PUBLICIDAD

Iberdrola

Zelenski accueille Guterres à Kiev pour travailler sur l'évacuation des civils ukrainiens

Le secrétaire général des Nations unies rencontre Zelenski deux jours après sa rencontre avec Vladimir Poutine pour faire pression en faveur d'un groupe de contact et assurer la création de corridors humanitaires sûrs
atalayar-antonioo-guterres-secrétaire-onu-borodianka-ukraine-kiev

REUTERS/GLEB GARANICH  -   Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, visite la ville de Borodianka alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 28 avril 2022

La capitale ukrainienne de Kiev, destination d'importantes visites diplomatiques ces dernières semaines, est devenue le théâtre d'une rencontre entre le président Volodymir Zelenski et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ce jeudi. En outre, le haut représentant de l'organisation mondiale a également rencontré le ministre des affaires étrangères du pays, Dmytro Kuleba, ainsi que des membres de diverses agences des Nations unies afin d'analyser "l'optimisation de l'aide humanitaire" dans le pays. 

Mardi, M. Guterres s'est assis avec Vladimir Poutine à la célèbre table de marbre du Kremlin pour demander un cessez-le-feu "dès que possible" et négocier avec le dirigeant russe la création d'un groupe de contact tripartite. L'objectif le plus urgent de cette proposition serait de coordonner les parties avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et d'évacuer les centaines de civils piégés dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol, ainsi que de garantir l'ouverture de couloirs humanitaires sûrs dans toute l'Ukraine. 

atalayar-onu-guterres-putin-rusia-moscu-reunidos
KREMLIN/VLADIMIR ASTAPKOVICH via REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine participe à une réunion avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à Moscou, en Russie, le 26 avril 2022

La situation dans l'Azovstal devient de plus en plus critique d'heure en heure. "Des centaines d'hommes sont blessés à différents niveaux de gravité. Ils ont vraiment besoin d'une aide médicale. Il n'y a pas d'installations, de médicaments ou de personnel pour nous aider", a déclaré le commandant des marines des forces armées ukrainiennes (FAU), Serhiy Volynsky, dans un appel. 

Ainsi, malgré l'insistance de M. Poutine sur les exigences de sécurité de la Russie pour le retrait de ses troupes (la résolution territoriale de la Crimée et de la région de Donbas), M. Guterres a réussi à arracher au dirigeant de Moscou une reconnaissance de la situation "tragique" à Mariupol et un engagement douteux à permettre, "en principe", l'évacuation des centaines de personnes piégées dans Azovstal. 

atalayar-guterres-onu-ucrania-irpin-bucha-guerra-rusia
REUTERS/GLEB GARANICH - Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, visite la ville d'Irpin, alors que l'attaque de la Russie contre l'Ukraine se poursuit, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, le 28 avril 2022

Aujourd'hui, 64e jour depuis le début de la guerre en Europe de l'Est, M. Zelenski a reçu le secrétaire général Antonio Guterres à Kiev, où les deux dirigeants se sont entretenus du groupe de contact Russie-Ukraine et des opérations d'évacuation. Cependant, au cours de son séjour dans le pays - depuis son arrivée mercredi - António Guterres a visité certaines des villes proches de Kiev qui ont été le plus durement touchées par les attaques russes - comme Irpin, Borodianka et la tragiquement célèbre Bucha - et a reçu des informations de première main sur ce qui s'est passé dans leurs rues. 

atalayar-corte-penal-internaciional-funcionamiento-guterres-rusia-ucrania-guerra
AFP/AFP - Fiche d'information de la Cour pénale internationale, montrant les différentes étapes de la procédure

"J'imagine ma famille devant l'une de ces maisons désormais détruites et noircies. Je vois mes petites-filles qui courent, paniquées. La guerre est une absurdité au XXIe siècle, aucune guerre n'est acceptable, car lorsque nous parlons de crimes de guerre, nous ne pouvons pas oublier que le pire crime est la guerre elle-même", a déploré António Guterres lors de son passage à Borodianka. "Quand on voit cet endroit horrible, je comprends combien il est important de mener une enquête complète et d'établir les responsabilités. Je demande instamment à la Russie d'accepter de coopérer avec la CPI", a déclaré le secrétaire général des Nations unies. Le 13 mars déjà, lorsque le procureur de la CPI Karim Khan s'est rendu dans la ville de Bouza, il a déclaré que tout le pays était devenu une "scène de crime".

"Plus vite cette guerre prendra fin, mieux ce sera pour l'Ukraine, la Russie et le monde", a déclaré António Guterres dans un message publié sur son compte Twitter officiel.

atalayar-onu-guterres-fosa-comun-bucha-ucrania-masacre-guerra-rusia
AP/EFREM LUKATSKY - Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, au centre, se tient à côté d'une fosse commune à Bucha, dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, jeudi 28 avril 2022

D'autre part, les désaccords entre Kiev et l'ONU causés par l'itinéraire du Secrétaire général - qui a rendu visite au dirigeant russe avant Zelenski - ont été atténués par la rencontre entre les deux représentants et les explications de Guterres. "L'ordre des visites était une question de logistique. Les lettres ont été envoyées aux deux gouvernements depuis New York ; la Russie a répondu en premier et lorsque les lettres de l'Ukraine sont arrivées, cette visite a été programmée", a déclaré le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à l'agence de presse EFE. 

Et tandis que les efforts diplomatiques se poursuivent et que Moscou, presque totalement inconscient, continue son offensive contre le sud et l'est de l'Ukraine, le bureau du procureur général d'Ukraine a ouvert une enquête contre plusieurs soldats du Kremlin qu'il a accusés d'avoir commis des crimes de guerre dans la ville de Bucha. "Dix soldats de la 64e brigade russe de fusiliers motorisés font l'objet d'une enquête en lien avec le traitement cruel de civils et d'autres violations des lois et coutumes de la guerre", a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué.