PUBLICIDAD

Iberdrola

Voici les priorités les plus urgentes des forces armées espagnoles

L'amélioration du système de commandement et de contrôle, le remplacement des chasseurs F-18 aux îles Canaries et l'acquisition d'avions de surveillance maritime occupent le podium
PHOTO/Ricardo Pérez- MDE - Sobre las espaldas del Jefe de Estado Mayor de la Defensa, el almirante Teodoro López Calderón, recae tanto el mando operativo de las Fuerzas Armadas españolas como la definición de las capacidades y prioridades en la obtención de nuevo sistemas de armas

PHOTO/Ricardo Pérez- MDE  -   Le chef d'état-major des armées, l'amiral Teodoro López Calderón, est responsable du commandement opérationnel des forces armées espagnoles et de la définition des capacités et des priorités en matière d'acquisition de nouveaux systèmes d'armes.

Les forces armées espagnoles ont été la dernière priorité des gouvernements de José Luis Rodríguez Zapatero depuis sa réélection en avril 2008. Ils ont continué à l'être pendant les six ans et demi de Mariano Rajoy à la tête de l'exécutif. Ils sont également ceux du président Pedro Sánchez depuis son arrivée au pouvoir en juin 2018.

Le Conseil des ministres présidé par Pedro Sánchez a autorisé des contrats pour l'acquisition, par exemple, de véhicules de combat à roues - appelés VCR 8x8 Dragon -, d'hélicoptères de transport et polyvalents - NH90 et CH-47 Chinook -, des nouvelles frégates F-110 et d'avions d'entraînement Pilatus PC-21. Mais bien que très importantes, elles ne sont que la partie émergée de l'iceberg des demandes formulées pour mettre fin à l'obsolescence d'un grand nombre de systèmes d'armes de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la marine, qui s'ajoutent année après année à la liste déjà longue.

PHOTO/EA – Para el Jefe de Estado Mayor de la Defensa, la sustitución de los F-18 de Canarias representan una altísima prioridad. Adquiridos de segunda mano en la década de los años 90, alcanzarán el fin de su vida operativa entre 2022 y 2024
PHOTO/EA – Pour le chef d'état-major des armées, le remplacement des F-18 aux îles Canaries représente une très haute priorité. Acquis d'occasion dans les années 1990, ils atteindront la fin de leur vie opérationnelle entre 2022 et 2024.

Les voix officielles du gouvernement et du ministère de la défense continuent de proclamer la "modernité" des forces armées espagnoles. Mais les six frégates F-80 de la classe "Santa María", en service depuis le milieu des années 80, "sont déjà en train de mourir", selon des sources de la marine. Leur remplaçant, les F-110, ne sera pas prêt à les remplacer. C'est le problème de ces choses, elles vieillissent, elles cessent d'être efficaces et doivent être remplacées. Ou confier la défense de l'Espagne à un pays tiers, une autre option.

Après avoir soulevé les besoins péremptoires à maintes reprises depuis plus d'une décennie, le feu vert du gouvernement actuel pour certains achats est dû à la fois à des aspects industriels -pour éviter la faillite d'importantes entreprises basées en Espagne-, pour maintenir l'emploi de milliers de travailleurs hautement qualifiés et, bien sûr, pour éviter l'effondrement des principales capacités opérationnelles militaires.

PHOTO/Ricardo Pérez- MDE - Las principales figuras de las Fuerzas Armadas españolas, a excepción del presidente del Gobierno. El Rey Felipe VI y la ministra de Defensa, Margarita Robles. Abajo, de izquierda a derecha, los jefes de la Armada, Tierra y Aire, junta a la secretaria y subsecretaria de Defensa en la video conferencia del 29 de mayo
PHOTO/Ricardo Pérez- MDE - Les principales figures des forces armées espagnoles, à l'exception du président du gouvernement. Le roi Felipe VI et la ministre de la Défense, Margarita Robles. Ci-dessous, de gauche à droite, les chefs de la marine, de l'armée de terre et de l'armée de l'air, ainsi que le secrétaire et le sous-secrétaire à la défense lors de la vidéoconférence du 29 mai.

