PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Faim et crise

seguridad alimentaria guerra ucrania rusia

Malheureusement, la géopolitique est généralement liée aux mauvaises nouvelles. En fait, c'est généralement dans les périodes troublées que la géopolitique tend à prendre le devant de la scène, comme c'est le cas dans la période que nous vivons. Nous sommes confrontés à une véritable tempête géopolitique. Après des années de pandémie sont venues la crise économique, l'inflation, puis la guerre. Nous sommes véritablement au milieu d'une tempête qui pourrait bien balayer une grande partie de la flotte qui compose nos institutions internationales. Nous sommes en effet confrontés à un moment clé, un changement de paradigme mondial qui sera accentué par ces crises déjà mentionnées. Mais il n'y a peut-être pas de crise plus importante que celle qui menace l'approvisionnement alimentaire mondial. Nous sommes confrontés à une véritable tempête parfaite dans laquelle plusieurs scénarios se sont conjugués pour anéantir d'un seul coup une grande partie de la capacité de production alimentaire de la planète.  crisis alimentaria guerra rusia ucrania

Dans les mois à venir, nous verrons comment les effets économiques de cette combinaison de crises conduiront à une terrible crise humanitaire causée par une famine généralisée dans les pays les plus fragiles. Cela entraînera également des épisodes de bouleversements et de désordres sociaux qui aboutiront à une reconfiguration des systèmes politiques dans nombre de ces endroits, provoquant de nouveaux flux migratoires de personnes cherchant à fuir ces malheurs et à se réfugier dans les pays qui résistent mieux à ces évolutions.

Ce n'est pas une chose du futur. Ces crises sont déjà là. Pour aggraver les choses, la guerre en Ukraine a accéléré les événements, et nous pouvons déjà entrevoir un horizon sombre. Cela se reflète dans les mesures d'urgence prises par les différentes puissances mondiales pour se protéger des conséquences possibles de ces évolutions. Aujourd'hui, 23 pays ont déjà introduit une sorte d'interdiction sur les exportations de produits alimentaires. En outre, plus d'un pays a commencé à mettre en œuvre des contrôles sur les exportations d'engrais, une évolution majeure qui aggrave cette crise de l'offre et nous entraîne dans un cercle vicieux, dans une spirale de hausses de prix toujours plus importantes, dont le résultat ne sera qu'un monde plus violent et plus instable.

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

Mais comment en est-on arrivé là ? La clé réside dans les différentes réalités géographiques qui entraînent une inégalité des capacités de production alimentaire au niveau mondial. Aujourd'hui, dix pays seulement produisent 90 % des commodities alimentaires essentielles dont nous dépendons tous. Une réalité, en outre, aggravée par l'action, au mieux irresponsable, de nombre des dirigeants politiques qui nous gouvernent.

Commençons donc par la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. En février de cette année, Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d'envahir l'Ukraine dans ce qu'il espérait être une opération de subjugation éclair. Cette décision aurait en soi de graves conséquences pour une économie mondiale qui commençait à ressentir les effets d'une crise naissante, à laquelle s'ajoutaient les ravages de la pandémie. 

vladimir putin

À l'inflation que nous avions connue s'est ajoutée l'augmentation du prix des carburants, qui a eu trois conséquences logiques sur les prix des denrées alimentaires. Tout d'abord, le transport des denrées alimentaires est devenu plus coûteux du jour au lendemain, augmentant ainsi le prix final pour les consommateurs. Deuxièmement, les exportations de denrées alimentaires en provenance de Russie et d'Ukraine se sont arrêtées, retirant du marché une part importante des céréales destinées principalement aux marchés du Moyen-Orient et d'Afrique. Troisièmement, il y a eu une augmentation du prix du gaz naturel, qui est essentiel à la fabrication d'engrais synthétiques.

Bien que tous ces développements aient eu un effet immédiat sur les prix de ces commodities, nous n'avons pas encore vu leur effet réel sur les prix, car les prix sont encore calculés sur la base de la récolte de l'année précédente et des stocks existants. Il faudra attendre quelques mois avant que l'on se rende compte du véritable problème dont souffrent déjà de nombreux endroits.

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

L'un de ces endroits est le Sri Lanka. Le pays asiatique est peut-être le premier à subir toutes les conséquences de la combinaison de ces crises géopolitiques, et s'est déjà déclaré en faillite. Le pays est à court de gaz pour l'électricité, d'essence pour les transports, de papier pour les écoles et de nourriture pour la grande majorité de ses 22 millions d'habitants. Le prix du thé a augmenté de 400 %, celui du riz de 890 % et celui du gaz de 190 %. Cette histoire dramatique est d'autant plus grave si l'on considère le rôle joué par ses dirigeants dans cette affaire.

La réalité est que le Sri Lanka était déjà sous l'emprise d'une dette extérieure ingérable envers la Chine, aggravée par les ravages causés par des années de pandémie et une série d'attentats terroristes qui ont provoqué l'effondrement de l'industrie du tourisme (10 % du PIB du pays). Cela a entraîné la disparition des réserves de devises étrangères du pays (principalement des dollars), ce qui a rendu difficile l'approvisionnement en gaz et en pétrole, avec la détérioration attendue et conséquente de l'économie, accompagnée d'une forte dévaluation de sa monnaie qui rendrait encore plus difficile l'achat de ces matières premières. Cette situation ne serait pas si grave si le pays ne vivait pas une véritable tragédie alimentaire, une tragédie qui aurait pu être évitée. Le pays est à court de nourriture, alors qu'il est incapable d'acheter sur les marchés internationaux en raison de la crise économique et de la hausse des prix mondiaux. Comment - se demande le lecteur - un pays aux terres fertiles et au climat tropical peut-il en arriver là ? Comment est-il possible que le Sri Lanka soit à court de nourriture ?

sri lanka

Eh bien, la principale promesse électorale de Rajapaksa était d'interdire l'utilisation d'engrais synthétiques afin de faire du pays asiatique un producteur d'aliments 100 % biologiques. Les conséquences de cette décision ont été catastrophiques. D'une année à l'autre, la production alimentaire du pays a chuté de 50 %. Le pays a épuisé sa propre production tout en perdant la possibilité d'acheter de la nourriture sur les marchés. Le résultat est une crise humanitaire sans précédent au Sri Lanka.

Les engrais ont permis la formidable expansion démographique mondiale du siècle dernier. Tout simplement, sans engrais, il n'est pas possible de nourrir 8 milliards de personnes. Dans cette optique, la récente décision du gouvernement canadien dirigé par Justin Trudeau de réduire de 30 % l'utilisation des engrais azotés ne fait que jeter de l'huile sur le feu de la crise alimentaire mondiale. La décision est prise sur la base de la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et, bien que les dangers du changement climatique soient réels et évidents, on ne peut trouver de solutions à ce problème en condamnant des millions de personnes à la famine.

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

Le Canada est un acteur majeur sur l'échiquier agricole mondial. Avec une population d'un peu plus de 38 millions d'habitants, le pays dispose de certaines des meilleures terres agricoles du monde, notamment pour les céréales. Le pays exporte 8% du blé mondial, ainsi que 10% de l'orge. Dans un contexte où une partie importante de l'offre de céréales est déjà remise en question, une réduction de la production canadienne n'aura qu'une seule issue possible, à savoir une nouvelle baisse de l'offre alimentaire mondiale et une hausse conséquente des prix à des niveaux encore plus élevés.

D'autre part, à cette réduction de l'utilisation des engrais due à des décisions politiques, il faut ajouter un autre élément qui rend l'accès à ces produits plus difficile dans le monde. Les pays producteurs d'engrais ont limité, voire interdit, l'exportation d'engrais afin d'assurer l'approvisionnement national en raison d'une très forte augmentation des prix des engrais sur les marchés internationaux. En 2021 déjà, les prix des principaux engrais ont augmenté de 80 %. Les différentes crises énergétiques en Chine ont entraîné une baisse de la production d'engrais, ainsi que de nombreux composants des engrais tels que l'ammoniac. Cette année, la réalité est de plus en plus mauvaise. La Russie est, ou plutôt était, l'un des principaux exportateurs d'engrais, ainsi qu'un acteur majeur sur le marché du gaz (clé dans les processus de fabrication des engrais synthétiques).

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

Dans ce contexte, il n'est pas surprenant que les gouvernements du monde entier commencent à prendre acte de la situation. Tant les membres du G7 et du G20 que l'Union européenne et les Nations unies ont commencé à s'inquiéter et à tenter, à tout le moins, d'appeler à l'arrêt de la dynamique des interdictions d'exportation qui semble se populariser auprès des principaux acteurs de la scène internationale.

