Zinedine Zidane et Florentino Pérez, divorce inattendu

Lettre ouverte de l'entraîneur madridista attaquant son président ; apparemment, parce qu'il n'a pas obtenu ce qu'il voulait
Zinedine Zidane y Florentino Pérez

 -  

Le 31 mai. Il apparaît dans le quotidien sportif As une lettre d'adieu de Zinedine Zidane dans laquelle il critique et attaque son président Florentino Perez.

La star française est arrivée au Real Madrid CF en 2001 et, comme il le dit lui-même : "J'ai eu le grand honneur d'être joueur et entraîneur du club le plus important de l'histoire, mais je suis avant tout un autre madridiste".

Sur le terrain de football, il sera difficile de trouver un joueur ayant la classe et le style du Français. Sans doute après Pelé, Di Stefano, Maradona, Messi et Cristiano, le prochain sur la liste. Il y a même des fans qui l'incluent dans ce niveau. Une légende en tant que joueur.

En tant qu'entraîneur, il prend en charge l'équipe première dans une situation compliquée. Il vient tout droit de Castille.

Il laisse tout le monde surpris par ses résultats imbattables, notamment en Ligue des champions. Un record historique : trois titres de la Ligue des champions d'affilée.

Une idole du madridisme respectée par tous. Les madridistes et les non madridistes le respectent peut-être pour son éducation exquise, pour sa tempérance et, ne nous leurrons pas, pour ses résultats extraordinaires.

Dans sa lettre d'adieu, il remercie Florentino de l'avoir fait venir dans le meilleur club de l'histoire et se proclame madridiste.

Zinedine Zidane

Mais il y critique le club : "Il ne me donne plus la confiance dont j'ai besoin, il ne m'offre pas le soutien nécessaire pour construire quelque chose à moyen ou long terme".

"Ils ont oublié tout ce que j'ai construit au quotidien, ce que j'ai apporté dans la relation avec les joueurs, avec les cent cinquante personnes qui travaillent avec et autour de l'équipe".

Ces critiques peuvent être compréhensibles. On ne lui donne pas la confiance dont il a besoin et le soutien pour construire quelque chose ......

Qu'est-ce que cela signifie, que Ramos n'est pas renouvelé au taux de 14,5 millions deux ans sans baisser les 10% que tous les coéquipiers ont accepté et avec un âge de 35 ans ?

Qu'ils ne renouvellent pas Lucas Vázquez et augmentent considérablement son salaire parce qu'il a fait une très bonne saison, mais sans se rappeler que les deux saisons précédentes, il est passé pratiquement inaperçu et son salaire n'a pas été baissé ?

Qu'ils ne paient pas Varane dix millions pour son renouvellement pour dix autres millions d'années et qu'ils veulent l'utiliser pour faciliter l'arrivée de deux grands joueurs comme Mbappé et Haaland ?

Que Marcelo et Isco gagnent 18 millions à eux deux, ne jouent pratiquement pas et doivent être gardés pour la "mémoire" ?

Eh bien, à mon avis, le président doit veiller aux intérêts du club, toujours, mais aujourd'hui, davantage, pour les raisons de la pandémie, de la crise économique et de la construction d'un énorme stade.

Florentino Pérez

Malgré le fait d'être "qui vous êtes", l'économie est la base pour continuer à être le meilleur club de football du monde. Et d'avoir les meilleurs professionnels dans votre équipe.

Sinon, regardons où se trouvent de nombreuses équipes historiques, avec des fans exceptionnels. Ou tout simplement à notre principal rival, aux difficultés qu'il traverse.

Et comment notre rival madrilène se porte bien grâce à une magnifique gestion économique, l'Atletico Madrid.

Cela ressemble à la critique d'un enfant à qui on ne donne pas ce qu'il demande. Mais bon, c'est Zidane, une idole du madridisme et il ne sera pas pris en compte, du moins par moi.

Mais il y a une autre partie que je trouve très sérieuse : "J'ai eu très mal quand j'ai lu dans la presse, après une défaite, que j'allais être licencié si je ne gagnais pas le match suivant. Cela m'a fait du mal, ainsi qu'à toute l'équipe, car ces messages intentionnellement divulgués aux médias ont créé des interférences négatives avec l'équipe, des doutes et des malentendus".

Ceci, messieurs, est très sérieux. Le président est accusé d'avoir intentionnellement divulgué des informations dans le but de nuire à l'entraîneur et de mettre la pression sur les joueurs.

Si c'est vrai, c'est intolérable chez un président du meilleur club. Il dénote un manque de sérieux et de rigueur et nous rappelle les pires présidents d'antan qui ont manipulé la presse.

Et si ce n'est pas vrai, "cher Zidane, tu es allé trois villages trop loin". Et les 20 ans que tu as passés au club n'ont servi à rien. Vous ne comprenez pas ce club, ce n'est pas un jardin d'enfants.

Le président ne peut pas se promener en refusant chaque journaliste qui sort un article ou fait un commentaire à la radio ou à la télévision.

Si ce n'est pas vrai, je pense que, Zinedine, tu n'es pas bien conseillé par ton équipe d'entraîneurs, par ton environnement et par les joueurs qui semblent ne penser qu'à eux malgré qu'ils se frappent la poitrine comme les plus grands madridistes.

Sergio Ramos y Florentino Pérez

Ce n'est pas la meilleure chose pour le club. Si tu es un madridiste, tu ne le montres pas. En attaquant le président, vous attaquez aussi le club.

Ces problèmes, on en parle à la maison, à Valdebebas ou à Bernabéu, pas dans un journal, car cela ressemble à une crise de colère.

Vous avez été au Real Madrid pendant 20 ans avec Florentino. Si ce que vous dites est vrai et que vous pouvez le prouver, faites-le. Pour le bien du Real Madrid CF, et continuez à être un gentleman.

Si ce n'est pas le cas, quel dommage qu'une idole mal placée mette fin à l'image immaculée que tous les fans de football ont de lui.