PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Dans l'ombre de Trump

Donald Trump

Le FBI devra travailler dur pour présenter des preuves suffisamment concluantes pour que l'ancien président Donald Trump soit écarté de la vie politique américaine. Soit cela, soit le Parti républicain, qu'il a subjugué jusqu'à ce jour, redeviendra l'un des plus solides garants de la démocratie américaine exemplaire. 

Les dernières élections primaires, avant les élections législatives de novembre prochain, ont conduit à la défaite de la candidate la plus en vue, Liz Cheney, fille de l'ancien vice-président Dick Cheney, qui était considérée comme l'un des plus grands atouts potentiels des républicains. Cheney a été battu dans l'État du Wyoming par une autre femme, Harriet Hageman, qui, lors de la campagne de 2016, était une des plus actives détractrices de Trump, qu'elle a qualifié à plusieurs reprises de "raciste et xénophobe". Mais à peine Joe Biden avait-il pris la Maison Blanche l'année dernière que Hageman le qualifiait de "meilleur président de mon temps", embrassant au passage la théorie du complot selon laquelle on ne sait pas quelles forces cachées ont "volé" la réélection du républicain. 

S'il n'y avait pas eu l'abondance d'images disponibles pour le public de l'assaut sur le Capitole à Washington, il est probable que Trump et sa puissante machine politique auraient pu facilement fabriquer un argument selon lequel tout cela était une réaction spontanée du peuple ou que cela ne s'était tout simplement pas produit. Pourtant, à ce jour, différentes études suggèrent que la théorie du vol est encore largement acceptée par l'électorat républicain. 

Comme nous le constatons quotidiennement, tous les gestes de Donald Trump semblent viser un grand et unique objectif : reconquérir la Maison Blanche. Le Parti républicain, le parti d'Abraham Lincoln ou de Ronald Reagan, qui considérait initialement Trump comme quelqu'un ayant peu ou pas de chances de remporter une élection présidentielle, s'est transformé en une institution presque entièrement entre ses mains. Les quelques congressistes du parti qui ont résisté à l'acceptation de la thèse du vol électoral ont disparu de la scène politique. Dix sont ceux qui ont voté en faveur de l'"impeachment" post-électoral, c'est-à-dire l'impeachment qui marquerait Trump comme un criminel, ce qui l'exclurait à jamais pour diriger à nouveau le pays. Sur ces dix, huit ont été éliminés lors de ces primaires, soit parce qu'ils ont choisi de ne pas se présenter, après avoir examiné des sondages très majoritairement défavorables, soit parce qu'ils n'ont pas résisté aux pressions et aux menaces personnelles et familiales, soit encore, comme dans le cas de Liz Cheney, parce qu'ils ont confirmé dans les urnes la défaite que les sondages leur prédisaient. Les deux seuls qui survivent sont ceux qui ont gagné parce que les primaires étaient ouvertes, ce qui est une exception aux États-Unis.

De la polarisation à la guerre civile

Le siège policier et judiciaire de Trump et de son entourage, dans lequel des noms emblématiques comme Rudolph Giuliani ont vu leur bonne réputation s'effondrer avec fracas, devra prouver que l'ancien président a violé la loi, qui interdit expressément d'emporter chez soi des documents classifiés. La vingtaine de boîtes que le FBI a emportées dans sa résidence actuelle de Mar-a-Lago, dans l'État de Floride, sera la clé de la fin politique de ce descendant de la vague migratoire européenne. 

Ou pas, car entre-temps, Trump a réussi à aiguiser la polarisation du pays. Ce n'est pas lui qui l'a provoquée, certes, mais il a été et continue d'être le leader de la plus grande division antagoniste du pays depuis l'époque de la lutte raciale pour les droits civiques. Les crises économiques et sociales successives aux États-Unis laissent derrière elles de nombreuses couches denses de la population pour lesquelles le "rêve américain" d'autrefois est devenu dramatiquement inaccessible. C'est donc le meilleur terrain pour cette polarisation, et pour le déclenchement de la guerre civile dont on parle déjà dans plus d'un cercle et d'une institution du pays. 

Au-delà des positions conflictuelles dans l'arène politique, une fracture dans la loyauté constitutionnelle de l'un des deux grands partis américains serait une tragédie pour le monde entier. Après tout, et malgré les contradictions et certains comportements isolés peu exemplaires, la démocratie américaine reste un exemple, pas encore dépassé, que la loi est égale pour tous, et qu'elle est au-dessus des pulsions totalitaires qui, malheureusement, s'installent dans d'autres parties du monde. Ce serait donc une terrible tragédie si ceux qui, dans le monde entier, aspirent à une société composée de personnes libres et égales devaient perdre la grande référence que sont toujours les États-Unis d'Amérique.

Contenido relacionado