PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Draghi et le problème endémique de la dette publique

mario draghi

Nous avons déjà commenté à plus d'une reprise la gestion économique très efficace du gouvernement Draghi, "in carica" depuis le 13 février 2021 et en principe avec plus d'une année de vie garantie. Le fait est que le rapport élevé entre la dette nationale et le produit intérieur brut (PIB) pèse sur l'économie transalpine comme un véritable fardeau. Car la réalité est que l'Italie est la troisième économie de la zone euro, mais aussi le pays le plus endetté : elle n'est dépassée que par la Grèce dans l'ensemble de la zone euro, mais il faut rappeler que l'économie grecque représente à peine 10% du PIB national italien, son impact est donc bien moindre.

Le premier à prendre conscience de cette dette est Draghi lui-même. Lorsqu'il a commencé à travailler au Trésor en 1990, le ratio de la dette nationale par rapport au PIB était déjà de 101,2 %, soit plus de quarante points au-dessus de la norme du traité de Maastricht. À la suite de "Tangentopoli" et de la disparition du système des partis au cours de la législature 1992-94, la dette a augmenté jusqu'à 130,2%, mais le bon travail du gouvernement Ciampi (1993-94) l'a ramenée à 119,4% l'année suivante. Depuis lors, et jusqu'à aujourd'hui, le meilleur chiffre a été atteint en 2007, avec 103,9%. Et c'est à partir de ce moment, avec la récession de 2008-14 entre les deux, que la dette publique sur le PIB a atteint des niveaux très inquiétants, ce qui explique, entre autres réalités, pourquoi l'économiste Mario Monti a été appelé (novembre 2011) pour, à la tête d'un gouvernement d'indépendants, commencer à contrôler une dette publique qui ne faisait qu'augmenter et augmenter.

Ainsi, les gouvernements Renzi (2014-16) et Gentiloni (2016-18) ont réussi à maintenir la même dette aux alentours de 134%, mais depuis, entre les gaspillages (avec le " revenu des citoyens " comme mesure vedette) du soi-disant " gouvernement du changement " (2018-19) et l'arrivée du coronavirus, la dette a grimpé à un chiffre jamais vu auparavant : 154% en 2021 (et au premier trimestre 2021, elle était de 159,6%). En d'autres termes, c'est presque 100 points au-dessus de l'objectif de Maastricht pour l'adhésion à la monnaie unique.

Cela ne nous empêche pas de reconnaître que l'arrivée de Mario Draghi à la présidence du Conseil des ministres a donné un élan très positif à l'économie transalpine. Car, sachant qu'il n'a pas gouverné toute l'année 2021 (la coalition de centre-gauche était encore à la tête de l'exécutif pendant le premier mois et demi), on vient d'annoncer que le pays a connu pas moins de 6,6% de croissance, à 2,3 points de récupérer tout ce qui a été perdu en 2020 (8,9).

Quelle est la conséquence fondamentale d'un tel niveau d'endettement ? Le Trésor italien a beaucoup de mal à se financer sur les marchés de la dette, et cette tendance s'accentue : lorsque Draghi est devenu Premier ministre, la prime de risque n'était que de 97 points de base, mais au cours du mois dernier, elle a atteint 171 (21 février), même si elle a maintenant quelque peu diminué. La conséquence de cette situation est qu'il y a beaucoup moins d'argent disponible pour investir dans la modernisation du pays, dont de nombreuses régions ont grand besoin.

À cet égard, nous sommes à un moment clé pour voir ce qui va se passer. Le gouvernement Draghi, comme le gouvernement de coalition précédent, a bénéficié du fait que le pacte de stabilité et de croissance n'était pas appliqué, ce qui lui a permis d'approuver des budgets expansionnistes en matière de dépenses publiques. Mais, sans aller jusqu'à l'austérité dachronique de 2010-15, imposée par l'Allemagne et les pays d'Europe centrale et du Nord, la réalité est que l'Allemagne, dont la dette publique en proportion du PIB national est de 68,7%, ne va pas accepter que d'autres économies européennes de son importance soient bien au-dessus d'elle.  Et il n'est pas surprenant que, lorsqu'il s'agit de mesurer la prime de risque, l'obligation de référence soit précisément l'obligation allemande.

