PUBLICIDAD

Iberdrola

Xi Jinping atterrit à Riyad pour conclure un accord de partenariat stratégique avec l'Arabie saoudite

La première visite de la Chine au Royaume depuis six ans déclenche la sonnette d'alarme à Washington
Xi Jinping Salman bin Abdulaziz

AFP/NICOLAS ASFOURI  -   Xi arrivera pour une visite de trois jours qui comprendra des réunions avec la famille royale saoudienne, le Conseil de coopération du Golfe et d'autres dirigeants du Moyen-Orient

Les hauts responsables du régime saoudien ont déroulé le tapis rouge pour l'arrivée de Xi Jinping. Le président chinois a atterri à l'aéroport international King Khalid de Riyad mercredi après-midi dans le cadre d'une visite officielle de trois jours visant à consolider les liens économiques et commerciaux croissants entre les deux pays. M. Xi entend profiter de l'occasion pour sceller un accord de partenariat stratégique avec l'Arabie saoudite, un allié traditionnel des États-Unis dans la région, avec lequel ils ont travaillé en étroite collaboration ces dernières années. 

Le gouverneur de la province de Riyad Faisal bin Bandar bin Abdulaziz, le ministre des affaires étrangères Faisal bin Farhan Al Saud et le directeur du Fonds d'investissement public saoudien - l'un des véhicules d'investissement public les plus puissants du monde - Yasir Al-Rumayyan, également directeur de la compagnie pétrolière publique Saudi Aramco, ont reçu le dirigeant chinois sur le tarmac. Ni le roi Salman bin Abdulaziz ni le prince héritier Mohammed bin Salman, le dirigeant de facto du royaume, n'étaient présents

Il s'agit de la première visite de Xi Jinping en Arabie saoudite depuis 2016. C'est également son troisième voyage à l'étranger depuis le lancement de COVID-19. Le président chinois a précédemment participé aux sommets du G20 et de l'APEC, respectivement en Indonésie et en Thaïlande, pour ses premières apparitions sur la scène internationale depuis 2020. Mais l'Arabie saoudite est le premier pays qu'il visite pour une rencontre bilatérale, un signe significatif qui souligne l'importance stratégique du royaume wahhabite pour le géant asiatique. 

Au cours de son séjour dans le pays, Xi devrait participer à deux sommets multilatéraux où il rencontrera plus de 30 chefs d'État et de gouvernement de la région. Il participera au sommet sino-arabe et au sommet du Conseil de coopération du Golfe avec la Chine, selon l'agence de presse nationale saoudienne SPA. La délégation chinoise est susceptible de tenir d'autres négociations bilatérales pour conclure des accords économiques et de sécurité avec certains des pays présents.

Xi Jinping Mohamed bin Salman
AFP/DELA PENA  -   Sur cette photo d'archive, le prince héritier saoudien de l'époque, Mohammed bin Salman (g), salue le président chinois Xi Jinping (d) lors d'une réunion à la maison d'hôtes Diaoyutai à Pékin, le 31 août 2016

Auparavant, Xi Jinping rencontrera le monarque Salman bin Abdulaziz et Mohammed bin Salman, alias MBS, le nouveau premier ministre. Aucune des deux parties n'a voulu donner de détails sur la nature de la réunion, bien qu'une rumeur circule selon laquelle Riyad et Pékin pourraient signer un accord de coopération stratégique couvrant de multiples domaines, du libre-échange à l'énergie nucléaire. Tout accord serait l'ultime coup de pouce à des relations qui n'ont fait que se développer ces dernières années. 

Riyad est impliqué dans la Nouvelle route de la soie de la Chine, tandis que Pékin participe au plan Vision 2030 visant à diversifier les revenus de l'État saoudien. En effet, la Chine a investi 106,5 milliards de dollars dans l'économie du Royaume au cours des deux dernières décennies, selon les données IntelTrak de Janes, devant le Koweït et les EAU. Selon SPA, le commerce bilatéral a atteint 80 milliards de dollars en 2021

Ce n'est pas tout. L'Arabie saoudite est devenue le premier fournisseur de pétrole de la Chine. L'année dernière, le royaume wahhabite a fourni 17 % des importations de pétrole brut du géant asiatique. La Chine, pour sa part, est désormais le premier partenaire commercial de l'Arabie saoudite. Les deux pays entretiennent des relations complexes qui tournent autour de la vente d'armes, du transfert de technologies et de projets d'infrastructure sur le sol saoudien dans lesquels des entreprises chinoises sont impliquées.

Arabia Saudí China
AFP/AFP  -   Fiche d'information sur les profils commerciaux des produits de base de la Chine et de l'Arabie saoudite
Un appel au réveil pour les États-Unis 

L'Arabie saoudite a toujours été un farouche opposant au communisme, notamment pendant la guerre froide, en tant qu'allié clé des États-Unis et garant de leur stabilité interne. La Maison des Saoud n'a reconnu le gouvernement du Parti communiste chinois (PCC) qu'à la fin des années 1980 et, auparavant, elle soutenait le gouvernement de Taïwan. Les rôles ont toutefois été inversés, pour satisfaire ses intérêts. Aujourd'hui, Riyad et Pékin forment un partenariat stratégique en pleine expansion

L'atterrissage de Xi à Riyad envoie un message clair dans un contexte régional marqué, entre autres, par l'éloignement visible entre l'Arabie saoudite et les États-Unis depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. Les dirigeants saoudiens sont plongés dans une reconfiguration des alliances au niveau régional, convaincus qu'ils peuvent jouer un rôle important dans le scénario géopolitique multipolaire qui se dessine. Riyad ne veut pas être obligé de choisir son camp dans la course à l'hégémonie entre Washington et Pékin. 

Encore moins à l'heure où ses relations avec les États-Unis sont au plus bas suite au retrait militaire américain dans la région, initié par l'administration Biden et mis en scène en Afghanistan, et aux désaccords retentissants sur la production pétrolière et la prise de décision saoudienne au sein de l'OPEP+. Riyad n'a pas cédé aux pressions de la diplomatie américaine à cet égard, et s'est aligné sur les intérêts de la Russie en pleine invasion de l'Ukraine. 

Arabia Saudí China
AFP/Rolex DELA PENA  -   Le président chinois Xi Jinping et le vice-prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman (2e G) se rencontrent avant le sommet du G20 à Pékin, en Chine, le 31 août 2016

Le président chinois entend profiter de cette fenêtre d'opportunité avec sa visite à Riyad, mais Xi est conscient de la difficulté de déloger Washington. Les États-Unis restent un partenaire d'une importance vitale, notamment sur le plan militaire, et n'abandonnent pas la partie. Lors de sa rencontre controversée avec MBS en juillet dans la ville saoudienne de Jeddah, Biden a incarné le message de l'envoyé spécial américain pour le Yémen, Tim Lenderking, qui a clairement indiqué qu'"ils ne vont nulle part" et que Washington "est un partenaire vital non seulement pour l'Arabie saoudite, mais pour tous les pays de la région". 

"Les liens militaires forts de l'Arabie saoudite avec les États-Unis peuvent limiter l'ouverture de Riyad à une plus grande présence militaire chinoise dans le royaume, du moins à court terme", explique l'analyste Naser Al-Tamimi de l'Institut Mercator pour les études chinoises. Xi, cependant, tentera de tirer le meilleur parti de cette opportunité.