PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La démission de Mario Draghi du poste de Premier ministre italien : les raisons d'une décision très controversée

mario-draghi-italia

Alors que le gouvernement Draghi, le 67e de l'histoire de la République italienne, était sur le point d'entrer dans son dix-huitième mois, son Premier ministre, l'économiste et financier romain Mario Draghi, a décidé de présenter sa démission à Sergio Mattarella, le Président de la République. L'élément déclencheur est connu : le refus du Mouvement 5 étoiles d'apporter son soutien dans les deux chambres du Parlement au " décret d'aide " de l'exécutif visant à aider la population italienne avec environ 23 milliards d'euros face à la hausse du coût de la vie en raison de la guerre en Ukraine et de la crise énergétique qui en découle.

Mais en réalité, la décision de Draghi, un homme connu pour son examen minutieux de chaque étape, n'a pas vraiment été causée par ce manque de soutien, mais en fait l'absence du Mouvement 5 étoiles n'est que le déclencheur final de quelque chose qui remonte à beaucoup plus loin que nous le pensons. L'exemple le plus proche est le gouvernement Monti (2011-13) qui, après avoir commencé avec un niveau élevé de soutien parlementaire, s'est retrouvé, au second semestre 2012, complètement abandonné par les forces politiques et s'est limité à approuver le budget de l'État pour 2013. On pensait qu'avec Draghi, connu pour son extraordinaire stature nationale et internationale, et avec beaucoup d'argent à gérer, tout serait différent, mais il a rencontré la même chose que les précédents Premiers ministres indépendants : à l'approche des élections générales, les partis oublient complètement de soutenir le gouvernement et ne pensent qu'à la manière d'obtenir le plus de voix possible.

Le gouvernement Draghi a commencé très fort en recevant l'"incarico" du Président de la République début février 2021. Tous les grands partis, à l'exception des Fratelli d'Italia de Roma Meloni, lui ont apporté leur soutien : Mouvement 5 étoiles, Ligue, Forza Italia, Parti démocratique et Italia Viva. Lorsque le moment est venu de se soumettre à la confiance des chambres, plus des deux tiers ont voté en faveur du gouvernement Draghi dans les deux chambres, ce qui est du jamais vu depuis l'époque de la Démocratie chrétienne (DC), un parti disparu en 1993 et qui a dominé la vie politique transalpine de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années 1990.

Draghi, à son tour, a constitué un gouvernement très bien pensé : les portefeuilles décisifs (huit), pour les indépendants comme lui ; le reste des portefeuilles (quinze), pour les politiciens appartenant aux partis de la "maggioranza". Et avec Draghi assumant d'emblée le poids de la gouvernance de l'exécutif, avec des apparitions hebdomadaires dans lesquelles il est apparu le plus souvent seul, ne laissant les autres ministres qu'en de très rares occasions justifiées. De plus, les membres de son gouvernement ne sont apparus qu'avec Draghi ou au Parlement : ils n'ont pratiquement pas été présents dans les médias. Et il y avait une raison à cela, puisque la valeur sûre de ce gouvernement était la personne de Draghi : il a été placé à la tête de l'exécutif et la prime de risque a immédiatement baissé alors que la bourse montait. Car pour les marchés financiers, le fait qu'un ancien président de la Banque centrale européenne, à la gestion remarquable pendant les années (2011-19) où il était à la tête de cette institution, était la meilleure garantie d'efficacité dans le travail à accomplir.

Draghi, quant à lui, a été très clair sur le type de réformes à mener : justice, fiscalité, infrastructures, inégalités sociales, éducation. Il était clair qu'il y travaillait depuis des mois, comme s'il s'attendait à être sollicité à tout moment, ce que le président Mattarella a finalement fait au début du mois de février 2021. Il y avait beaucoup d'argent en jeu (les 209 milliards du soi-disant "Fonds de relance"), et tout ce qu'il fallait, c'était quelqu'un qui sache le gérer de la meilleure façon possible.

