PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La rébellion contre le néant

antivacunas

Peu de causes sont aussi incompréhensibles, infondées et incohérentes que le mouvement anti-vaccin qui a prospéré dans le monde entier, avec plus de force dans certains pays que dans d'autres. La stupidité et l'incohérence de l'alliance anti-vaccins ont été mises en évidence de manière flagrante lors de l'affaire Djokovic en Australie. 

Après que le numéro 1 de l'ATP a refusé de déclarer s'il était vacciné contre le Covid19, les autorités frontalières australiennes l'ont détenu pendant quatre jours. Après avoir été libéré par un juge, le ministre australien de l'Immigration a décidé d'user de ses prérogatives pour annuler la décision de justice et expulser le tennisman serbe le 14 janvier. 

Le mouvement anti-vaccination a fait de Djokovic un emblème de la liberté. Dans de nombreux milieux, sa détention et son interrogatoire ultérieur ont été qualifiés d'injustice flagrante, de violation flagrante de ses droits de l'homme, d'atteinte à sa capacité à franchir les frontières d'un pays. En bref, les défenseurs de Nole, qui adhèrent au discours anti-vaccins, mettent en avant ce qu'ils considèrent comme un exemple clair d'excès de la part des autorités étatiques, entraînant une atteinte à la liberté individuelle. 

C'est là que réside le grand problème du mouvement pro-Djokovic et des anti-vaccinationnistes en général : sous prétexte de contrôler un virus, les pays démocratiques s'orientent vers un autoritarisme dont les non-vaccinés feront les frais, étant discriminés par les autorités publiques et la société, privés d'un retour à la nouvelle normalité tant vantée. Cette nouvelle normalité sera en réalité celle d'un monde beaucoup plus autoritaire, avec des mesures draconiennes et arbitraires pour les pauvres citoyens qui ne se conforment pas aux diktats des autorités. Ainsi, l'affaire Djokovic est un symptôme de ce qui est à venir. Si le numéro 1 de l'ATP est soumis à de telles humiliations, qu'adviendra-t-il du reste des non-vaccinés ? 

Le profil idéologique de ceux qui ont soutenu Djokovic et critiqué les autorités australiennes est assez marqué. En Espagne, ce sont surtout d'éminents responsables de Vox qui ont pris la défense du tennisman, le considérant comme "un symbole de la lutte pour la vraie liberté dans le monde", selon Isidoro Sevilla, responsable de la communication interne du parti. "Nous devons beaucoup à Djokovic" pour avoir exposé la honte de "l'irrationalité et la perversité de la politique de contrôle social", a tweeté Hermann Tertsch, député européen du parti national-conservateur. Au-delà des frontières de l'Espagne, la ligne politique des défenseurs de Nole est similaire à celle de Vox - dont les électeurs, rappelons-le, sont les plus réticents à se vacciner contre le Covid19.

Le discours anti-vaccin est assez simple ; la conjoncture qu'il pose, simple : les gouvernements s'arrogent un pouvoir qu'ils ne devraient pas avoir aux dépens de la sphère individuelle des citoyens ; nous devons être plus vigilants que jamais, en particulier les plus sceptiques à l'égard de la vaccination, qui seront montrés du doigt par le léviathan étatique grandissant. Malgré la simplicité de ce message, son incohérence et son absurdité apparaissent au grand jour lorsqu'on tente de le conceptualiser. De même, la base intellectuelle de ce mouvement brille par son absence : ses postulats ne reposent sur aucun fondement logique ou idéologique digne de ce nom. On ne sait pas non plus ce qu'elle revendique réellement, ni contre quoi elle est dirigée. Et, bien sûr, c'est un mouvement qui refuse de s'appuyer sur des preuves empiriques et scientifiques. Faisons un pas à la fois.

L'incongruité du discours en faveur du joueur de tennis serbe devient très claire lorsque les mêmes personnes qui prônent la liberté de circulation pour les personnes non vaccinées adoptent un discours radicalement opposé sur les frontières de l'UE et l'immigration. Il est curieux de constater que les dirigeants politiques les plus favorables à Djokovic ont un profil nettement anti-immigration (légale et illégale), surtout en ce qui concerne les migrants des pays en voie de développement. Quand est-il justifié pour un État de défendre la sécurité de ses citoyens et de fermer ses frontières à ceux qu'il considère comme une menace ? Pourquoi Djokovic est-il victime d'un outrage, mais pas les millions de réfugiés rejetés par une Europe immuable ? 

L'incohérence est encore plus flagrante si l'on considère que le joueur de tennis serbe avait la possibilité de se faire vacciner ; les demandeurs d'asile ont rarement d'autre choix que de risquer leur vie pour un avenir meilleur. Dans le cas de l'Australie, la dureté avec laquelle elle traite ses migrants des pays en développement est bien connue. Les abus et les mauvais traitements subis par des milliers de demandeurs d'asile dans le centre de détention de l'île de Nauru au cours des deux dernières décennies ont été dénoncés par des experts, l'ONU et des ONG telles qu'Amnesty International. Mais on ne verra pas ceux qui se sont indignés de l'affaire Djokovic. 

