PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

La réponse de l'Islam aux problèmes du monde contemporain (16)

Islam

Dans le numéro 15, nous avons évoqué les caractéristiques de la société matérialiste et l'absence de responsabilité des sociétés vis-à-vis d'une éventuelle Vie future. 

Poursuivant le thème de la dégradation morale, nous constatons que les sociétés non seulement imposent aux individus un nombre progressif de rites, de tabous, d'impositions et d'interdictions, mais qu'elles les gratifient également de romances et de fréquentations, et jouent un rôle essentiel dans ce domaine. La poésie, la littérature, l'art, la musique, les styles, les modes, les expositions, le goût des parfums, le développement d'une conduite décente et cultivée, sont les résultats, dans une large mesure, de la même impulsion fondamentale qui se manifeste sous forme de réponse sociale. 

Il se peut qu'à un moment donné, la génération future se rebelle et rejette les acquis sociaux de nombreuses années de progrès. Cette rébellion peut ne pas prendre la forme d'un rejet pur et simple, même si l'œil critique ne peut que constater que le mouvement va dans ce sens. Le hippisme, la vie de bohème, la violence croissante associée au sexe et le retour du comportement sexuel à son aspect bestial et primitif sont quelques-uns des exemples du renversement des tendances mentionné ci-dessus. 

Il suffit de sortir pour voir comment les vêtements immaculés d'antan ont laissé place à des vêtements miteux et totalement négligés. L'époque où l'inspection de notre tenue vestimentaire était très embarrassante est révolue. Les jeans d'aujourd'hui, intentionnellement déchirés pour mettre en valeur le corps, deviennent beaucoup plus précieux qu'un nouveau pantalon. Bien sûr, toute la société ne manifeste pas des signes aussi extrêmes de mécontentement à l'égard du passé ou de l'héritage traditionnel, mais, lorsqu'une maladie s'installe, il n'est pas nécessaire que tout le corps soit ulcéré. L'indiscipline et le désordre commencent à être à l'ordre du jour. De nombreux autres signes de décadence apparaissent dans différents domaines de l'intérêt humain. 

La recherche du plaisir dans tous les domaines de la vie exige des changements et des nouveautés qui apportent une plus grande stimulation. Les choses qui étaient satisfaisantes dans le passé ne le sont plus aujourd'hui. Le tabac et les substances intoxicantes traditionnelles ne sont plus en mesure de fournir la stimulation dont la société, de plus en plus agitée, a besoin. Toutes sortes de drogues commencent à apparaître et aucune mesure prise pour arrêter la toxicomanie progressive n'est suffisante. Pour le toxicomane, il arrive un moment où il a besoin d'encore plus de stimulation et de nouvelles drogues plus fortes, plus addictives et plus mortelles sont inventées. 

Dans le domaine de la musique, les mêmes tendances ont été progressivement introduites dans les dernières décennies de ce siècle. L'étude de l'évolution de la musique au cours des derniers siècles, face aux changements rapides de l'éruption des décibels au cours des dernières décennies, fournit des données intéressantes à analyser. 

Le développement progressif de la musique en Occident au cours des derniers siècles s'est fait dans le sens du sublime, de l'exquis et du noble. Une telle musique produit simultanément la paix de l'esprit et la paix du cœur. La meilleure musique était celle qui était identifiée et couplée avec la musique latente de l'esprit humain. L'harmonie et la paix étaient les buts ultimes de cette évolution musicale. Bien sûr, il y a eu des passages dans les œuvres des grands compositeurs et artistes qui ont créé des images d'éruptions volcaniques, de typhons, d'éclairs, et un sentiment d'agitation qui correspondait aux phénomènes extérieurs de la nature. Leurs souvenirs ont été stockés et conservés indéfiniment dans le mécanisme de mémorisation de la vie. Par moments, l'apogée a atteint un tel crescendo qu'il semblait que l'univers entier allait exploser. Pourtant, le public est resté immobile, plongé dans le flot musical, sans bouger un muscle ni cligner des yeux, jusqu'à ce que, soudain, le silence total s'installe. Ce n'est qu'à ce moment-là que la salle s'est mise à applaudir à tout rompre.  

Le professeur Bloom, qui doit être crédité d'une certaine connaissance de la musique occidentale, semble être d'accord dans son livre "The Closing of the American Minds", lorsqu'il déplore l'érosion de la sensibilité des adolescents de l'ère contemporaine, qui, selon ses termes, sont brutalisés par une exposition constante à la musique rock.  

Il existe de nombreux signes visibles et palpables de cet état décadent de la société qui rend la vie de l'homme de plus en plus désordonnée et de plus en plus dépourvue de bonheur, de satisfaction, de paix et de sécurité. L'homme peut nier l'existence de Dieu autant qu'il le veut, mais il ne peut nier l'existence d'une nature toute puissante qui sait bien punir les crimes commis contre elle. 

Pour en revenir au sujet qui nous occupe, dans toutes les sociétés matérialistes, les facteurs les plus importants qui sont responsables de la prolifération et de la croissance du mal, sont plus ou moins les mêmes, que nous avons déjà partiellement abordés ci-dessus. Je vais les énumérer à nouveau en guise de résumé : 

L'athéisme progressif ; l'affaiblissement de la croyance en un Dieu réel et puissant, qui s'intéresse réellement aux affaires humaines et à la façon dont les êtres humains façonnent leur conduite ; l'affaiblissement progressif des croyances en des valeurs éthiques et traditionnelles ; et la tendance croissante à oublier la fin et à considérer les moyens comme des fins en soi. 

C'est la situation qui prévaut dans les sociétés dites "avancées" ou "civilisées" du monde. Lentement, alors que les valeurs morales et éthiques continuent de s'étioler, elles commencent à influencer le processus législatif et exécutif des gouvernements. Lorsqu'aucune loi émanant de Dieu n'est acceptée et que les valeurs éthiques absolues et les nobles traditions sont quotidiennement remises en question et enfreintes, toute législation qui prétend discipliner la conduite morale devient également laxiste et complaisante. La plate-forme sur laquelle reposent les lois relatives au comportement moral commence à vaciller. 

A suivre dans le prochain épisode, numéro 17.