PUBLICIDAD

Iberdrola

Yanja el Khattat, président de la région de Dakhla : "L'ouverture de nombreux consulats à Dakhla et Laayoune facilite la visibilité pour les investisseurs"

Le dirigeant marocain a déclaré à Atalayar que "la coopération entre les hommes d'affaires espagnols et marocains stimulera le développement de la région et de l'Afrique subsaharienne"
Yanjia el Khattat

PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ-ATALAYAR  -   Yanjia el Khattat

Yanja el Khattat, président de la région de Dakhla, a accordé une interview à Atalayar dans laquelle il a souligné la grande importance que la collaboration entre les hommes d'affaires espagnols et marocains peut avoir pour le développement régional et l'Afrique subsaharienne, et dans laquelle il a souligné que la formule marocaine de large autonomie pour le Sahara occidental sous la souveraineté du royaume alaouite est la meilleure option pour résoudre le problème sahraoui et promouvoir la croissance dans la région. 

Après la tenue du Forum d'investissement Espagne-Maroc, les entrepreneurs espagnols peuvent enfin venir à Dakhla, êtes-vous satisfaits ?

Les investisseurs espagnols ont toujours été les bienvenus à Dakhla, bien sûr, et maintenant, après le renouvellement de la dynamique entre l'Espagne et le Maroc, ils le sont encore plus. Nous avons organisé ce forum à Dakhla pour faciliter aux investisseurs et entrepreneurs espagnols les opportunités d'investissement qu'offre notre région. Dakhla a une situation géostratégique magnifique, le Royaume du Maroc a fait un investissement important dans les infrastructures pour faire de nous une région attractive en termes de routes, de ports, d'énergie, d'aéroports, de zones industrielles pour tous les secteurs tant pour l'agriculture que pour l'élevage, la pêche, le tourisme, les énergies renouvelables et la logistique, tous ces secteurs, aujourd'hui, à Dakhla sont des secteurs émergents. Nous pensons que la coopération entre les hommes d'affaires espagnols et marocains donnera un élan très important au développement non seulement de notre région mais aussi de toute l'Afrique subsaharienne, puisque la région est la porte d'entrée de l'Afrique subsaharienne. L'un des grands projets structurels est la route qui reliera l'Europe à l'Afrique, qui passera par le Maroc, sans doute l'un des projets les plus importants, et il y a aussi le projet de port atlantique qui facilitera le commerce entre l'Afrique subsaharienne et l'Amérique latine, qui sera complémentaire des ports espagnols des îles Canaries. En ce moment, nous franchissons des étapes très importantes car nous examinons les possibilités de coopération les plus fructueuses pour l'Espagne et le Maroc, et c'est dans ce contexte qu'a été organisé le Forum des investissements Espagne-Maroc. 

Tout dépend du renouvellement des relations entre l'Espagne et le Maroc, ce qui était sans doute nécessaire

Les relations entre l'Espagne et le Maroc doivent être très fortes en raison des raisons historiques et géographiques et des intérêts communs qui nous unissent. La dynamique politique que la région a connue avec la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur les régions du sud du pays et la reconnaissance de celle-ci par le gouvernement espagnol est l'initiative la plus appropriée pour résoudre ce problème. L'ouverture de nombreux consulats à Dakhla et Laayoune facilite la visibilité pour les investisseurs et je suis sûr que cela montre que nous sommes une région stable avec de grandes opportunités d'investissement, et je crois que l'Espagne, en tant que premier partenaire du Maroc, gardera toujours ses portes ouvertes. 

Qui a été le précurseur de toutes ces initiatives ?

Tout ceci est dû à la vision du Roi Mohammed VI de doter les régions du sud du Maroc d'une infrastructure qui facilite l'exploitation du potentiel dont nous disposons. Mohamed VI a fait avancer le nouveau modèle de développement des régions du sud avec un budget de plus de 8 milliards de dollars, dont 2,5 milliards ont été alloués à Dakhla pour la rénovation des infrastructures. Presque tous les projets de rénovation sont bien avancés, environ 70 % d'entre eux étant achevés, le reste étant en cours. La connexion de Dakhla à l'ensemble du réseau électrique marocain est achevée, les connexions routières entre Dakhla et Laayoune sont en cours de finalisation, le port de pêche est achevé à 100%, nous venons de commencer les travaux du port atlantique, et tout cela constitue une forte complémentarité économique entre l'Espagne et le Maroc.

Yanjia el Khattat
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ-ATALAYAR - Yanjia el Khattat

Depuis l'Espagne et les îles Canaries, il doit être considéré comme un complément qui génère de nouvelles opportunités de développement et non comme une concurrence.

