PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Draghi l'emporte sur Salvini

mario draghi primer ministro italia

La récente invasion de la République d'Ukraine par la Fédération de Russie a une fois de plus fourni l'occasion de consolider Mario Draghi comme l'un des leaders de référence de l'Union européenne et, en même temps, de démontrer sa capacité à soumettre le leader de la politique transalpine depuis septembre 2018 (nous faisons référence à Matteo Salvini, leader de la Ligue). Draghi, confronté à la réponse énergique de l'UE consistant à soutenir l'Ukraine en acceptant des sanctions économiques contre la Fédération de Russie et, dans le même temps, à envoyer des armes à une armée ukrainienne qui entend tenir tête à Vladimir Poutine, s'est vu opposer une réponse énergique de Salvini, ami bien connu du dirigeant autocratique russe. Il a suffi que Salvini dise "Non en mon nom" à l'envoi d'armes pour que Draghi porte l'affaire devant le parlement italien, qui a apporté un soutien massif à la livraison d'armes. Donc, encore du ridicule pour un Salvini pour qui le mandat présidentiel de Draghi se transforme en épreuve personnelle.

    En réalité, il pleut sur un sol mouillé, car Salvini avait déjà demandé à Draghi les têtes de deux ministres, l'un de la Santé (Speranza, de la LeU) et l'autre de l'Intérieur (Lamorgese, un indépendant venu diriger ce ministère sous le président Mattarella), et la réponse de Draghi à ces deux demandes a été un " non " catégorique. Quelques mois plus tard, Salvini s'est opposé frontalement au "laissez-passer vert" que Draghi voulait mettre en place, et la réponse du président du Conseil des ministres a été que le "laissez-passer vert" entrerait en vigueur, quoi qu'il arrive. Et c'est ce qui s'est passé, montrant clairement que le politicien de Lombardie n'a que peu ou pas de contrôle sur le gouvernement actuel.

    À cet égard, il convient de noter que la réélection de Mattarella n'a fait que renforcer davantage Draghi en tant que "premier ministre", puisque c'est le vétéran de la politique et du droit sicilien qui l'a appelé, dans la première semaine de février 2021, pour le charger de former un gouvernement. Lorsque, près d'un an plus tard, la classe politique a échoué lamentablement à trouver un successeur à Mattarella et a dû lui demander d'accepter un second mandat, lors de la réunion précédant le vote au cours duquel l'actuel chef d'État a été réélu (avec 759 voix sur un total de 1. 009 voix), Mattarella a dû arracher à toutes les personnes présentes (c'est-à-dire aux dirigeants de tous les partis politiques concernés) l'engagement que Draghi continuerait à gouverner jusqu'à la fin de la législature et que la "maggioranza" (dont fait partie la Ligue de Salvini) le soutiendrait sans le moindre soupçon de dissidence.

    La conséquence de tout cela a été l'effondrement des intentions de vote de Salvini et de son parti : actuellement, il serait la troisième force la plus votée après les Frères d'Italie et le Parti démocratique. Qui plus est, dans certains sondages, Salvini est en dessous de ce que son parti a réalisé lors des élections de mars 2018. Et, bien que personne n'ait remis en question Salvini depuis des années, son fameux "curriculum" personnel (qui ne comprend même pas un diplôme universitaire minimum) ne fait que languir devant un docteur du Massachusetts Institute of Technology (nous parlons, bien sûr, de Mario Draghi) qui, tout au long de ses presque 75 ans de vie (il aura 75 ans en septembre de cette année), a été professeur dans plusieurs universités italiennes ; membre de la direction générale du Trésor pendant toute une décennie (les années 1990) ; gouverneur de la Banque d'Italie ; et, enfin, président de la Banque centrale européenne (BCE). En d'autres termes, la dure réalité est que le Lombard Salvini, apparemment puissant et déterminé, n'est rien de plus qu'un simple subordonné de l'une des figures les plus importantes du leadership européen. Et il a intérêt à continuer à obéir à Draghi en tout, parce que, si son parti remporte finalement le plus de voix aux élections de mars 2023, ce sera soit Mattarella (s'il est encore à la tête du Quirinal), soit Draghi (successeur prévisible du juriste sicilien), qui devra former un gouvernement avec un Salvini qui pourrait devenir le premier président du Conseil des ministres italien en 77 ans à accéder à une "magistrature" aussi importante sans avoir fait d'études universitaires. C'est tout simplement embarrassant, mais il n'y a pas le choix.

