Opinion

Le conflit du Sahara occidental : la lumière sur certaines idées fausses

sahara-occidental

Ma réponse à l'article de The Economist " Le conflit sans fin : les choses se réchauffent au Sahara occidental " 

L'article intitulé " Le conflit sans fin : les choses se réchauffent au Sahara Occidental ", publié dans l'édition du 6 novembre 2021 de The Economist, couvre un certain nombre d'éléments du conflit du Sahara Occidental et présente une approche relativement équilibrée de la situation sur le terrain. Cependant, il fait quelques hypothèses et omissions injustifiées et contient certains faits qui ne sont que partiellement vrais et qui méritent d'être notés.  

Pour commencer, l'Algérie n'a pas "fourni de gaz naturel au Royaume" comme le prétend l'article, mais a utilisé le gazoduc Maghreb-Europe qui passe par le Maroc pour fournir du gaz naturel à l'Europe, en particulier à l'Espagne. 

Le Maroc ne reçoit qu'une redevance de 5 % en nature (c'est-à-dire en gaz naturel) pour permettre le passage du gazoduc sur son territoire, mais ces dernières années, il a tellement diversifié son bouquet énergétique que l'interruption du flux de gaz en provenance d'Algérie n'a eu aucun effet sur son approvisionnement en énergie. 

L'Algérie a déclaré qu'elle armait l'énergie (ainsi que son espace aérien) pour "punir" le Maroc pour des agressions présumées et non encore prouvées, mais la véritable raison de ne plus utiliser l'oléoduc Maghreb-Europe est la réduction de la production dans le pays et l'augmentation significative de la consommation intérieure, qui rendent difficile la satisfaction d'une grande partie de la demande étrangère. Pendant ce temps, l'Espagne souffre et il n'est pas certain que l'Algérie compensera la perte d'approvisionnement par d'autres pipelines qui passent directement par la Méditerranée.  

En ce qui concerne le Sahara occidental, la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine a créé un nouvel ordre diplomatique autour de la question, mais elle a eu le mérite d'encourager d'autres pays à sortir de l'impasse de trois décennies sans solution à l'horizon, et à soutenir la proposition marocaine d'une "autonomie sahraouie dans le cadre de la souveraineté marocaine", une solution gagnant-gagnant qui ne laissera aucune des parties trop amère pour déposer les armes. 

La guerre a été tentée dans les années 1970 et 1980 : au début, le Polisario, aidé par l'Algérie, Gaddafi et Castro, a remporté quelques batailles ici et là, mais avec la construction du mur (le BERM), l'armée marocaine a eu le dessus. Lorsque le cessez-le-feu a été signé en 1991, les "armes" sur le terrain étaient déjà réduites au silence. Par ailleurs, en vertu de l'accord de cessez-le-feu, 80 % du territoire resteront sous contrôle marocain et 20 % resteront des zones tampons démilitarisées. La prétention du Polisario à contrôler ces terres constitue une violation flagrante du cessez-le-feu, comme l'ONU l'a souligné à plusieurs reprises.  

Le référendum a également été tenté à la fin des années 1990. Cela n'a pas marché, non pas à cause de "l'obstructionnisme marocain", comme l'a prétendu The Economist, mais parce que 135 000 Sahraouis à qui le Polisario avait refusé le droit de vote ont fait appel de la décision. Traiter tous ces appels et parvenir à un accord sur la population éligible au vote est devenu une mission ardue, voire impossible. 

L'ONU a ensuite appelé les parties à trouver des idées créatives pour parvenir à une "solution mutuellement acceptable" au conflit. L'idée du jeu à somme nulle qu'est le référendum a été déclarée de facto inapplicable. Et la proposition marocaine d'"autonomie dans la souveraineté" (2007) a été saluée par le Conseil de sécurité et de nombreux autres pays comme "crédible et réaliste"

L'Algérie affirme soutenir le Polisario dans le cadre de son soutien aux mouvements de libération dans le monde. Le Maroc a également soutenu les mouvements révolutionnaires dans le tiers-monde : il a financé l'ANC et accueilli des camps d'entraînement pour ses combattants, comme l'a reconnu feu Nelson Mandela, et a soutenu la révolution algérienne en lui fournissant des armes, un entraînement et un soutien logistique, refusant de négocier les frontières avec la France jusqu'après l'indépendance de son voisin oriental. 

Le Maroc a accueilli Amilcar Cabral (de Guinée-Bissau) et son parti de la libération sur son territoire, et a fourni à Agostino Neto (d'Angola) un passeport marocain pour échapper à l'oppression de Salazar au Portugal. La monarchie marocaine ne s'est jamais sentie "mal à l'aise" avec les mouvements de libération.  

L'Algérie ne doit pas considérer le Maroc comme un rival mais comme un voisin, un allié potentiel et un partenaire stratégique. L'Algérie a fermé la frontière en 1994, non pas en raison d'une prétendue ingérence marocaine dans ses propres affaires intérieures, mais parce que le Maroc a instauré des visas pour les Algériens après qu'un groupe de Franco-Algériens, soupçonnés d'être liés aux services de renseignement algériens, a commis un attentat terroriste dans un hôtel le 25 août 1994, tuant deux touristes espagnols. En réaction, l'Algérie a fermé ses frontières terrestres avec le Maroc.  

L'attentat qui a eu lieu le 3 novembre 2021 et qui a entraîné la mort de trois camionneurs algériens a l'apparence d'un acte complètement raté. D'abord, l'Algérie a dit que ça s'est passé sur le sol mauritanien. Lorsque la Mauritanie a démenti, l'Algérie a affirmé que cela s'était produit dans la zone tampon démilitarisée, la même zone que le Polisario utilise pour mener sa guerre "semi-fictive" contre le Maroc. On ne sait toujours pas ce que les chauffeurs de camions, censés être des civils, faisaient dans une zone de "guerre" démilitarisée et n'utilisaient pas la route asphaltée entre l'Algérie et la Mauritanie. La MINURSO n'a pu trouver aucune preuve d'une frappe aérienne contre les camions. Cette accusation est aussi infondée que l'incendie criminel présumé du Maroc en Algérie l'été dernier. 

Il est vrai que le Sahara occidental sous domination marocaine est en plein essor, et les investissements sont colossaux, comme l'affirme The Economist. Le développement humain au Sahara occidental sous domination marocaine est parmi les plus élevés de cette partie du monde. Les subventions vont aux Sahraouis d'abord et avant tout, et pas seulement aux non-Sahraouis d'autres régions du Maroc, comme l'indique l'article susmentionné.  

D'autre part (et enfin), dans les camps sur le sol algérien, les Sahraouis sont entreposés contre leur gré, comme le souligne à juste titre The Economist. Ils sont considérés comme des réfugiés, mais n'ont pas le droit de circuler librement, pas le droit d'exercer un emploi rémunéré, et ne sont pas identifiés ni comptabilisés, comme le stipule la Convention de Genève (1951) et comme l'exigent régulièrement le Conseil de sécurité et le HCR. 

Le Polisario reçoit 134 000 rations alimentaires du Programme alimentaire mondial, mais les images aériennes et les preuves sur le terrain suggèrent que ce nombre est inférieur à 90 000. L'Office européen de lutte antifraude accuse le Polisario de détourner le reste des rations alimentaires et de les vendre au marché noir, avec l'aide de l'armée algérienne. 

Lahcen Haddad est sénateur au Parlement marocain. Il est également professeur d'université et consultant en développement international. Il a été ministre du tourisme du Maroc entre 2012 et 2016.