PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

La réponse de l'Islam aux problèmes du monde contemporain (11)

Communauté Ahmadiyya

Poursuivant les conclusions sur la paix interreligieuse (que nous avons commencées dans le numéro 10), nous aimerions conclure cette section avec le point de vue islamique sur la façon dont les problèmes susmentionnés devraient être résolus. 

1) Toutes les religions du monde, qu'elles croient ou non en l'Islam, doivent accepter le principe islamique de ne pas permettre l'utilisation de la force et de la coercition, de quelque manière que ce soit, comme instrument de résolution des conflits inter-sectaires et inter-religieux. La liberté de religion et la liberté de la professer, de la propager, de la pratiquer et de l'exercer, ou de l'abandonner, de cesser de croire ou de changer de croyance, doivent être absolument protégées.

2) Même si les autres religions ne peuvent pas être d'accord avec le concept islamique de l'universalité de la vérité et pensent, comme le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme, le confucianisme ou le zoroastrisme, etc., que les autres religions sont fausses et n'ont rien à voir avec Dieu ; cependant, malgré ce déni de la vérité universelle, toutes les religions doivent accepter le principe islamique de respect et de révérence pour les fondateurs et les figures religieuses des autres religions. Dans cette application, ils ne compromettraient pas leurs principes. Il s'agit d'une question de droits de l'homme fondamentaux : le droit de chaque être humain à ne pas voir ses sensibilités et sentiments religieux violés ou offensés doit être reconnu.

3) Il convient de rappeler que le principe ci-dessus ne peut être appliqué par aucune loi nationale ou internationale. Il doit être compris conjointement avec le principe selon lequel le blasphème n'entraîne pas de châtiment humain mais doit être découragé et réprouvé, en encourageant l'opinion publique à condamner de tels actes comme indécents, imprudents et odieux.

4) Des conférences interconfessionnelles fréquentes devraient être encouragées sur le modèle introduit par la communauté musulmane Ahmadiyya au début de ce siècle. L'esprit de ces conférences peut être résumé par les caractéristiques suivantes :

(a) Tous les orateurs doivent mettre en avant les points positifs et attrayants des différents aspects de leur foi, sans attaquer les autres religions.

b) Les orateurs appartenant à une même confession devraient véritablement essayer de découvrir les aspects positifs des autres confessions en en parlant et en expliquant les raisons de leur attrait.

c) Les orateurs appartenant à d'autres confessions devraient rendre hommage à la noblesse et au caractère des dirigeants des autres confessions. Par exemple, l'orateur juif pourrait parler des points forts du Saint Prophète Mohammad (lpbD), qui peuvent être appréciés par tous les êtres humains, sans compromettre leurs dogmes religieux. De même, un orateur musulman pourrait parler de Krishna (lpD), un orateur hindou de Jésus-Christ, un bouddhiste de Moïse (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur eux tous), et ainsi de suite. Au cours de la troisième décennie du siècle dernier, de telles conférences, promues par la communauté Ahmadiyya, ont eu lieu en Inde afin d'améliorer les relations entre hindous et musulmans, avec un grand succès et une popularité croissante.

d) Sans préjudice du point (c), le caractère sacré du dialogue religieux entre les sectes et les confessions doit être préservé. L'échange de points de vue interreligieux ne doit pas être condamné comme une tentative de saboter la paix religieuse. C'est la forme du dialogue qui, si elle est inappropriée, doit être condamnée, et non le dialogue lui-même. La libre circulation des idées est le plus important des droits fondamentaux de l'homme, et elle est essentielle à la survie du plus fort. Elle ne doit être compromise à aucun prix.

e) Pour réduire les zones de divergence et augmenter les possibilités d'accord, il est essentiel que toutes les religions acceptent le principe de limiter les discussions avec les adeptes d'autres religions aux sources de leurs religions respectives. L'affirmation coranique selon laquelle toutes les religions sont d'origine égale ne doit pas être prise à la légère. Il contient une grande sagesse qui devrait être étudiée et examinée par toutes les religions pour leur propre bénéfice et pour celui de l'humanité dans son ensemble.

5) La coopération doit être encouragée dans tous les plans et programmes pour le bénéfice mutuel de l'humanité. Par exemple, des projets philanthropiques pourraient être entrepris conjointement entre chrétiens et musulmans, hindous et juifs, etc.

Ce n'est qu'alors que nous pourrons espérer réaliser le rêve utopique de tous les temps, celui d'unir l'homme sous une seule bannière dans tous les domaines de l'activité humaine, religieux, social, économique, politique, et tout ce qui est important.

(lpbD) - Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui.

(A suivre dans le prochain épisode - le 12ème - avec la section suivante : la paix sociale).