PUBLICIDAD

Iberdrola

Washington ordonne l'évacuation du personnel non essentiel de son ambassade à Kiev

Le Royaume-Uni a également décidé de commencer à rapatrier ses diplomates. Les autorités ukrainiennes ont qualifié cette démarche de "prématurée"
AFP/SERGEI SUPINSKY

AFP/SERGEI SUPINSKY  -   Bâtiment de l'ambassade des États-Unis à Kiev, le 24 janvier 2022 L'Ukraine a déclaré le 24 janvier qu'il était "prématuré" pour les États-Unis d'évacuer les familles de son personnel diplomatique à Kiev par crainte d'une invasion russe imminente.

Le département d'État a ordonné aux familles des diplomates de l'ambassade des États-Unis à Kiev de quitter l'Ukraine, avertissant que "l'action militaire russe pourrait intervenir à tout moment". Washington a également autorisé l'évacuation du personnel non essentiel des ambassades et a exhorté ses ressortissants en Ukraine à quitter le pays. Le département d'État prend ces mesures après qu'elles ont été demandées par l'ambassade des États-Unis à Kiev la semaine dernière.

Le secrétaire d'État Antony Blinken aurait informé le président Volodymyr Zelensky de cette décision lors de sa visite à Kiev. Selon des sources proches du gouvernement ukrainien, Zelensky a déclaré à CNN que si les États-Unis devaient prendre une mesure aussi spectaculaire, il s'agirait d'une "réaction excessive".

AFP/KAY NIETFELD
AFP/KAY NIETFELD - Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adresse à la presse après avoir rencontré ses homologues allemand, français et britannique au ministère allemand des Affaires étrangères à Berlin.

Malgré cette annonce, Washington a souligné que cette décision "ne compromet en rien le soutien à l'Ukraine". Le département d'État clarifie la question afin de ne pas provoquer à nouveau des réticences chez ses alliés en Ukraine, comme il l'a fait récemment après des remarques controversées du président Joe Biden. Lors d'une conférence de presse, le dirigeant américain a affirmé qu'une "incursion mineure" de la Russie en Ukraine aurait moins de conséquences qu'une invasion. Les autorités ukrainiennes ont condamné ces propos, accusant Biden de "donner à Vladimir Poutine le feu vert pour entrer quand il le souhaite". Zelensky a également exprimé son indignation sur son compte Twitter. "Il n'y a pas d'incursions mineures. Tout comme il n'y a pas de victimes mineures et peu de douleur pour la perte d'êtres chers", a-t-il écrit. 

Mapa que muestra los Estados miembros de la Organización del Tratado del Atlántico Norte (OTAN) y los países que pretenden adherirse AFP/AFP
AFP/AFP - Carte montrant les États membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et les pays qui ont l'intention d'y adhérer.

Le gouvernement ukrainien a néanmoins qualifié la décision de Washington de "prématurée". Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a rappelé à ses partenaires américains qu'il n'y a eu "aucun changement radical dans la situation sécuritaire récente" et que "le renforcement des troupes russes près de la frontière ukrainienne a commencé en avril de l'année dernière". "La menace de nouvelles vagues d'agression russe est restée constante depuis 2014", a ajouté dans un communiqué. Cependant, bien que le ministère des Affaires étrangères cherche à rassurer ses alliés, le dernier rapport de renseignement du ministère de la défense révèle que la Russie a déployé plus de 127 000 soldats dans la région.

Un militar de las Fuerzas Militares de Ucrania, observa a través de un catalejo en un refugio en la línea del frente con los separatistas apoyados por Rusia, cerca de Gorlivka, región de Donetsk, el 23 de enero de 2022 AFP/ANATOLII STEPANOV
AFP/ANATOLII STEPANOV - Un soldat des forces militaires ukrainiennes regarde à travers une lorgnette un abri situé sur la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie, près de Gorlivka, dans la région de Donetsk, le 23 janvier 2022.
Londres commence à évacuer sa délégation diplomatique

À l'instar des États-Unis, le Royaume-Uni a également commencé à rapatrier une partie de son personnel diplomatique et leurs familles de l'ambassade britannique à Kiev. Comme Washington, Londres a indiqué que l'ambassade continuerait à fonctionner de manière ininterrompue. L'Union européenne, quant à elle, a assuré qu'elle n'avait pas l'intention de retirer ses fonctionnaires. Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de "dramatiser la situation", soutenant ainsi le point de vue ukrainien sur la question.

Selon le New York Times, la Russie retire également ses diplomates d'Ukraine. Des sources ukrainiennes ont déclaré au journal américain que les délégations russes ont commencé à quitter le pays le 5 janvier. Toutefois, Oleg Nikolenko a déclaré que le ministère ukrainien des Affaires étrangères n'avait reçu aucune information sur la prétendue évacuation du personnel russe.

Aviadores del 436º Escuadrón de Puerto Aéreo paletizan municiones, armas y otros equipos con destino a Ucrania durante una misión de ventas militares extranjeras en la Base de la Fuerza Aérea de Dover, en Delaware, Estados Unidos, el 21 de enero de 2022 U.S. Air Force/Mauricio Campino via REUTERS
U.S. Air Force/Mauricio Campino via REUTERS - Des aviateurs du 436th Air Port Squadron palettisent des munitions, des armes et d'autres équipements destinés à l'Ukraine au cours d'une mission de vente de matériel militaire à l'étranger sur la base aérienne de Dover, dans le Delaware (États-Unis), le 21 janvier 2022.