Ces capacités sous forme d'équipements tangibles sont décisives pour la sauvegarde des intérêts stratégiques de l'Espagne et du peuple espagnol ; elles contribuent directement à la dissuasion contre d'éventuelles actions inamicales ou agressives, et permettent à nos militaires de participer à des opérations à l'étranger où ils risquent leur vie. La situation économique que traverse l'Espagne à cause de COVID-19 et ses répercussions sur l'économie et la société n'ont pas échappé à l'attention des hauts commandants militaires. Ils sont conscients qu'il y a des situations qui sont en tête de la liste des préoccupations qu'il faut d'abord résoudre. Mais ils manquent qu'en période de vaches grasses, ils regardent ailleurs. 

Point numéro un : le système de commande et de contrôle

Mais, à ce jour, y a-t-il encore des priorités à couvrir qui sont à la limite ? Il y en a, et pas beaucoup, très beaucoup. La liste des systèmes d'armes et des équipements qui, pour des raisons d'obsolescence, doivent être remplacés à très court terme, est longue. 

PHOTO/EA - La primera y más urgente de las prioridades es la mejora del Sistema de Mando y Control, una necesidad transversal que requiere aumentar sus capacidades de defensa y protección para asegurar la vigilancia aeroterrestre y naval y garantizar las conexiones terrestres y vía satélite del conjunto de las Fuerzas Armadas.
PHOTO/EA - La première priorité, et la plus urgente, est d'améliorer le système de commandement et de contrôle, un besoin transversal qui nécessite d'accroître ses capacités de défense et de protection pour assurer la surveillance aérienne et navale et garantir les connexions terrestres et satellitaires de l'ensemble des forces armées.

Il s'agit notamment de ceux qui doivent être obtenus à moyen et long terme, dont la période de fabrication et de livraison jusqu'à leur mise en service est même prolongée de plusieurs décennies. En bref, la somme de tous ces éléments - avec les arguments qui expliquent leur nécessité - est aussi longue qu'une lettre aux Rois Mages écrite par les voisins d'un lotissement.

Mais il y a une demande urgente qui ne peut plus attendre. Le chef d'état-major de la défense lui-même, l'amiral Teodoro López Calderón, interrogé quelques jours avant la célébration de la Journée des forces armées - qui a eu lieu cette année le 29 mai - sur les trois systèmes d'armes qui figurent en tête de liste des priorités, déclare sans hésiter que " si je ne devais en compter qu'un, ce serait le système de commandement et de contrôle ". 

PHOTO/EA - Los veteranos turbohélices P-3 Orión han llegado al final de su vida, y hay que darlos de baja por haber alcanzado el límite estructural definido por su fabricante. Todo apunto a que serán relevados por C-295 de Airbus en configuración de vigilancia marítima (VIGMA)
PHOTO/EA - Les turbopropulseurs vétérans P-3 Orion ont atteint la fin de leur vie, et doivent être retirés car ils ont atteint la limite structurelle définie par leur constructeur. Tout indique qu'ils seront remplacés par des Airbus C-295 en configuration de surveillance maritime (VIGMA).

Il s'agit d'un besoin transversal "d'améliorer les capacités de défense et de protection du système actuel de commandement et de contrôle", une sorte de parapluie qui enveloppe et relie par des connexions terrestres et satellitaires et assure la surveillance aéroterrestre et navale de l'ensemble des forces armées. "C'est une priorité nécessaire car si elle ne peut être commandée, la Force ne saura pas quoi faire", souligne le JEMAD. 

Les garanties de son bon fonctionnement affectent "la planification et la prise de décision dans les opérations, et il doit être beaucoup plus robuste et résilient face à d'éventuelles incursions et attaques", souligne-t-il. Cette exigence est étroitement associée à une autre facette, qui est de " continuer à avancer dans la transformation numérique de nos forces armées, ce qu'il a lui-même promu dans la marine pendant ses années de chef d'état-major de la marine ".

