PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

La fédération au sein de la droite italienne, quels sont ses véritables objectifs ?

Matteo Salvini

Bien qu'elle ne se soit pas concrétisée jusqu'à présent, ce n'est qu'une question de temps avant que l'union de deux des trois forces de centre-droit (Forza Italia et Lega) en une fédération ne devienne réalité. La question est la suivante : quels sont leurs véritables objectifs ? Nous tenterons de faire la lumière sur ce point, même si nous ne le saurons vraiment qu'après un laps de temps significatif, qui pourrait même aller jusqu'à la fin de la législature, prévue en février-mars 2023.

Officiellement, toute cette affaire découle de l'offre de Matteo Salvini à Silvio Berlusconi de créer une force unique au sein du centre-droit avec lequel les deux partis qui soutiennent actuellement le gouvernement Draghi (rappelons que les Frères d'Italie de Meloni ont décidé de ne pas participer à ce soutien et sont passés à une opposition, relative par contre, consistant en une abstention qui se traduit par des critiques très tempérées à tout moment). Selon Salvini, l'important est que les deux partis aient une seule voix par rapport à l'exécutif actuel, afin de ne pas générer de distorsion : les deux ont déjà trois ministres chacun dans le gouvernement Draghi, et il suffit maintenant de créer une fédération où les deux formations sont présentes.

Pour certains analystes, l'intention de Salvini est de récupérer une partie du terrain perdu dans les sondages d'intentions de vote, qui lui ont fait perdre jusqu'à 13 points depuis les élections européennes de mai 2019, et ainsi pouvoir se détacher d'un Meloni qui, à la perplexité de beaucoup, a été placé seulement un point derrière Salvini, alors que la chose normale a été qu'entre les deux il y aurait, au moins, entre dix et quinze points en faveur du leader de la Lega. À son tour, Berlusconi, compte tenu de son âge avancé (il aura 85 ans en septembre) et de son état de santé précaire (il a déjà été hospitalisé plusieurs fois et a subi deux opérations à cœur ouvert par le passé), "cède" son parti à Salvini pour que ce dernier devienne définitivement son successeur à la tête du centre-droit : si Salvini parvient également à obtenir la candidature de Berlusconi à la présidence de la République lors de l'élection qui aura lieu fin janvier 2022, ce sera alors "peanuts". Mais la réalité est que tout n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît, et nous allons vous expliquer pourquoi.

La première chose à retenir est que cette fédération au sein de la droite italienne a déjà eu lieu lors des élections de 2008 : Forza Italia de Berlusconi et Alleanza Nazionale de Fini ont fusionné en une seule candidature, laissant de côté (comme le parti de Meloni aujourd'hui) la Lega Nord Padania d'Umberto Bossi. Cette alliance est un succès, puisqu'ils écrasent littéralement leur rival de centre-gauche, le tout nouveau Parti démocratique (PD).

Fini était très confiant que cette forme de fédération signifiait, en pratique, qu'il deviendrait le successeur de Silvio Berlusconi, qui avait à l'époque presque 72 ans contre 56 pour Fini. Mais le temps a prouvé que Berlusconi n'avait pas l'intention de se retirer : beaucoup plus astucieux que Fini, il lui a offert la présidence de la Chambre basse, sachant que le leader de l'Alleanza Nazionale (AN) ne pourrait pas faire de la politique à la tête d'un poste institutionnel. Vous savez comment tout cela s'est terminé : Fini a fini par rompre avec Berlusconi, le gouvernement serait intervenu et remplacé par un exécutif présidé par Mario Monti, et ainsi la fin de la législature 2013 était atteinte. Alors que Berlusconi se représente et se retrouve à moins d'un point du leader le plus voté (Pierluigi Bersani, du PD), Fini met un terme prématuré à sa carrière politique et cède le parti à Meloni, qui en change le nom (il est rebaptisé Fratelli d'Italia) et entame une carrière solo qui l'amène, à ce jour, à diriger le deuxième plus grand parti du pays.