En effet, la demande en Afrique est très forte. Selon les études, d'ici 2050, un citoyen sur trois dans le monde sera africain, la demande va donc augmenter. Nous croyons en l'importance de la position géostratégique de Dakhla au sud du Maroc, en face des îles Canaries, nous croyons qu'ensemble nous pouvons jouer un rôle très important en termes d'intégration de manière complémentaire, tous les ports auront du travail à faire. Le potentiel de la région en matière de tourisme, d'agriculture, de pêche, de logistique, de commerce et d'énergies renouvelables est énorme. Dans le cadre de notre programme de développement régional, nous avons intégré les zones logistiques comme un élément extrêmement important. Les investisseurs espagnols sont les bienvenus pour qu'avec les investisseurs marocains, nous puissions commencer à établir une feuille de route et faire un pas en avant en Afrique. 

Comme cela a été expliqué, d'ailleurs, avec une certitude juridique ou, au contraire, jusqu'à ce que la question de la propriété marocaine du Sahara soit résolue aux Nations unies, pourrait-il y avoir des problèmes ?   

Nous sommes les vrais représentants de la population, 80% des Sahraouis vivent dans les provinces du Sahara, nous avons été élus démocratiquement par le peuple, donc nous parlons au nom de la société civile et nous défendons leurs intérêts au Maroc. Nous sommes sûrs que la seule solution viable est celle d'une large autonomie marocaine, la communauté internationale prend conscience que cette initiative est la seule solution réelle et viable à ce problème. 

Nous avons parlé à de nombreux Sahraouis qui se trouvent dans les camps de Tindouf et c'est leur grand désir, être réunis avec leurs familles, résoudre enfin le conflit et avoir l'éducation, le développement, les soins de santé, etc. Tôt ou tard, l'Algérie devra s'asseoir pour négocier sur tout cela.

En effet, à mon avis, la solution réside dans le développement. Les efforts de développement consentis par le Royaume du Maroc dans les régions du sud sont palpables, on le voit sous forme d'hôpitaux, d'écoles, d'emplois... on parle d'une dynamique économique très forte. D'autre part, l'Algérie a créé des camps sans aucune visibilité où les personnes qui s'y trouvent n'ont aucun avenir. La solution va dans ce sens, main dans la main avec le développement, c'est pourquoi le Roi Mohammed VI a axé la stratégie d'investissement sur le développement des régions du Sud afin que tous les Marocains qui veulent participer par l'investissement puissent aussi y participer. 

Nous voyons comment il y a d'autres mouvements politiques qui ont une grande représentation parmi le peuple sahraoui, comme le Mouvement Sahraoui pour la Paix, le Front Polisario n'est pas le seul représentant du peuple sahraoui, comme il prétend l'être. 

Le Polisario n'a jamais été le seul représentant du peuple sahraoui, 80% du peuple sahraoui est ici, et d'autres mouvements comme le Mouvement Sahraoui pour la Paix, qui représentent également le peuple sahraoui, témoignent que le projet du Front Polisario a déjà échoué. Sauf à Tindouf, où il n'y a aucune visibilité et où les gens vivent dans des conditions inhumaines et très difficiles. 

Yanjia el Khattat
PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ-ATALAYAR - Yanjia el Khattat

Staffan de Mistura, en tant que nouvel envoyé spécial de l'ONU, peut proposer une nouvelle table de négociation pour mettre enfin un terme à ce problème, avez-vous confiance dans ces efforts ?

Au Sahara marocain, il y a une stabilité totale, il n'y a aucun conflit, nous avons une coexistence entre tous les membres de la région. Le problème est que le plan de l'Algérie est mort et qu'elle doit le reconnaître. L'Algérie doit se joindre aux efforts internationaux qui veulent une solution viable pour tous, le Maroc dans ce contexte a fourni le plan pour une large autonomie marocaine qui est la seule viable, la meilleure chose pour l'Algérie est d'approuver cette solution et de faire ce pas qui renouvellerait et renforcerait les relations entre les pays. L'Algérie doit s'ouvrir à une intégration économique fructueuse pour nos peuples. 

Enfin, nous encourageons les investisseurs espagnols à connaître la région, mais aussi les touristes. Le potentiel touristique de Dakhla pour les Espagnols est énorme. 

Dakhla est présentée comme la première destination pour les sports nautiques au Maroc et la quatrième au monde. Des compétitions internationales des principaux sports nautiques y ont été organisées avec la présence des plus grandes chaînes internationales. Dakhla a aujourd'hui un énorme potentiel dans des secteurs tels que le tourisme, l'agriculture, la logistique, les énergies renouvelables, la pêche, où nous sommes la ville la plus importante du Maroc, les investisseurs espagnols peuvent être sûrs qu'ils ont devant eux une magnifique opportunité.