PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La pauvreté augmente alors que le régime gère mal l'économie

jamenei-iran

En Iran, 333 000 personnes passent chaque mois sous le seuil de pauvreté. Cela signifie que quatre millions de personnes sont passées sous le seuil de pauvreté en un an. Selon le rapport "Suivi de la pauvreté 2020" du ministère du Travail, de la Coopération et de la Protection sociale, environ 26 millions de personnes se trouvaient sous le seuil de pauvreté en 2019. En 2021, ce chiffre aurait atteint 30 millions.

Une économie effondrée par la pauvreté ou la mauvaise gestion

Le régime et ses groupes de pression ont parfois laissé entendre que les difficultés économiques et la pauvreté sans précédent du peuple iranien, dans un pays riche en mines et en réserves, étaient dues aux sanctions imposées. Toutefois, la chute de la valeur du rial (la monnaie iranienne) par rapport au dollar américain au cours des 40 dernières années montre que la dégradation de l'économie iranienne est devenue une tendance constante. Malgré l'argent considérable tiré du pétrole iranien, l'économie ne s'est pas améliorée. Au contraire, il a été pillé, surtout ces dernières années.

Pourquoi le régime iranien a-t-il retardé les négociations nucléaires pendant plus de six mois sous divers prétextes ou n'est-il pas parvenu à un accord lors des dernières négociations visant à alléger les sanctions ? Si l'effet des sanctions sur l'économie iranienne ne peut être nié, elles ne sont pas la cause principale des défis et des lacunes économiques de l'Iran. Les dirigeants du régime sont bien conscients que s'ils parviennent à un accord avec les pays occidentaux, ils pourront au moins vendre leur pétrole et faire des bénéfices. Cependant, le régime iranien ne semble pas très enclin à conclure un autre accord. Pourquoi pas ?

Le budget de l'Iran

La priorité du régime iranien n'est pas l'économie ou le peuple appauvri d'Iran, mais ses ambitions nucléaires, qui sont considérées comme la clé de la survie du régime. La fabrication de la bombe atomique est ce qui garantit sa survie. Pour comprendre où se situe la loyauté du régime, il suffit de considérer le budget d'Ebrahim Raisi présenté au parlement iranien pour examen et approbation. Le budget favorise fortement le Corps des gardiens de la révolution islamique et d'autres entités de sécurité du régime, en augmentant leur financement de 240 %. Cette augmentation considérable est justifiée sous le prétexte de la défense contre les États-Unis et Israël. Pour limiter encore davantage les droits du peuple iranien, les forces de police iraniennes ont été mises au niveau de l'IRGC.

L'Iran dispose désormais de deux ministères de l'information différents et parallèles, l'un dirigé par l'IRGC et l'autre par le gouvernement. Mais chacun sait que toutes les manœuvres visent à lutter contre la situation explosive de la société iranienne. Un exemple : des dizaines de milliers de forces répressives ont été envoyées de tout l'Iran pour réprimer les récentes manifestations pacifiques à Ispahan contre les pénuries d'eau. Le bien-être du peuple iranien est ignoré.

iran-economia

Les priorités du régime iranien

Ce régime a lié son destin et sa survie à la possession ou à la fabrication d'une bombe atomique et ne veut pas renoncer à cette intention. Tout recul des intentions nucléaires du régime, de son programme de missiles et de son influence régionale équivaut à briser le verre de la vie du régime. Les tactiques d'achat de temps et d'intimidation de l'Iran visent à convaincre les pays du groupe 5+1 de relancer le JCPOA de 2015 sans changement. En clair, l'Iran veut profiter de la vente libre de son pétrole et échapper à toute modification de son infrastructure nucléaire, de son programme de missiles ou de son influence régionale.

Le soulèvement de 2019 en Iran

À première vue, les raisons économiques semblaient jouer un rôle sous-jacent dans le soulèvement de la mi-février 2019. Toutefois, une analyse sociologique montre que les raisons politiques ont joué un rôle beaucoup plus important dans l'organisation des protestations. Tout indique qu'une nouvelle classe sociale s'est formée au sein de la société, qui est bien consciente de ses exigences et de ses attentes.

Plus précisément, les créateurs des manifestations de 2019 étaient les pauvres urbains et les couches inférieures de la classe moyenne. La classe moyenne iranienne, de plus en plus pauvre, a toujours possédé une nature rebelle. Les membres de cette classe sont souvent instruits et possèdent même des diplômes universitaires. Tôt ou tard, l'ère post-coronation viendra où les gens se recentreront sur leurs besoins économiques et sociaux de base, ce qui entraînera de nouvelles protestations.

Le temps joue contre le régime

Dans les récentes négociations de Vienne, l'Iran tente d'obtenir le plus d'incitations possibles sans trop céder. C'est-à-dire, maintenir sa structure nucléaire et poursuivre ses missiles et son influence régionale. Cependant, le régime n'est peut-être pas conscient que le temps ne joue pas en sa faveur. La situation économique désastreuse créée par les mollahs entraîne chaque année plus de quatre millions de personnes dans des difficultés économiques insupportables ; c'est l'armée des affamés et des chômeurs. Le soulèvement de 2019 a montré que l'armée des affamés était en marche. En outre, les soulèvements au Khuzestan, au Baluchestan et à Ispahan ont déclenché les sonnettes d'alarme du régime. Le régime iranien peut-il vaincre le temps ?

Le régime iranien est dans une impasse et a deux options. La première option consiste à se conformer aux exigences de la communauté internationale et à renoncer à son influence régionale et à l'acquisition d'armes nucléaires - ce qui semble hautement improbable - auquel cas, selon Khamenei, elle doit se rendre sans répit. En d'autres termes, elle doit répondre à quatre décennies de répression et de brutalité. Dans ce cas, le Guide suprême de l'Iran, qui s'est jusqu'à présent appuyé sur les deux piliers que sont l'influence régionale et le terrorisme à l'étranger et la répression à l'intérieur du pays, n'a d'autre choix que de s'effondrer. La deuxième option est que si le régime ne se conforme pas aux 5 + 1, alors un autre.