PUBLICIDAD

Iberdrola

Washington impose de nouvelles sanctions aux responsables et entités russes

M. Biden expulse 10 diplomates russes et sanctionne 32 entités et personnes
Atalayar_Joe biden y Putin

 -  

Le département du Trésor américain a publié une déclaration dans laquelle il nomme 16 entités et 16 personnalités russes qui ont fait l'objet de sanctions financières, affirmant qu'elles sont impliquées dans des "activités agressives et nuisibles du gouvernement de la Fédération de Russie".

Les États-Unis, outre l'annonce de l'imposition de sanctions à l'encontre de 32 entités et personnalités russes, ont également notifié l'expulsion de 10 diplomates russes de Washington en raison des allégations d'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine.

Selon le communiqué du Trésor américain, les sanctions visent les entreprises technologiques qui collaborent avec les services de renseignement russes pour mener des activités "malveillantes" contre les États-Unis. Ils indiquent également que le président américain Joe Biden a signé aujourd'hui un décret permettant au gouvernement américain d'imposer des sanctions à tout secteur de l'économie russe afin de punir Moscou pour son ingérence dans les élections américaines de 2020.

En vertu de ces sanctions, tous les avoirs et intérêts des entités et des personnes visées par les sanctions sont interdits sur le territoire américain. En outre, il est interdit aux entreprises et aux citoyens américains de traiter avec eux en leur fournissant des contributions, de l'argent, des biens ou d'autres services.

Washington a également interdit à ses entreprises d'acheter directement des titres de créance russes émis par la Banque centrale, le Fonds de la richesse nationale ou le ministère russe des Finances. La Maison Blanche a également annoncé l'expulsion de 10 personnes de la mission diplomatique russe à Washington, dont elle ne révélera pas l'identité avant la rédaction de ce rapport.

Atalayar_La portavoz del Ministerio de Relaciones Exteriores de Rusia, Maria Zakharov

Pendant ce temps, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que les sanctions américaines étaient contraires aux intérêts des deux pays et a noté que "la réponse de Moscou aux sanctions est impérative".

Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur américain à Moscou pour l'informer de la position de la Russie sur les récentes sanctions, rapporte l'Agence France Presse (AFP).

La nouvelle administration américaine laisse entendre depuis des semaines qu'elle a l'intention d'imposer des sanctions à la Russie. Sous son accusation d'ingérence dans l'élection présidentielle en faveur de l'ancien président Donald Trump, ainsi que dans l'affaire d'empoisonnement de l'opposant russe Alexei Navalny.

Cela fait suite aux discussions sur une éventuelle rencontre au sommet entre le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine dans des pays tiers, selon une proposition faite par M. Biden à M. Poutine lors d'un appel téléphonique entre eux mardi. Toutefois, le Kremlin a annoncé ce matin que si les États-Unis imposent des sanctions à la Russie, il sera difficile d'organiser un sommet entre Poutine et Biden.

Atalayar_Putin

"Ce qui est actuellement discuté, ce sont d'éventuelles sanctions, et cela ne contribuera en rien à la tenue d'une telle réunion", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en référence au sommet. Il a ajouté que "c'est à Poutine et à Biden de décider si le sommet aura lieu."

Le mois dernier, Peskov a déclaré que "le Kremlin n'est pas d'accord avec les conclusions du rapport de la CIA sur l'ingérence de la Russie dans l'élection américaine de 2020 et considère qu'elles ne sont pas étayées par des preuves."

Il convient de noter que depuis que M. Biden a pris ses fonctions au début de l'année, les relations russo-américaines ont été marquées par de nombreuses controverses et une escalade de déclarations. Surtout la fois où Biden est allé jusqu'à décrire Poutine comme un "meurtrier".

À la mi-mars, M. Biden a déclaré, dans une interview accordée à la chaîne américaine ABC NEWS, que le président russe était un "meurtrier" et qu'il paierait le prix de son ingérence dans la récente élection présidentielle américaine, le mettant en garde contre les "conséquences" de son intervention.