Il est remarquable qu'un mouvement qui prétend défendre les citoyens vulnérables contre l'arbitraire de l'État en vienne à défendre le privilège d'un athlète d'élite, qui doit simplement remplir les mêmes conditions d'entrée en Australie que tout autre citoyen. Il est également surprenant qu'ils considèrent l'appel à un État vaccinateur comme si horrible pour la liberté, mais qu'ils ne fassent aucun cas d'autres politiques illibérales répandues parmi les États démocratiques, comme la restriction du droit de manifester en Espagne ou au Royaume-Uni, ou la surveillance exagérée des minorités musulmanes en France ou en Autriche, pour ne citer que quelques exemples en Europe au cours de la dernière décennie. 

En bref, la défense acharnée de la liberté individuelle que les défenseurs de Nole prétendent épouser n'est rien d'autre qu'un libéralisme du pouce.

Les apologistes de Djokovic affirment qu'aucune mesure restrictive n'est nécessaire pour les personnes non vaccinées si, comme le tennisman, elles ne sont pas infectées. Toutefois, de la même manière que les pays tropicaux exigent des vaccinations contre la fièvre jaune ou le paludisme, l'Australie exige que les personnes qui entrent sur son territoire réduisent au minimum les risques de contamination de leur entourage. Et les vaccins sont, pour l'instant, le seul moyen dont nous disposons pour réduire cette possibilité. Même si les sceptiques ne croient pas que les vaccins garantissent quoi que ce soit, la science a démontré au cours de l'année dernière que le meilleur moyen de se protéger contre le Covid19 et de revenir à une nouvelle normalité tant attendue est la vaccination de masse. 

Et tout comme nous sommes (ou serons) presque tous vaccinés contre l'hépatite B, la rougeole ou la grippe, nous avons reçu le vaccin Covid19. Il est curieux que les mêmes voix qui se plaignent de la docilité du public à l'égard du vaccin contre le coronavirus ne fassent pas de même à l'égard d'autres vaccins qui ont vraisemblablement été administrés sans plainte. L'absence de base scientifique se double de l'absence de base intellectuelle de cette alliance entre les anti-vaccins et les supporters de Djokovic. 

Ceci est lié à un autre défaut majeur de ce mouvement : sa direction. A quoi, ou à qui, s'adresse-t-il ? Contre quoi est-il dirigé ? À la base, une rébellion doit être dirigée contre quelque chose, mais la cause anti-vaccins n'a pas trouvé son ennemi juré. Il ne s'agit pas d'une opposition à un État menaçant, comme il ne s'oppose pas, à notre connaissance, à d'autres mesures restrictives aux frontières des pays, des visas aux contrôles aléatoires, ou à des politiques beaucoup plus attentatoires aux droits de l'homme que la demande d'un certificat de vaccination, comme celles mentionnées ci-dessus dans plusieurs pays européens.

Il ne s'agit pas non plus d'une rébellion contre l'imposition du bien commun à l'individu. Après tout, lorsque la décision (légitime) d'un individu de ne pas se faire vacciner met en danger la santé publique, il y a forcément des pare-feu. Reconnaître le droit à la vie privée et le droit de prendre des décisions concernant son propre corps ne signifie pas nier l'espace commun de coexistence, en particulier lorsqu'il s'agit de santé.

En bref, cela se résume à une défense illogique et fictive du pouvoir de l'individu, un plaidoyer nostalgique pour un individualisme mal compris qui ne fait aucune distinction entre le privé et le public, et qui n'est défendu que lorsque cela compte. C'est, en somme, une rébellion vide, contre tout et rien à la fois, répondant peut-être à l'impulsion enfantine de se démarquer de la foule, d'être rebelle juste pour le plaisir d'être rebelle. 

Il est clair qu'un débat raisonnable s'impose sur le passeport Covid19 et sur la pertinence des mesures destinées à enrayer la pandémie, loin des stridences et des simplifications. L'auteur n'est même pas d'accord avec la politique de l'Australie et d'autres États d'exiger que les visiteurs aient le vaccin Covid19

En définitive, le nœud du problème réside dans la principale incohérence des défenseurs de cette "liberté" mal comprise : le libertarianisme a pour concept fondamental non seulement la défense des droits individuels, mais aussi la responsabilité personnelle d'assumer les conséquences des décisions. Et dans le cas des vaccins Covid19, la décision de ne pas vacciner n'implique pas seulement la liberté de choix, mais aussi la conscience qui l'accompagne. Novak Djokovic est un adulte fonctionnel qui comprend les conséquences de la non-vaccination. Il est temps pour lui et ses partisans de se comporter comme tel.