Salvini sait que cette situation ne se répétera pas : Berlusconi a 13 ans de plus que lors de la création de la précédente fédération, alors qu'il a plus de deux décennies de moins que Fini. Sa conviction (comme celle de Fini à l'époque) de devenir le nouveau leader du centre-droit est donc tout à fait réaliste, mais cela ne signifie pas que ce sera un "lit de roses" qui l'attendra à ce stade.

À première vue, il devrait se passer ce que Berlusconi et Salvini recherchent : isoler Meloni (deux Lombards contre un Romain, une rivalité traditionnelle dans le pays entre la capitale culturelle et administrative, d'une part, et la capitale économique, d'autre part) et devenir le leader incontesté des sondages d'intentions de vote, qui pourraient aller jusqu'à 30 % ou plus. Berlusconi donnerait à Salvini ce dont il a besoin, à savoir la composante de centre-droit et d'européanisme dont il a besoin pour qu'une partie des électeurs commence à lui faire confiance, tandis que Salvini ouvrirait la voie à "Il Cavaliere" pour qu'il devienne le nouveau locataire du Quirinal, point culminant d'une carrière politique qui a conduit l'homme d'affaires et politicien lombard à être la personne qui a présidé le Conseil des ministres le plus longtemps dans l'histoire de la République italienne (plus de 3 500 jours dans quatre gouvernements différents). 500 jours dans quatre gouvernements différents).

Mais la réalité est que cette supposée "reddition" de son parti (celui de Berlusconi) à Salvini n'a aucune raison d'être pour le moment, car Forza Italia est moins mauvais que certains le croient. Au-delà du fait que les sondages lui donnent pour l'instant deux fois moins d'intentions de vote qu'aux élections de 2018, et que Berlusconi est déjà à un âge très avancé et en moins bonne santé, le parti a une " tête de liste " suffisamment forte pour que Forza Italia puisse obtenir un bon degré de soutien aux prochaines élections générales. Et ce n'est autre qu'Antonio Tajani, ancien président du Parlement européen et figure de proue du parti depuis des années en l'absence d'un Berlusconi qui se réserve pour les moments vraiment décisifs. Tajani, aujourd'hui âgé de 68 ans, était un homme peu connu dans son pays il y a trois ans, ayant passé toute sa carrière politique au Parlement européen, mais il est aujourd'hui beaucoup plus visible et considéré comme ayant suffisamment de substance pour diriger le parti de centre-droit. Il a participé aux négociations pour former un gouvernement tant en août 2019 qu'en février 2021 et, aux yeux des principaux "poids lourds" du parti (Mara Carfagna, Renato Brunetta, etc.), il est l'homme de confiance de l'ancien Premier ministre et désormais député européen. 

D'autre part, la formation continue à avoir beaucoup de poids parlementaire : il est vrai qu'au Sénat, elle a perdu une douzaine de membres, mais ses 52 sénateurs actuels ne sont dépassés numériquement que par un Mouvement 5 étoiles en décomposition permanente et par la Lega de Salvini. Et, comme nous l'avons dit, dans le gouvernement Draghi, ses trois représentants (Brunetta, Carfagna et Gelmini) sont seulement dépassés par les quatre représentants du Mouvement 5 étoiles et égaux aux trois représentants de la Lega et aux trois appartenant au Parti démocratique (PD). Et, bien sûr, le parti dispose toujours de son très puissant appareil médiatique, avec notamment plusieurs chaînes de télévision et un journal (Il Giornale).

Mario Draghi

La question est donc de savoir ce qui se cache derrière ce pacte. Au-delà de laisser derrière lui un Meloni mal à l'aise (attention au transfert d'électeurs des Frères d'Italie vers cette fédération de droite), Berlusconi cherche probablement deux objectifs principaux. La première est que quelqu'un de son parti (probablement Tajani) devienne le nouveau président de la République : rappelons qu'il a déjà essayé en 2006 avec son "bras droit" dans tous ses gouvernements (nous parlons de Gianni Letta, sous-secrétaire de la présidence du Conseil des ministres), mais il n'a finalement pas réussi et la présidence est allée à l'ex-communiste Napolitano, qui avait déjà été président de la Chambre basse entre 1992 et 1994.

