PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La guerre de Poutine

Vladimir Poutine

Les gens à travers le monde ont été choqués par les événements en Ukraine. Un coup d'œil à tous les journaux du matin montre que les événements qui s'y déroulent constituent le titre principal, le nom de Vladimir Poutine, le président russe, apparaissant en bonne place, la Russie rarement. La couverture télévisée est étendue. Lorsque les Vikings suédois, connus sous le nom de Rus, ont été "invités" à instaurer une certaine stabilité dans la région, en un temps relativement court, il y a environ mille deux cents ans, Kiev est devenue la capitale au bout de quelques décennies. Située sur le fleuve Dniepr en provenance de la Baltique, elle était idéalement placée pour les bateaux longs des Rus. Un des premiers souverains forts s'appelait Vladimir.

Mais revenons un peu en arrière, mais à une époque beaucoup plus récente. Les troupes russes se sont livrées à des exercices de guerre à la frontière pendant plusieurs semaines, faisant du surplace tandis que Poutine testait la détermination diplomatique des puissances occidentales, les laissant dans l'expectative par des dérobades et des mensonges, profitant de ce temps pour accroître ses forces jusqu'à un nombre formidable, environ 190 000, dit-on. L'une des questions qui le préoccupent est la présence de l'OTAN à sa frontière et la possibilité que l'Ukraine rejoigne ce pacte de défense à la frontière de la Russie, qu'il considère comme une menace. Ironiquement, l'OTAN a été créée peu après la Seconde Guerre mondiale pour former un pacte défensif afin de contrer la menace que représentaient les Soviétiques de Staline.

Avec l'invasion de l'Ukraine, Poutine tente de laisser un héritage dont la Russie serait fière dans l'histoire, avant d'avoir à répondre de ses actes devant la "Faucheuse". Il a été élevé dans les derniers jours de l'ère stalinienne, lorsque la Russie était redoutée comme une force formidable, un "Empire", doté d'une technologie avancée et d'une capacité nucléaire. Il a vu son pays devoir admettre, avec embarras, qu'il n'avait pas les ressources économiques nécessaires pour gérer le conglomérat de pays d'Europe de l'Est dont il avait pris le contrôle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'"Empire". Ces pays, devenus indépendants, ont assez rapidement modifié leur forme de gouvernement en adoptant la démocratie et en se débarrassant du communisme et de l'autocratie qui en découle. Poutine a vécu toute cette période, principalement en tant que membre du redouté KGB, où il a appris à ne faire confiance à personne, et a dû être frustré, en tant que fier Russe, de voir son pays décliner progressivement en tant que grande puissance, même s'il s'est "battu" pour obtenir finalement le poste suprême et la forme de gouvernement autocratique qu'il encourage. Peu importe que l'économie stagne pour l'ensemble de la population. Le communisme est une question d'égalité, "certains étant plus égaux que d'autres", comme l'a dit succinctement George Orwell. L'autocratie cède rapidement la place à la dictature.

Chercher du soutien, faire face aux sanctions et à l'isolement

Ces dernières semaines, Poutine a prétendu que ses militaires effectuaient des exercices d'entraînement, qu'il a poursuivis pendant qu'il se rendait aux Jeux olympiques d'hiver à Pékin, en Chine, alors qu'il était en réalité là pour consulter le président chinois, Xi Jinping, le seul autre dirigeant mondial d'un pays qui s'en tient à la voie communiste, sans doute de manière plus rigide que la Russie. Il était là pour obtenir l'approbation du président chinois pour son projet d'invasion et le président Xi était intéressé de voir comment il s'en sortirait en occupant le pays de la frontière occidentale, ce qui lui permettrait de concentrer ses propres forces pour ses propres objectifs d'expansion, par exemple Taïwan. L'acquiescement de Xi signifiait qu'il pouvait prendre des forces de sa frontière orientale avec la Chine sans crainte. Lors de l'ouverture des Jeux, Poutine a été vu dans un isolement glorieux alors qu'il regardait les athlètes sur la glace avec son expression faciale habituelle de chien battu.

Il a donné l'impression, comme il le fait de plus en plus, d'avoir le poids du monde sur ses épaules, seul pour poursuivre ses objectifs malavisés. On reste bouche bée devant sa vision outrancière de l'histoire. Le génocide perpétré en Ukraine n'était rien de moins que celui perpétré par Staline, 3 millions, et c'est par cela que Poutine sera connu, s'il déclenche des tactiques (néo)-nazies sur le peuple ukrainien.

L'Europe semble enfin se lever et faire entendre sa voix potentiellement forte. Il fallait que l'Allemagne agisse avec force, ce qu'elle a fait. Des sanctions ont été imposées par les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Europe, le Canada, l'Australie et un grand nombre d'autres pays. Les sanctions n'ont toutefois pas d'effet immédiat, bien que les résultats combinés aient provoqué une forte hausse de la monnaie. Les gens sont sortis pour protester dans de nombreuses villes du monde et même en Russie, où la dissidence est sévèrement réprimée. Mais il s'agit d'un test pour la démocratie ; elle a été mise au défi par une autocratie communiste qui a permis à un dictateur de diriger le pays sans limite de mandat.

Cette situation a encore du chemin à parcourir et, à court terme, nous observons. Elle changera sans doute dans les prochains jours, lorsque les deux parties s'assiéront à la frontière avec le Belarus, qui a installé un gouvernement fantoche russe non élu et frauduleux, et qu'elles accueilleront. Nous ne devons pas en attendre trop, car la Russie contrôlera l'ordre du jour. La suite sera sans aucun doute une pression accrue de la part de la Russie.

Le peuple ukrainien, qui doit être applaudi pour son attitude, oppose une forte résistance, ce à quoi Poutine ne s'attendait pas vraiment. Ce dernier aime obtenir ce qu'il veut et sera contrarié par un rejet, ce que les Ukrainiens ne manqueront pas de faire. Que fera alors Poutine ? Il sera contrarié et perdra son sang-froid. Surveillez cet espace.

Dr J Scott Younger. Président commissaire de Glendale Partners et membre du conseil consultatif de l'IFIMES

IFIMES - International Institute for Middle East and Balkan Studies, basé à Ljubljana, Slovénie, a un statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC/ONU, New York, depuis 2018.