54.589 millones de dólaresPHOTO/NASA - Joel Kowsky - Una de las competencias de la vicepresidenta Kamala Harris es ejercer la presidencia del Consejo Espacial Nacional. En su primer ejercicio económico, la Administración Biden ha invertido nada menos que 54.589 millones de dólares
PHOTO/NASA - Joel Kowsky - L'une des responsabilités de la vice-présidente Kamala Harris est de présider le Conseil national de l'espace. Au cours de son premier exercice, l'administration Biden a investi la somme faramineuse de 54,589 milliards de dollars dans le National Space Council.

Loin derrière la Chine et loin derrière les États-Unis se trouvent la Russie et la France. Le président Emmanuel Macron suit les traces de ses prédécesseurs à l'Élysée et maintient la position ferme que l'engagement dans la technologie spatiale est la force stratégique de la France. En 2021, il a donné sa bénédiction à 3 952 millions de dollars, ce qui représente à peine 7,24 % du montant investi par Joe Biden. Mais Macron peut se vanter que la France est le quatrième pays qui consacre le plus d'euros à l'espace.

Pour autant que les chiffres officiels fournis par les directeurs de l'Agence spatiale fédérale de Vladimir Poutine soient corrects, la Russie se situe en queue du petit peloton de tête. Elle a dépensé 3,567 milliards de dollars dans l'espace, soit 6,53 % de ce que les États-Unis ont dépensé. Il en coûte beaucoup de temps et d'argent au Kremlin pour développer la famille de lanceurs Angara et, surtout, pour achever son nouveau grand cosmodrome à Vostochny, à quelque 7 000 kilomètres de Moscou, en Sibérie. 

El presidente Emmanuel Macron dio el visto bueno a una inversión de 3.952 millones de dólares. Su ministra de Defensa, Florence Parly, le secunda y Francia cuenta desde el verano de 2019 con una estrategia espacial militar
PHOTO/Armees - Le président Emmanuel Macron a donné son feu vert à un investissement de 3,952 milliards de dollars. Sa ministre de la Défense, Florence Parly, l'a secondé et la France se dotera d'une stratégie spatiale militaire dès l'été 2019.

Où se situe l'Espagne dans le monde ? Pas loin derrière. Elle se situe à la 13e place, derrière la Corée du Sud (679 millions de dollars) et le Canada, avec 490 millions de dollars. Selon les données obtenues par Euroconsult, le gouvernement de Pedro Sanchez a investi 399 millions de dollars en 2021. L'enveloppe la plus importante (284 millions) a été utilisée par le Centre pour le développement de la technologie industrielle (CDTI) pour financer la participation de l'industrie nationale à l'Agence spatiale européenne (ESA). Le reste a été géré par d'autres départements, dont la Défense, la Science, les Transports et la Transition écologique, chacun à sa guise.