Washington a retiré deux scientifiques de l'Iran deux semaines avant l'assassinat du cerveau de son programme nucléaire

Selon le rapport publié par Ensaf News, les Américains les ont fait sortir deux semaines avant de tuer Mohsen Fakhrizadeh
Ebrahim Raisi, presidente electo de Irán AFP/ ATTA KENARE

AFP/ ATTA KENARE  -   Ebrahim Raisi, président élu de l'Iran

Le chaos qui entoure l'État iranien ne semble pas avoir cessé malgré l'arrivée d'Ebrahim Raisi à la présidence. Si l'atmosphère entourant la question nucléaire en Iran est déjà instable en soi, la publication de nouveaux rapports liés à cette question ne fait qu'alimenter cette situation instable. Selon le portail Ensaf News, les États-Unis ont renvoyé deux scientifiques du ministère iranien de la défense du pays deux semaines seulement avant l'assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, grâce aux déclarations d'un ancien responsable de la sécurité. 

Fakhrizadeh était considéré comme l'un des hommes les plus importants dans la conception du programme nucléaire iranien et dirigeait l'Organisation de l'innovation et de la recherche du ministère de la défense. Il a été assassiné le 27 novembre 2020 dans le quartier de Damavand, près de la capitale, Téhéran. L'ancien fonctionnaire qui a révélé cette information à Ensaf News, a déclaré que le nom de Fakhrizadeh a été communiqué aux assassins suite à des rapports sur le vol des documents officiels du programme nucléaire par l'occupation israélienne. C'est l'une des raisons pour lesquelles, lorsque le ministère a annoncé l'assassinat de Mohsen, tous les regards se sont tournés vers Jérusalem. 

El expresidente de Irán, Hassan Rouhani AFP PHOTO / HO / PRESIDENCIA IRANÍ
AFP PHOTO / HO / PRÉSIDENCE IRANIENNE - L'ancien président iranien Hassan Rouhani

Le gouvernement iranien, comme à l'accoutumée, s'efforce de réduire au minimum la quantité d'informations qui sont mises au jour sur ces questions. En fait, le média, connu pour ses liens avec les forces réformistes, aurait été menacé et soumis à des pressions pour retirer immédiatement le rapport de son site web. Pour l'instant, on ne sait pas dans quelle mesure cela peut affecter le nouveau gouvernement dirigé par Raisi, mais du côté de l'exécutif - comme cela a toujours été le cas sous la présidence de Hassan Rohani - on n'est pas très chaud pour avoir la transparence comme bannière. 

Mahmud Alavi, ministre iranien du renseignement, a déclaré que l'un des complices impliqués dans le meurtre de Fakhrizadeh était un ancien membre des forces armées. Il a ajouté qu'il avait fui le pays avant le début de l'opération. Toutefois, il convient également de noter que cet assassinat a été précédé de plusieurs autres liés au programme nucléaire iranien.  Entre 2009 et 2011, jusqu'à quatre scientifiques nucléaires iraniens liés au programme ont également été assassinés dans la capitale, ce qui laissait déjà entrevoir le danger entourant une stratégie nucléaire qui tient en haleine toute la société internationale.

, el ayatolá Alí Jamenei AFP PHOTO / HO / KHAMENEI.IR
AFP PHOTO / HO / KHAMENEI.IR-El ayatollah Ali Yamenei

La publication de ce rapport par Ensaf News intervient à un moment compliqué pour l'Iran. Non pas en raison de sa situation instable - qui n'a jamais cessé d'exister - mais parce qu'il est récemment entré dans un processus de transition avec l'arrivée au pouvoir d'un nouveau président. Un leader qui, de plus, est inconnu au niveau international. Ali Reza Eshraghi, directeur de projet de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de l'Institute for War and Peace Reporting, évoque le secret qui entoure sa figure : "De qui s'entoure-t-il ? Avec qui va-t-il travailler ? Qui a facilité son arrivée à la présidence ? Ce sont les questions les plus importantes", a déclaré Eshraghi à propos de Raisi.

Le nouveau personnage clé de la politique iranienne bénéficie du soutien du Guide suprême Ali Khamenei, qui est précisément l'un de ses atouts les plus précieux puisque le désormais président (toujours élu) était le chef du pouvoir judiciaire en Iran. Cela n'enlève rien au fait que Raisi, décrit par beaucoup comme un fanatique et un opportuniste, est depuis longtemps dans le collimateur de plusieurs organisations, comme les Nations unies (ONU) elles-mêmes.  Même pas deux semaines après la victoire des ultraconservateurs aux élections du 18 juin, Javed Rehman, enquêteur des Nations unies sur les droits de l'homme en Iran, a demandé le 30 juin une enquête indépendante sur l'exécution par l'État de milliers de prisonniers politiques en 1988. 

E  científico iraní Mohsen Fakhrizadeh es visto en Irán en esta foto sin fecha tomada antes de su muerte PHOTO/ Sitio web oficial de Jamenei/WANA (Agencia de Noticias de Asia Occidental) via REUTERS
PHOTO/Site officiel de Khamenei/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS-Le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh est vu en Iran sur cette photo non datée prise avant sa mort.

"Je pense que c'est le bon moment, et il est très important maintenant que Raisi est devenu président, que nous commencions à enquêter sur ce qui s'est passé en 1988 et sur le rôle de tous les individus", a déclaré l'enquêteur de l'ONU. La clarification de cette question pourrait être d'une grande importance, non seulement pour la figure du nouveau président iranien, mais aussi pour toutes les familles qui ont subi les conséquences du massacre et qui pourront en savoir plus sur ce qui s'est passé grâce à l'enquête que l'ONU entend lancer.

Cette controverse, ainsi que la publication du rapport sur les actions des États-Unis visant à renvoyer deux scientifiques d'Iran, ont mis Raisi dans une situation compliquée dès sa victoire aux élections. Toutefois, la stratégie de l'Iran ne semble pas connaître de changements majeurs, de sorte qu'il ne devrait pas être facile de clarifier cette situation depuis Téhéran. Le secret et le contrôle étroit de l'information ne semblent pas avoir pris fin avec le départ de Rohani du pouvoir.