PHOTO/Rubén Somonte-MDE - Los discursos suelen realzar la importancia del factor humano en los ejércitos y la Armada. Totalmente cierto. Pero sin los instrumentos adecuados y acordes con los tiempos, su función en los escenarios de disuasión y crisis actuales queda palpablemente disminuida
PHOTO/Rubén Somonte-MDE - Les discours soulignent souvent l'importance du facteur humain dans les armées et les marines. C'est tout à fait vrai. Mais sans les instruments appropriés et adaptés à notre époque, leur rôle dans les scénarios actuels de dissuasion et de crise est sensiblement réduit.
Les îles Canaries maintiendront à tout prix leur protection aérienne

L'amiral López Calderón a poursuivi en ajoutant d'autres besoins. Celles relatives aux "questions de guerre électronique, car leurs capacités sont également quelque peu diminuées". Et comme troisième demande dans le top 10, on trouve les avions de patrouille maritime. 

Depuis sa position privilégiée de plus haut commandant opérationnel des forces armées espagnoles, le JEMAD reprend la demande urgente et réitérée du chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Javier Salto, concernant l'urgence de remplacer les trois avions qui remplissent actuellement ces missions. Il s'agit des turbopropulseurs P-3 Orion, "qui arrivent en fin de vie", souligne l'amiral. "Pas à la fin de leur vie utile, mais à la fin de leur vie, complètement. Ils doivent être déclassés", précise-t-il, pour bien montrer qu'il s'agit d'avions qui sont à la limite structurelle définie par leur constructeur, Lockheed Martin.

Le terme de patrouille maritime peut être trompeur. En plus de leur tâche de surveillance de larges zones de la mer, ces avions effectuent des missions importantes dans la lutte anti-sous-marine, un potentiel que le JEMAD qualifie d'"énorme". Et comme si cela ne suffisait pas, l'amiral ajoute la "très haute priorité du remplacement des F-18 aux îles Canaries". Il s'agit d'avions de combat acquis d'occasion auprès de l'U.S. Navy dans les années 1990 et qui atteindront la fin de leur vie opérationnelle entre 2022 et 2024.

PHOTO/Navantia - Las nuevas fragatas F-110 que están en proceso de construcción en Navantia no llegarán a tiempo para sustituir a las seis fragatas F-80 que, en breve, van a comenzar a ser retiradas de servicio de forma progresiva
PHOTO/Navantia - Les nouvelles frégates F-110 en cours de construction chez Navantia n'arriveront pas à temps pour remplacer les six frégates F-80 qui seront bientôt retirées du service.

"En aucun cas, les îles Canaries ne seront laissées sans un détachement aérien adéquat", souligne-t-il. Si, pour une raison quelconque, les F-18 de la 46e escadre stationnés à la base aérienne de Gando, sur l'île de Gran Canaria, devaient être hors service, "des chasseurs seraient déployés depuis le continent". Sur la liste des priorités absolues figure la modernisation des cinq frégates F-100 de la classe "Álvaro de Bazán", entrées en service entre 2002 et 2012 et dont les équipements embarqués ont accumulé des années d'obsolescence. Toutefois, "tout dépendra du scénario financier pour 2022 et les années suivantes", a déclaré l'amiral López Calderón.

Sous les directives du JEMAD, le président des chefs d'état-major interarmées (JEMACON), le lieutenant-général Fernando García González-Valerio, dirige la nouvelle phase de planification, dont l'un des documents finaux est l'objectif de capacités militaires, qui couvre les six prochaines années. C'est de là que découle la liste intégrée unifiée, la liste complète et hiérarchisée des besoins à satisfaire, mais toujours dans le respect des budgets généraux de l'année 2022 et des années suivantes. Si le budget de l'année prochaine n'en est encore qu'au stade de l'élaboration, il faut imaginer l'état du reste des années à venir.