Ainsi, les premiers mois du gouvernement Draghi se sont déroulés aussi bien que possible. Le seul revers a été la scission au sein du Mouvement 5 étoiles, car une partie (pas très importante) de ses parlementaires a considéré que c'était une erreur de soutenir un représentant éminent du monde économique et financier international, et a donc décidé de partir pour le groupe mixte. Mais cela reste anecdotique : Draghi avait encore suffisamment de voix pour gouverner. Et le temps a prouvé la sagesse de son choix : sur les 8,9 points de produit intérieur brut (PIB) perdus en 2020, Draghi a réussi à en récupérer pas moins de 6,3 en un an seulement. Cette situation contraste avec celle de l'Espagne voisine, qui n'a récupéré que 5,1 des 10,8 perdus en 2020. Draghi a ainsi eu la possibilité de traiter les deux principales économies de la zone euro (l'Allemagne et la France) sur un pied d'égalité et de faire entrer son pays dans le peloton de tête de l'Union européenne, ce qui ne s'était pas vu depuis l'époque où le socialiste Bettino Craxi était Premier ministre, entre 1983 et 1987.

Mais tout a commencé à mal tourner avec l'élection présidentielle de fin janvier de cette année. Le vétéran Mattarella, ayant terminé ses sept années de mandat, souhaitait prendre sa retraite et il fallait trouver un nouveau chef d'État, ce pour quoi Draghi aurait presque certainement été élu s'il n'avait pas accepté de devenir Premier ministre un an plus tôt. Et c'est à l'occasion de cet événement que Draghi a commencé à se rendre compte que les partis avaient déjà oublié les principaux problèmes auxquels le pays est confronté et qu'ils s'attaquaient à la tactique en vue des élections générales de l'année prochaine. Salvini a essayé de jouer au faiseur de roi, mais il y avait son rival Meloni, partenaire de la coalition mais en même temps son principal concurrent au centre-droit, pour empêcher Salvini de faire passer son candidat. Salvini, à son tour, a fait en sorte que le prestigieux magistrat Nordio, candidat de Meloni, ne puisse pas non plus être élu président de la République. Finalement, c'est la présidente du Sénat, Maria Elisabetta Alberti Caselatti, membre de Forza Italia mais ayant de nombreux ennemis au sein de son parti (qui la considère comme appartenant à la faction la plus à droite du parti), qui a été choisie pour faire voter son nom : les 382 voix qu'elle a obtenues ont montré que pas moins de six douzaines de membres de son parti avaient voté contre elle sous le couvert du vote secret (les fameux " snipers ").

Pendant ce temps, le centre-gauche, clé du succès de tout candidat (comme cela s'est produit pendant des décennies entre la Démocratie chrétienne et le Parti communiste italien, rivaux acharnés mais qui ont toujours fini par s'entendre sur le nom du chef de l'État), a systématiquement bloqué tout nom proposé par le centre-droit, alors qu'il revenait à ce dernier, parce qu'il avait le plus grand nombre de voix, de désigner le nouveau locataire du palais du Quirinal. Et entre les deux, un Mouvement 5 étoiles sans véritable leader qui a été aussi prompt à discuter avec Salvini pour trouver un candidat qu'à paraître du côté du Parti démocrate (PD), un parti avec lequel il s'accorde depuis des années des candidats aux différentes élections administratives. Ce qui s'est passé est bien connu : après six jours de discussions et huit votes ratés, les forces parlementaires se sont présentées au Quirinal pour le mesurer à un Mattarella qui avait déjà fait ses valises pour se retirer dans sa ville natale de Palerme dans le but de lui demander d'accepter sa réélection. Et le vétéran de la politique et du droit siciliens, un homme d'État comme il n'en existe pratiquement plus, n'a eu d'autre choix que d'accepter, devenant le deuxième chef d'État le plus voté de l'histoire de la République italienne après Sandro Pertini, élu en 1978.