Tout cela explique pourquoi Draghi tente de faire bloc avec la France de Macron, qui a toutes les chances d'être réélu président lors des élections de juin 2022. Le ratio dette/PIB de la France a également augmenté de façon très importante, atteignant 115%, mais, bien sûr, celui de l'Italie est encore supérieur de pas moins de 40 points (attention, d'ailleurs, à celui de l'Espagne, qui est à 120% après avoir atteint 35% en 2007 et qui montre une faillite complète du système de sécurité sociale, avec une dette de plus de 100 milliards dont personne ne parle mais qui est là).

Le problème pour Draghi est que les autorités de l'UE, étant donné que le pire du coronavirus est apparemment passé, ont averti divers pays (dont l'Italie et l'Espagne) qu'en 2023 ils devront revenir à l'ajustement budgétaire : en d'autres termes, que les politiques d'expansion des dépenses publiques arrivent à leur terme et que le pacte de stabilité et de croissance sera à nouveau appliqué.

À cet égard, Draghi peut être assuré que les autorités de l'UE sont les premières à savoir qu'il y aura des élections générales dans son pays en mars-avril 2023 et que le risque que le populisme de gauche (Mouvement 5 étoiles) et le populisme de droite (Ligue de Salvini) reprennent le contrôle de la situation ne peut être pris à nouveau. En réalité, Cinq étoiles n'a rien à faire dans les élections de 2023, car il s'est révélé être un tel fiasco qu'il est devenu une sorte de "filiale" du Parti démocratique (PD), qui devra trouver une place pour certains de ses dirigeants sur les listes électorales. Mais la Ligue de Salvini, désormais sans discours, mais à tout moment prête à utiliser la démagogie, l'ultra-nationalisme et l'anti-européanisme, saisirait plus que jamais cette opportunité maintenant que le politicien lombard a sombré dans les sondages et doit tout faire pour redevenir l'homme politique le plus populaire du pays.

Une autre question est de savoir dans quelle mesure les pays dits "frugaux" - Autriche, Pays-Bas, Danemark, Finlande et Suède - seront "flexibles". Car si l'Allemagne a désormais un chancelier social-démocrate, aux commandes des Finances (le portefeuille le plus étroitement lié aux dépenses nationales et européennes) se trouvent les libéraux de Christian Lindner, connus pour contrôler l'orthodoxie budgétaire, baisser les impôts et réduire toutes les dépenses du secteur public.

En ce moment, tout est paralysé par la guerre avec l'Ukraine, qui pourrait entraîner une augmentation très importante du coût de la vie dans l'UE. Mais cela n'empêche pas les négociations sur les conditions budgétaires pour 2023 et au-delà, et, au moins pour le moment, la seule chose qu'il sait, c'est qu'il y a un refus catégorique de l'Allemagne de modifier le ratio de 60% de la dette nationale par rapport au PIB établi à Maastricht en février 1992. A partir de là, nous verrons comment se déroule la négociation, qui s'annonce très dure.

Il n'est pas illusoire de penser que la même dette pourrait passer de 60 à 80 %, voire à 100 %. Mais même dans ce cas, l'économie transalpine se situerait encore à plus de 50 points au-dessus de ce niveau, conditionnant fortement sa capacité de dépense publique dans la décennie suivante. Bien sûr, la situation est pire pour l'Espagne qui, contrairement à l'Italie, n'a pas comme garantie de paiement le riche nord industriel que possèdent les Italiens, ni un homme du poids spécifique du banquier et de l'économiste romain. Le fait est que, sauf imprévu, le président Mattarella devra convoquer des élections pour mars-avril 2023, mais Sánchez, lui, a de moins en moins de chances de terminer son mandat en Espagne, qui doit se terminer en novembre 2023.

La vérité est que, bien que personne ne puisse mettre en doute la valeur et le bon travail de Mario Draghi en tant que président du Conseil des ministres (ce qui continuera certainement l'année prochaine lorsque, très probablement, il deviendra le nouveau président de la République après la démission volontaire de Sergio Mattarella pour des raisons d'âge), cette dette publique, qui remonte essentiellement aux années soixante-dix et quatre-vingt du siècle dernier, pèse comme un véritable fardeau. Et seul un miracle peut l'empêcher de cesser de l'être et de conditionner, maintenant et à l'avenir, toute politique économique.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre "Historia de la Italia republicana (1946-2021)" (Madrid, Sílex Ediciones, 2021)