PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La guerre de Poutine (4)

Vladimir Poutine

La guerre de Poutine a un mois et est entrée dans son deuxième mois. Des pourparlers sont en cours, mais aucun accord substantiel n'a été conclu. Poutine ne se soucie pas tant qu'il peut continuer à affaiblir la résistance ukrainienne, ce qui est de plus en plus improbable au fil des jours. Il doit prouver au peuple russe que l'invasion en valait la peine et qu'il a étendu et sécurisé les frontières contre toute agression occidentale, fruit de son imagination. Tout cela en dépit du fait que c'est lui qui a déclenché la guerre et la destruction qui a lieu actuellement et qu'il n'y avait aucun signe de menace de la part de l'Occident. 

Lorsqu'on aperçoit Vladimir Poutine, il est généralement assis dans un magnifique isolement ou, s'il marche, son bras gauche pend mollement. Cela peut être le signe d'une attaque, même légère. Chaque fois qu'il rencontre un membre du personnel, il le fait à distance ; on dit qu'il a peur de contracter le virus COVID, en plus de ses autres maux, qui peuvent inclure les premiers signes de démence. Normalement, je compatirais avec une personne dont la santé décline, mais je ne peux pas compatir avec quelqu'un qui cause aux autres tant de stress et de détresse, sans parler de la mort. Il lui faut trop de temps pour mériter un changement de nom de Poutine à Putout ou même Takeaway !

Comme Hitler et Staline avant lui, ses proches collaborateurs et subordonnés ont peur de lui dire la vérité et ne lui disent que ce qu'il veut savoir. Les dégâts considérables qu'il a commis à Kherson et Mariupol, par exemple, lui ont valu l'étiquette de "criminel de guerre". Être correctement inculpé est un processus long et compliqué. Il faut des années pour traduire quelqu'un en justice à La Haye et il est probable qu'il meure avant. Mais l'une des raisons pour lesquelles il ne veut pas rencontrer le président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy, est qu'il est malade et qu'il pense que plus les combats dureront, plus il aura de quoi négocier.

Il semble que certains des voisins occidentaux de l'Ukraine, notamment la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque, certains des pays qui ont le plus souffert de l'ère soviétique, soient inquiets de voir que l'UE ne semble pas en faire assez. Le gouvernement allemand a été mis dans une position difficile en devant faire marche arrière sur l'acceptation du gaz directement par le gazoduc Nord Stream. En outre, lorsque Volodymyr Zelenskyy s'est adressé au Bundestag allemand, comme il l'a fait au Sénat américain, à la Chambre des communes britannique et aux parlements français et italien, son discours n'a été accueilli que par des applaudissements polis. Quant à l'OTAN, le soutien que cette organisation a apporté au fil des ans a été bien inférieur à ce qu'il aurait dû être ; il est temps de changer cela et de reconnaître que le monde a évolué depuis la Seconde Guerre mondiale et que sa contribution est importante. En effet, à l'avenir, les États-Unis seront de plus en plus impliqués à l'Est. La Chine a déjà armé les trois îles qu'elle a construites à partir des fonds marins, contrairement à ce qu'elle prétendait auparavant. Les îles sont stratégiquement placées pour "surveiller" la mer de Chine méridionale et les actions de la Chine devraient préoccuper les pays de l'ANASE qui dépendent de leur utilisation. L'une des raisons, peut-être, pour lesquelles les gouvernements australien, britannique et américain ont signé un accord, AUKUS, est de montrer leur intention pour la région transpacifique.

La guerre dans son deuxième mois

Concernant l'invasion actuelle, elle est entrée dans son deuxième mois, comme mentionné ci-dessus. Les Russes ont perdu plus de soldats que prévu, entre 7 000 et 10 000 morts. De toute évidence, ils ne peuvent l'admettre et leur estimation est encore plus basse. Ils allaient faire venir d'autres troupes ; il était question du Belarus. Comment les troupes de ce pays vont-elles entrer dans la bataille ? Lors des dernières élections, Alexandre Loukachenko les a déclarées frauduleuses et est resté au pouvoir, bien qu'il ait perdu avec une marge importante. Il reste une opposition considérable, passive pour l'instant, et une sympathie considérable pour son voisin, l'Ukraine. En outre, bien que Staline soit originaire de Géorgie, de nombreux Géorgiens éprouvent une forte aversion pour les Russes. En 2008, l'armée russe a envahi la Géorgie, soi-disant pour venir en aide à la population pro-russe d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie. Il a été suggéré que les Ossètes du Sud ont été provoqués dans un combat avec le gouvernement géorgien qui a conduit à l'implication de la Russie. Les troupes russes s'étaient rassemblées à la frontière de l'Ossétie du Sud et ont trouvé le moyen de justifier leur entrée en tant que forces de maintien de la paix. Les combats internes initiaux se sont transformés en une guerre à grande échelle, les Russes utilisant leur aviation avec force. La paix a finalement été résolue par un accord de cessez-le-feu signé devant Nicolas Sarkozy, le président français, dans lequel les provinces séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie ont cessé de faire partie de la Géorgie, une situation qui perdure à ce jour. Poutine, qui avait déjà essayé cette approche, utilisait apparemment à peu près le même format que précédemment avec la région ukrainienne pro-russe de Donbas, même si ses ambitions étaient plus grandes au départ. Poutine a été consterné par la résistance ukrainienne et devra réduire considérablement ses exigences pour le territoire qu'il espérait obtenir. N'oubliez pas qu'il avait volé la Crimée en 2014, et que l'Occident n'avait rien fait à l'époque.

Certains mercenaires géorgiens, montrant leurs sentiments, sont entrés dans la guerre pour aider les Ukrainiens. Cependant, ils ne sont pas le seul pays à avoir fourni des mercenaires ; un nombre important d'entre eux, provenant du monde entier, prêtent leur expertise aux Ukrainiens, probablement plus de 15 000 au moins. On en avait bien besoin.

Les Russes, bien que l'OTAN ait refusé d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, comme cela avait été demandé, laissant aux Russes la liberté du ciel, qu'ils ont utilisée à bon escient, les forces ukrainiennes ont opposé une grande résistance et encore plus au sol. Ils résistent et regagnent du terrain dans certains endroits.  Poutine doit décider quand il aura suffisamment "gagné" et pourra vendre cette "victoire" au peuple russe avant de détruire l'économie russe et de faire prendre conscience à l'OTAN qu'elle est une force avec laquelle il faut compter lorsqu'elle s'unit. Ils accepteront probablement, comme ils l'ont fait en Géorgie, de s'installer dans la région pro-russe de Donbas, en Crimée et sur une partie de la côte de raccordement. Les Ukrainiens accepteront-ils au nom de la paix ? Toutefois, ils doivent être autorisés à rejoindre l'UE, voire l'OTAN.

Les temps à venir seront difficiles pour le peuple ukrainien. Et il faudra alors reconstruire la nation, non seulement les infrastructures, mais aussi les personnes qui ont enduré ce purgatoire.

J Scott Younger, Chancelier international de l'Université du Président, Chercheur senior honoraire à l'université de Glasgow et membre du conseil consultatif de l'IFIM et membre du conseil consultatif de l'IFIMES

L'IFIMES - Institut international d'études sur le Moyen-Orient et les Balkans, basé à Ljubljana, en Slovénie, bénéficie d'un statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC/ONU, à New York, depuis 2018.