D'autre part, Moscou a démenti le rapport du New York Times. "Malgré les provocations et le comportement agressif des radicaux locaux, je répète que nos missions fonctionnent comme d'habitude", a souligné Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

L'Ukraine reçoit une deuxième cargaison américaine 

Outre l'annonce concernant l'ambassade des États-Unis à Kiev, le département d'État a également souligné la position de l'administration Biden sur la crise en Ukraine. "Nous restons sur la voie de la diplomatie", a-t-il souligné. Cependant, alors que Washington prône la diplomatie, il a déjà expédié son deuxième lot d'armes à l'Ukraine. "Plus de 80 tonnes d'armes pour renforcer les capacités de défense de l'Ukraine de la part de nos amis des Etats-Unis ! Et ce n'est pas la fin", a écrit sur Twitter Oleksii Reznikov, le ministre ukrainien de la Défense.

 Miembros de las Fuerzas de Defensa Territorial de Ucrania, unidades militares voluntarias de las Fuerzas Armadas, entrenan en un parque de la ciudad en Kyiv, Ucrania, el 22 de enero de 2022. Decenas de civiles se han unido a las reservas del ejército ucraniano en las últimas semanas ante el temor de una invasión rusa AP/EFREM LUKATSKY
AP/EFREM LUKATSKY - Des membres des Forces de défense territoriale d'Ukraine, unités militaires volontaires des forces armées, s'entraînent dans un parc de la ville de Kiev, en Ukraine, le 22 janvier 2022. Des dizaines de civils ont rejoint les réserves de l'armée ukrainienne ces dernières semaines, par crainte d'une invasion russe.

Le premier envoi est arrivé vendredi. La cargaison comprenait "près de 200 000 livres d'aide létale, notamment des munitions pour les défenseurs de la ligne de front de l'Ukraine", comme l'a indiqué l'ambassade des États-Unis à Kiev. La fourniture d'armes américaines n'est pas nouvelle, car Washington soutient militairement l'Ukraine depuis longtemps. À cet égard, Blinken a réaffirmé son engagement envers Kiev. "L'entrée d'un seul soldat russe" en Ukraine "de manière agressive provoquerait une réponse immédiate, sévère et unifiée des États-Unis et de l'Europe", a prévenu la secrétaire d'État sur CNN.

L'UE et les États-Unis élaborent une réponse coordonnée à l'invasion russe présumée

Ce lundi, les 27 ministres des Affaires étrangères de l'UE se réuniront à Bruxelles pour réexaminer la situation en Ukraine. Le secrétaire d'État Antony Blinken participera aussi virtuellement au sommet, l'UE et les États-Unis cherchant à élaborer une réponse commune et coordonnée à une éventuelle agression russe.

Un póster del presidente ruso Vladimir Putin se utiliza como práctica de tiro a lo largo de una trinchera en la línea del frente con los separatistas apoyados por Rusia cerca de la aldea de Zolote, en la región de Lugansk, el 21 de enero de 2022 AFP/ANATOLII STEPANOV
AFP/ANATOLII STEPANOV - Une affiche du président russe Vladimir Poutine est utilisée comme cible d'entraînement le long d'une tranchée de la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie près du village de Zolote dans la région de Lugansk, le 21 janvier 2022.

Les diplomates ont fait le point sur les récents développements et ont réaffirmé leur engagement envers Kiev. Ils ont également mis en garde Moscou contre des sanctions. "L'UE est prête à frapper Moscou avec des sanctions sans précédent si la Russie attaque l'Ukraine", a averti le ministre danois des Affaires étrangères Jappe Kofod, selon DW. Au cours de la réunion, il a été proposé d'isoler la Russie du système mondial de paiement SWIFT, mais un groupe de pays dirigé par l'Allemagne a rejeté cette proposition.

Simon Coveney, chef de la diplomatie irlandaise, a annoncé que la Russie avait l'intention de mener des exercices militaires au large de la côte sud-ouest de l'Irlande. "Nous n'avons pas le pouvoir d'empêcher cela, mais j'ai certainement fait comprendre à l'ambassadeur russe en Irlande qu'il n'est pas le bienvenu", a déclaré le ministre. 

​  AP/VIRGINIA MAYO - El jefe de la política exterior de la Unión Europea, Josep Borrell, habla con los medios de comunicación a su llegada a una reunión de ministros de Asuntos Exteriores de la UE en el edificio del Consejo Europeo en Bruselas, el lunes 24 de enero de 2022  ​
​AP/VIRGINIA MAYO - Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'adresse aux médias à son arrivée à une réunion des ministres des affaires étrangères de l'UE dans le bâtiment du Conseil européen à Bruxelles, lundi 24 janvier 2022.

Blinken tiendra un "échange informel" avec ses partenaires européens, qui seront informés de son dialogue avec le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, vendredi. Ils discuteront également du Belarus, de la Syrie, du Kazakhstan et de la Libye.

Selon DW, les initiés de l'UE se sont plaints que le bloc "est marginalisé" dans les discussions entre la Russie et les États-Unis. Lors du sommet OTAN-Russie qui s'est tenu il y a quelques semaines, le Conseil de l'Alliance était dirigé par la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman. Les négociations avec le ministre russe des Affaires étrangères, Lavrov, ont en revanche été menées par une délégation américaine dirigée par Blinken.