Déjà plus tôt cette année, quelques mois avant la guerre de Poutine, un autre dictateur semblait se préparer à des perturbations majeures du marché alimentaire mondial. En janvier, Xi Jinping a réuni les dirigeants du parti communiste pour une réunion de haut niveau. Un seul sujet était à l'ordre du jour : la sécurité alimentaire de la République populaire de Chine. L'année précédente, Pékin avait interdit l'exportation d'engrais à l'étranger, craignant que la hausse des prix qu'ils subissent ne se poursuive en 2022. Étant donné que 25 % des engrais du monde sont fabriqués en Chine, nous devons nous attendre à une hausse continue des prix des engrais. Mais la Chine possède également les plus grandes réserves alimentaires du monde actuel. Plus précisément, le pays asiatique possède près de 70 % des réserves mondiales de maïs, 60 % des réserves mondiales de riz et 50 % des réserves mondiales de blé. Il semblerait, du moins à première vue, que Pékin couvre bien ses arrières face à l'urgente crise alimentaire. Or, il se murmure dans les milieux géopolitiques que ces réserves pourraient être largement épuisées, ce qui serait à l'origine d'une inquiétude au sein du parti, qui serait préoccupé si les crises énergétique, sanitaire et même sociale qu'il connaît depuis quelques années devaient être aggravées par un manque de nourriture. 

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

Même si la Chine disposait de toutes ces réserves, la réalité est que la production alimentaire intérieure du pays ne suffit pas à nourrir toute sa population. Pékin continue d'importer de grandes quantités de denrées alimentaires et dépend totalement des engrais pour extraire le maximum de production de terres moins productives.

Et c'est là que réside le nœud du problème. Plus l'offre de nourriture est faible, plus le prix est élevé. Plus le prix est élevé, plus l'accès à la nourriture est limité. Plus le prix du gaz est élevé, plus le prix des engrais est élevé et donc plus la superficie plantée est réduite. Tout indique que la récolte de l'année prochaine mettra en évidence une baisse massive de la production alimentaire mondiale. Si c'est le cas, les hausses de prix enregistrées jusqu'à présent ne seront que le début.

Nous sommes vraiment confrontés à une crise bien plus importante que ce que beaucoup pensent. L'autosuffisance n'est pas une réalité pour un monde aussi peuplé. La plupart des pays du monde auront des difficultés à accéder aux matières premières les plus élémentaires. L'exemple sri-lankais pourrait bien être répété dans une grande partie du monde en développement. Déjà, des pays comme l'Égypte et la Tunisie ont beaucoup de mal à trouver des céréales à des prix abordables pour nourrir toute leur population. En outre, dans les pays d'Afrique subsaharienne, la proportion du revenu des ménages consacrée à l'alimentation peut atteindre 40 %. Une hausse des prix des denrées alimentaires sera donc toujours plus ressentie dans les endroits les plus défavorisés. Si, ailleurs, nous pouvons croire que nous pouvons résister à la tempête, la réalité est que l'impact des pénuries alimentaires au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique nous touchera tous. Le gouvernement sri-lankais ne sera pas le seul à tomber et nous serons confrontés à de nouveaux scénarios internationaux auxquels nous ne sommes pas préparés. 

crisis alimentaria guerra rusia ucrania

En plus de cette crise humanitaire, qui serait certainement gérable si nous étions dans une situation différente, le monde va entrer dans le même temps dans une récession économique majeure. La stagflation, la crise énergétique mondiale et le déclin des capacités industrielles dans de nombreux pays aggraveront une situation déjà désastreuse qui ne se limitera pas à une zone géographique de la planète, mais sera mondiale.

Les perspectives ne sont pas bonnes. Toutefois, comme nous l'avons déjà dit, tous les pays ne présentent pas les mêmes conditions géographiques, et beaucoup d'entre eux auraient la capacité de prendre des mesures susceptibles d'atténuer la situation. La première décision, la plus évidente, serait la mise en œuvre du fameux accord Ukraine-Russie pour libérer les près de 20 millions de tonnes de blé ukrainien coincées dans la guerre de Poutine. Le second serait la mise en œuvre de politiques agricoles dans des pays clés qui, compte tenu de leurs caractéristiques géographiques, pourraient accroître la production. En gros, c'est le contraire de ce que fait Trudeau au Canada. En outre, des pays comme l'Espagne, la France, la Roumanie, la Bulgarie, l'Argentine et les États-Unis seraient en mesure de donner un coup de main si, dans certains endroits comme notre pays, les dirigeants appliquaient des politiques agricoles plus cohérentes.

Borja de Arístegui est professeur de relations internationales.