PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Faire revivre l'esprit euro-méditerranéen de Barcelone

naumann-med-europa

Il s'agissait de la première initiative de politique étrangère de l'UE, la plus ambitieuse et la plus novatrice. L'objectif n'était rien de moins que de faire de la zone euro-méditerranéenne "une zone de prospérité partagée". À l'époque, l'atmosphère était vraiment propice : l'UE avait été renforcée par le traité de Maastricht ; Israël et l'Organisation de libération de la Palestine étaient en passe de régler leur différend à la suite de la signature des accords d'Oslo ; et, pour couronner le tout, l'Europe répandait son euphorie et son enthousiasme dérivés de l'unification de l'Allemagne. La conférence de Barcelone, une initiative personnelle du président Felipe González, bien soutenue par le chef de la diplomatie espagnole de l'époque, Javier Solana, a finalement donné naissance à une expression : l'esprit de Barcelone, synonyme d'optimisme, d'espoir et de coopération multilatérale.

Il n'est pas nécessaire d'être très perspicace pour examiner les résultats de cette entreprise et conclure que la situation géopolitique est sans aucun doute bien pire qu'elle ne l'était alors, et même plus dramatique, avec une tendance marquée à une détérioration encore plus grande.

Les deux rives de la Méditerranée ne peuvent se résigner au statu quo trompeur actuel, en particulier l'Europe, dont le développement, la prospérité et le leadership doivent nécessairement être ancrés en Afrique du Nord. Il sera tout à fait impossible d'atteindre ces trois objectifs si la rive sud ne fait pas le pas de géant qui modérera les inégalités, d'abord à l'intérieur et ensuite par rapport aux pays européens de la rive opposée. Ce n'est pas une tâche facile à réaliser, surtout si l'on considère que depuis la déclaration de Barcelone, le nombre de personnes vivant dans cette couronne de pays arabes d'Afrique du Nord est passé de 260 millions à 440 millions, dont beaucoup sont très jeunes et souffrent du syndrome du désespoir en l'absence de perspectives tangibles pour l'avenir.

Il est toutefois réconfortant de voir que la société civile et divers organismes européens s'efforcent de trouver des moyens et des solutions pour faire revivre l'esprit de Barcelone avec de nouveaux outils politiques, économiques et diplomatiques. À cet égard, il convient de souligner le rapport du Real Instituto Elcano, du CIDOB et de la Fondation Friedrich Naumann, qui a été récemment présenté à Madrid. 

Valeurs contagieuses ou importation d'infections

L'un des auteurs du rapport, Haizam Amirah-Fernández, a résumé à la fois l'urgence et la nécessité de nouvelles actions, et le danger qui plane sur l'ensemble du bassin si nous restons impassibles : "Si l'Europe ne diffuse pas la bonne gouvernance et les valeurs démocratiques, elle sera elle-même infectée par l'autocratie et l'illibéralisme"

Trop de choses se sont passées depuis cette déclaration à Barcelone en 1995, et presque toutes dramatiques : les attentats du 11 septembre, les soulèvements populaires dans toute l'Afrique du Nord dans le cadre du "printemps arabe", la catastrophe climatique qui, outre le sud de l'Europe, provoque de graves sécheresses et famines sur le continent voisin, et enfin la succession de guerres et de conflits qui témoignent d'une radicalisation croissante des positions, tant entre voisins que dans le regard que les deux rives de la Méditerranée portent l'une sur l'autre : d'une part, l'Europe, qui se tourne progressivement vers le sud en termes de sécurité, dans toutes ses variantes ; d'autre part, une Afrique du Nord, mais avec des extensions également vers le centre et le sud du continent, qui est secouée par les rancœurs et les inachèvements de l'ancien colonialisme européen.

Contrairement à l'image injustement répandue selon laquelle l'UE néglige la Méditerranée, cet espace a fait et fait encore l'objet de son attention préférentielle, tant en termes d'initiatives diplomatiques et de moyens économiques que de coopération dans de multiples domaines. Mais cela ne suffit pas, et c'est malheureusement l'échec - oui, l'échec - des objectifs non atteints de la Conférence de Barcelone.

Nous devons donc lire attentivement les recommandations du rapport "Créer des liens euro-méditerranéens efficaces" afin de créer et d'intensifier les liens qui nous unissent. Nous avons besoin de personnes et d'institutions pour abaisser le niveau des tensions, et d'un soutien déterminé des deux parties, convaincues que sans progrès commun et sans coopération, elles ne seront pas maîtresses de leur avenir.

La sinistre prophétie d'Edgar Pisani dans la préface du livre de Robert Bistolfi "Euro-Méditerranée : une région à construire" doit être réfutée par les faits : "... Dans les régions de régulation interplanétaire il n'y aura jamais l'Euro-Méditerranée... parce qu'en arrière-plan il y a l'incompréhension culturelle, les souvenirs amers, les rêves contradictoires, les cosmogonies, et parfois le mépris et la haine...".

Plus d'intercommunication et moins de murs de séparation ou de fermetures de frontières semblent des étapes essentielles vers la compréhension. Tel était l'esprit de Barcelone, cette belle déclaration signée par les 15 États membres de l'UE de l'époque et 12 pays du sud de la Méditerranée : l'Algérie, Chypre, l'Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, Malte, le Maroc, la Syrie, la Tunisie, la Turquie et les territoires palestiniens (Gaza et Cisjordanie). Un esprit qu'il est urgent de raviver, ne serait-ce que pour survivre dans un monde actuellement menacé.