    Indépendamment de tout cela, Draghi a compris qu'il s'agissait d'une occasion unique de souligner son leadership au sein des institutions européennes. Avec une chancelière allemande qui vient de devenir chef de gouvernement, et avec un président français qui est déjà en pleine campagne électorale, plus un Pedro Sánchez qui ne compte encore pour personne parmi les importants (entre autres parce que le parti Podemos, membre de la coalition gouvernementale, ne lui permet pas d'agir librement), Draghi a vu dans l'unité des institutions européennes une occasion de faire valoir son leadership, Draghi a vu dans l'unité des 27 pays qui composent l'Union européenne une occasion unique de défendre l'Ukraine et son intégrité territoriale et, dans le même temps, d'attaquer une Fédération de Russie avec laquelle, rappelons-le, l'Italie entretient des liens économiques très importants, puisque depuis des décennies, les entreprises italiennes figurent parmi les principaux exportateurs de l'Occident vers la nation eurasienne.

    Il est vrai que Draghi, comme à son habitude, a été très mesuré dans ses propos : contrairement à ce qui s'est passé il y a quelques mois avec le président turc, qu'il a qualifié de " l'un de ces dictateurs que nous n'avons pas d'autre choix que de supporter ", il n'a pour l'instant pas fait de même avec Poutine. Au contraire, il a préféré se joindre à la riposte énergique de l'Europe, sachant qu'au sein de l'Union se trouvent bon nombre de pays ayant appartenu à l'Union soviétique (l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, les trois républiques baltes qui ont quitté l'orbite soviétique en 1990), ou ayant été sous l'influence de l'URSS tout au long de la guerre froide (la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie). Ce sont des temps où le "tsar" Poutine était membre du KGB et pour lesquels il semble éprouver une véritable nostalgie, mais qui ne semblent pas revenir, du moins pour l'instant.

    Il reste à voir jusqu'où ira la réponse de l'UE et avec quelle force, mais il semble clair que Draghi ne manque pas une occasion de rappeler que son pays est la troisième plus grande économie de la zone euro, qu'il a le statut de "pays fondateur" et que c'est précisément dans sa ville natale de Rome que les traités instituant la Communauté économique européenne (CEE) et la Communauté européenne de l'énergie atomique (EURATOM) ont été signés en mars 1957. 
L'actuel président du Conseil des ministres n'a pas oublié que son économie reste la plus endettée de toute l'Union (156% du PIB national), mais aussi que sans la participation transalpine, l'Union européenne perdrait l'un de ses membres les plus importants. Aujourd'hui, alors que le pacte de stabilité n'est pas appliqué et que les fonds européens affluent dans l'économie de son pays, la politique anti-européenne de Salvini est complètement hors-jeu. Matteo Renzi, ancien président du Conseil des ministres, leader d'Italia Viva et aujourd'hui sénateur de la Toscane, rappelle à juste titre que tant Salvini que Meloni (plus le premier que le second) représentent le front "souverainiste" contre l'européisme de Mattarella, Draghi et des partis tels que le PD, Italia Viva et d'autres formations mineures.

Quatre années de la législature actuelle viennent de s'écouler. Salvini l'a commencé en force, entrant au gouvernement en tant que vice-premier ministre et ministre de l'intérieur, et, les années suivantes, prenant le contrôle de jusqu'à 15 des 20 régions du pays. Sa coalition (de centre-droit) devrait être le grand vainqueur des prochaines "élections politiques", qui auront lieu dans un an seulement. Et il est très probable qu'ils produiront un "incarico" à Salvini pour former un gouvernement car, bien que Meloni soit maintenant clairement en tête dans les sondages, dans l'Italie très machiste il semble difficile pour une femme (la susdite Meloni) d'être la plus votée. N'oublions pas que dans l'histoire de la République italienne, née le 2 juin 1946, il y a eu 31 premiers ministres différents (qui ont dirigé un total de 67 gouvernements), ainsi que douze chefs d'État, et tous étaient des hommes. Bien sûr, dans l'imprévisibilité de la politique transalpine, gardons à l'esprit que tout est possible.

Ce qui est certain, c'est que l'année restante de la législature actuelle va être interminable pour un Salvini qui n'aurait jamais pensé que dans sa "marche triomphale" vers la présidence du Conseil des ministres, il rencontrerait un rival, Mario Draghi, qui éclipse, et de quelle manière, sa figure déjà faible parce que les fils de la politique organique comme Salvini n'ont pas le niveau d'éducation ou la capacité intellectuelle de Mattarella, Draghi et compagnie. Tout aussi bien, pour le leader de la Ligue, que dans un an, le premier aura sûrement pu se retirer définitivement de la politique et le second deviendra président de la République italienne. Et avec Draghi, la politique italienne semble avoir retrouvé les meilleurs jours de l'ancienne démocratie chrétienne : celle de De Gasperi, Fanfani et Moro, celle qui a fait de l'Italie un véritable "bel paese", que Draghi essaie maintenant de faire revivre avec force.

-Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre Historia de la Italia republicana, 1946-2021 (Madrid, Sílex Ediciones, 2021).