Tajani remplit plusieurs des conditions fondamentales pour être élu comme nouveau président de la République : pro-européen convaincu, ses 68 ans actuels sont dans l'âge auquel le nouveau chef d'État est traditionnellement élu (l'actuel, Sergio Mattarella, avait 73 ans lorsqu'il a reçu cet honneur fin janvier 2015). Il a de très bons contacts au niveau de l'UE (ce qui est vraiment important pour un président de la République italienne, étant donné que l'Italie est la troisième économie européenne) ; il n'a pratiquement pas de détracteurs dans la politique nationale puisqu'il en est sorti ; et il a une très bonne présence pour être le nouveau locataire du Quirinal. Il a un seul point faible, qui est précisément qu'il n'a jamais été ni premier ministre ni ministre, mais Pertini, président entre 1978 et 1985, et Napolitano, également président entre 2006 et 2015, n'avaient jamais été ni l'un ni l'autre, et malgré cela ils ont été élus chefs d'État.

Certains peuvent se demander : si Meloni, en réponse à l'isolement auquel elle sera soumise, décide de s'abstenir ou même de voter contre, cette fédération de droite pourra-t-elle faire avancer la candidature de Tajani ou de tout autre candidat de Forza Italia, puisque Berlusconi lui-même ne sera probablement pas en mesure de tenter d'être élu ? La réponse est oui, car cette fédération de droite compte sur un parti pour compenser les voix de Meloni. Et ce parti n'est autre que l'Italia Viva de Matteo Renzi, qui entretient de très bonnes relations avec Berlusconi et s'entend mieux qu'on ne le pense avec "il altro Matteo" (Salvini). Et le parti de Renzi a presque le même nombre de députés que celui de Meloni : une cinquantaine entre les deux chambres. Tout cela sans oublier le soutien que peut apporter le groupe parlementaire Per l'autonomia, dont les membres appartiennent au Parti populaire du Tyrol du Sud et sont, en pratique, une sorte de droite, mais avec une idéologie autonomiste.

Le deuxième objectif recherché par Berlusconi serait que Salvini, qui disposera d'une large marge d'action, introduise les actuels députés de Forza Italia sur les listes, car il veut trouver de la place pour ceux qui lui ont toujours été fidèles (par opposition aux Tremonti, Alfano et compagnie), et avec Tajani comme tête de liste cela serait plus difficile. La même chose que recherche, d'autre part, Matteo Renzi, qui sait qu'en ce moment, dans une coalition du centre, il n'a rien à faire et doit chercher ceux qui l'ont suivi et lui ont permis d'avoir son propre parti.

Ce que Salvini obtiendrait en échange de tout cela est clair : devenir, enfin, et après deux décennies de carrière politique, le nouveau premier ministre, et avec toute une législature devant lui. Il a déjà été tout sauf "premier" : conseiller de la capitale de la Lombardie, député européen, sénateur, vice-premier ministre et ministre de l'intérieur, ainsi que chef, depuis décembre 2013, de la Lega. Il sait que les prochaines élections seront sa dernière chance de devenir président du Conseil des ministres, et il peut le faire. Il a déjà fait le premier pas, qui est d'abandonner l'anti-européanisme pour embrasser la construction européenne à travers son soutien au gouvernement Draghi. Maintenant vient la deuxième, qui sera de présenter le candidat que Forza Italia demande. Et il a une chance, même si nous n'en serons pas certains avant sept mois. Que la politique italienne nous surprenne une fois de plus, pour la énième fois depuis la fondation de la République italienne en juin 1946.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centre universitaire ESERP et auteur du livre "Historia de la Italia republicana" (1946-2021) (Madrid, Sílex Ediciones, 2021).