C'est là que Draghi a commencé à réaliser que la guerre entre les partis, et au sein de chaque parti, avait commencé, mais que le pire restait à venir. Et ce changement de dynamique a commencé le 24 février, lorsque l'armée russe a décidé d'envahir l'Ukraine. L'Union européenne s'est rangée du côté des Ukrainiens, a commencé à envoyer des armes et des paquets de sanctions contre le gouvernement russe, et... Draghi a commencé à penser qu'on le laissait tranquille, alors qu'en fait, il ne faisait que s'aligner sur une UE qui arrosait son économie de fonds (même s'il est vrai que Draghi lui-même a mené la ligne dure contre la Russie). Que s'est-il passé ensuite ? Les partis ont commencé à agir de leur propre chef. Le Mouvement 5 étoiles a commencé à exiger que l'on dépense moins d'argent pour la guerre et davantage pour atténuer les effets négatifs de ce conflit sur l'économie nationale ; Salvini, à son tour, a décidé de lancer sa propre diplomatie à la recherche d'une "paix" qu'il ne pouvait pas obtenir (entre autres parce qu'il n'était même pas membre du gouvernement), en effectuant des voyages à Moscou (le deuxième non effectué) sans avoir obtenu l'"approbation" obligatoire de son Premier ministre ; et le reste des partis était tiède face à la position ferme du "premier" Draghi.

Cela a commencé à se transformer en un véritable conflit lorsque l'UE a exigé que tous ses membres augmentent leurs investissements dans les dépenses militaires, car le temps de vivre des investissements extraordinaires des États-Unis dans ce domaine était compté. À la grande perplexité de Draghi, le Mouvement 5 étoiles s'est positionné complètement contre cette augmentation des dépenses, alors que la réalité est que, pendant la période où ils ont contrôlé la présidence du Conseil des ministres (juin 2018-janvier 2021), ce sont les dépenses militaires qui ont le plus augmenté.

Mais la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est ce qui s'est passé avec la réforme de la justice, l'une des mesures " phares " du gouvernement Draghi : dans un pays réputé pour inculper n'importe qui avec une facilité extraordinaire (les fameux " avvisi di garanzia ") mais qui, en même temps, est celui où les délais sont les plus longs pour aboutir à une condamnation définitive ou à un acquittement (les crimes finissent souvent par être prescrits en raison du temps écoulé entre l'inculpation et la condamnation), cette réforme était l'une des plus importantes. Et Draghi avait mis à la barre sa juriste la plus prestigieuse, Marta Cartabia, première personne à présider le Conseil supérieur de la magistrature et protégée du président Mattarella, avec lequel le désormais chef de l'État avait travaillé côte à côte pendant des années.

En effet, le même Parlement qui avait approuvé la loi Cartabia en août 2021 par un "oui" massif de la chambre basse, a décidé un an plus tard de supprimer cette même réforme. Draghi a décidé de la soumettre à un "référendum" qui coïnciderait avec les élections administratives prévues le 12 juin, mais il a constaté que seulement 18% de la population a décidé d'y participer : un chiffre tout simplement ridicule ! Bien sûr, lorsqu'il est apparu que seule la Ligue avait fait campagne pour ce projet, on a compris pourquoi il avait été ignoré de cette manière.

Ici, ceux qui ont snobé Draghi ne sont ni Cinq Étoiles (qui, certes, aurait préféré que la loi Bonafede soit finalement adoptée, mais à ce moment-là, Bonafede n'était plus depuis longtemps à la tête de la Justice) ni la Ligue, mais le Parti démocratique (PD) et Italia Viva de Renzi. Dans le cas du PD, par le biais de son média le plus sympathique (le quotidien La Repubblica, le deuxième plus important du pays), ils ont publié un éditorial la veille du vote qui disait : "Pourquoi nous devons voter non". Et Renzi, à son tour, plongé en pleine procédure judiciaire contre l'institution qui avait financé sa carrière politique (la Fondation "Open"), a exprimé son opposition à cette réforme car elle ne mettait pas fin au problème des courants au sein du pouvoir judiciaire.

 La loi Cartabia finira par être adoptée par le Parlement une semaine plus tard, mais en réalité, en raison du manque de soutien des partis de la "maggioranza", la "caution" nécessaire de la population l'a laissée très limitée en termes de capacité d'action, et elle pourrait être abrogée dès l'arrivée du prochain gouvernement. Et cela a rendu de plus en plus clair que Draghi était devenu le Monti du second semestre 2012 : un Premier ministre indépendant à qui les forces politiques n'ont pas retiré leur confiance, mais qui a été de plus en plus ignoré et snobé par elles. C'est probablement ici que Draghi a commencé à peser de plus en plus sur l'exécution de sa phrase prononcée au début de son mandat : "Je gouvernerai tant que j'aurai le soutien du Parlement". Et ce soutien commençait à s'estomper au fil des semaines.

Puis vint le déclencheur final : Di Maio et sa scission avec 60 députés Cinq étoiles, et la confrontation directe entre la direction du parti et le Premier ministre. Cela a conduit Draghi à passer deux semaines à essayer de recomposer la "maggioranza", jusqu'à ce que Five Star lui tourne finalement le dos à deux reprises. Alors qu'il disposait de plus de 260 voix lorsqu'il a demandé la "fiducia" (confiance) au Sénat en février 2021, Draghi n'a plus que 179 voix. Inutile de continuer à essayer de gouverner : combien de temps faudrait-il pour que le prochain plus grand parti (la Ligue de Salvini) l'abandonne ? L'économiste et financier romain n'a donc pas réfléchi à deux fois et s'est rendu au Quirinal pour présenter sa démission au président de la République. Une démission qui n'a pas été acceptée par Mattarella, mais qui le sera sûrement lorsque Draghi aura fait le voyage en Algérie au début de la semaine prochaine pour obtenir les ressources énergétiques si importantes, et aussi lorsqu'il se sera présenté devant le Parlement pour expliquer les raisons de sa démission.

La réalité est que les élections générales sont très, très serrées. Que de nombreux députés sont déjà dans la rue parce que les chambres sont passées de 945 "seggi" (sièges) à seulement 600. Que les partis qui ont obtenu le plus de voix en 2018 (le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, bien que le PD ait battu Salvini de justesse lors de cette élection) s'enfoncent dans les sondages et veulent passer dans l'opposition pour essayer de "sauver les meubles" autant que possible. Et qu'il est temps de convoquer des élections, de les organiser et de former un nouveau gouvernement à temps pour élaborer et approuver les budgets de l'année 2023, tandis que le " Fonds de relance " continue d'être appliqué : la victoire du centre-droit sera sûrement écrasante, et la seule inconnue est de savoir qui aura la liste la plus votée (Meloni ou Salvini).

Ainsi, Draghi peut continuer pour quelques mois de plus (en fait, il le ferait même s'il avait un gouvernement intérimaire), une autre personne peut être nommée et guère plus. La législature touche à sa fin, et Mattarella le sait. C'est pourquoi Draghi n'y a pas réfléchi : le Parlement ne le soutient plus et il n'a pas la moindre intention de traîner les pieds en tant que président du Conseil des ministres. Son prestige et son palmarès dans tous les sens du terme sont trop importants pour lui faire subir une telle épreuve.

Avec un système de liste fermée, avec une loi électorale pleinement en vigueur (le "Rossatellum bis") et avec la question du coronavirus suffisamment maîtrisée, il est insensé de poursuivre avec un gouvernement d'indépendants. C'est maintenant au président Mattarella de décider de ce qu'il faut faire, mais en tant que parlementaire depuis des décennies et en tant que personne impliquée dans la politique depuis son enfance (son père, Bernardo, a déjà été ministre cinq fois avec la DC), il sait que, sauf solution inattendue de dernière minute, la meilleure chose à faire est de passer à des élections anticipées. Et laissez les autres s'occuper des différents problèmes qui touchent le pays : Draghi et Mattarella en ont déjà trop fait. Ils ont un sens de l'état que les autres n'ont pas. Et le mieux, dans ces cas-là, est de donner la parole aux citoyens, qui porteront un jugement sur ce qui s'est passé ces derniers mois.

Comprennent-ils maintenant pourquoi la désaffection pour la politique est un fait de plus en plus important et inquiétant ?

-Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre Historia de la Italia republicana, 1946-2021 (Sílex Ediciones, 2021).