PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Le débat sur le climat : où allons-nous ?

COP26

Au début des années 1970, j'ai regardé une émission de télévision britannique avec le célèbre présentateur Magnus Magnusson, qui discutait du refroidissement de la planète et des mesures à prendre, principalement de l'impact négatif que ce refroidissement aurait sur la production alimentaire. Nous venions de sortir de trois décennies de temps relativement froid après la décennie la plus chaude du XXe siècle. Nous n'étions pas encore conscients de la croissance démographique et des défis potentiels d'une augmentation plus rapide du taux de croissance. La Chine a peut-être été la première à se rendre compte, alarmée par sa propre croissance démographique, qu'elle avait doublé en 30 ans depuis 1940 et qu'elle était appelée à croître à un rythme accéléré. Son gouvernement a institué la politique de l'enfant unique en 1979 pour la contrôler. Malgré cela, la population de la Chine s'élève aujourd'hui à 1,4 milliard d'habitants.

La population mondiale devrait atteindre environ 10 milliards d'habitants au milieu du siècle et décliner lentement par la suite. Il reflétera les changements dans le mélange ethnique, l'Asie augmentant et le monde développé diminuant en nombre, bien que cela ait en partie conduit aux préoccupations actuelles concernant la migration. Le point "réconfortant" est que la population mondiale approche maintenant de son zénith et que nous pouvons planifier en conséquence, et non pas comme nous l'avons fait, ou omis de le faire, au cours des 60 dernières années. Nous semblons avoir été pris de paresse, voire de sommeil !

Deux grands domaines de préoccupation semblent émerger de la réunion de la COP26, que nous pouvons décrire au mieux par une illustration. L'île tropicale/équatoriale de Madagascar, au large de la côte sud-est de l'Afrique du Sud, comptait 5,1 millions d'habitants il y a 60 ans. Elle compte aujourd'hui près de 28 millions d'habitants, soit plus de 5 fois la population de 1960. La forêt/la forêt pluviale, qui couvrait la majeure partie du pays, a été décimée au cours de la période récente, essentiellement pour cultiver des produits destinés à nourrir la population croissante. La couverture nuageuse au-dessus de la forêt, qui fournissait la pluie, a disparu, le sol a perdu ses nutriments. Et maintenant, il y a une grave sécheresse et les gens sont affamés et les conditions de famine menacent. Il s'agit d'un changement climatique induit par l'homme, un peu comme ce qui est arrivé aux habitants de l'île de Pâques au cours des siècles passés, lorsqu'ils ont coupé tous leurs arbres et que leur culture impressionnante a décliné de manière significative, passant d'une population maximale de 7 000 personnes à seulement quelques centaines aujourd'hui, qui se débrouillent pour vivre. Cependant, Madagascar est une catastrophe humaine en devenir, qui nécessite une attention immédiate, mais cette aide doit s'accompagner d'un vaste volet éducatif. Les jeunes ont besoin d'être éduqués.

Vers les pôles, le climat est beaucoup plus froid et beaucoup moins de personnes choisissent d'y vivre. Un changement notable est en train de se produire avec le retrait des glaces/glaciers et le passage à des conditions plus chaudes. Cela entraîne une altération de l'habitat et des changements dans la vie marine et hauturière qui l'habite. Le niveau des mers augmente, comme ce fut le cas pendant la période de réchauffement médiéval (850 -1250 CE), lorsque les températures mondiales ont augmenté de 1,40°C au maximum. La population mondiale était d'environ 350 millions d'habitants, soit moins de 5 % de la population actuelle. 

La période chaude a été suivie par le petit âge glaciaire pendant environ 500 ans. Pendant la période chaude, on pouvait traverser à pied le sommet du Canada ou de la Russie, comme l'amiral Ye de Chine l'aurait fait. La grande différence réside dans la population et nous sommes encore en train d'apprendre l'impact que cela a sur notre planète, en plus de ce que le soleil et d'autres forces de rayonnement spatial ont fait au cours de millions de millénaires.

Le GIEC a pris l'augmentation du CO2 comme coupable et a travaillé avec une température globale moyenne et des zones assez grandes de la surface de la terre, simplement parce que tout ce qui est plus petit impliquerait une quantité énorme de temps de calcul. Une critique de leur approche est que les modèles qu'ils utilisent ne prennent pas correctement en compte les nuages/humidité, c'est-à-dire l'eau, qui est l'élément le plus important de l'effet de serre. En outre, ils prônent une vision consensuelle, alors que la science ne traite que des faits. La NASA et d'autres organismes travaillent sur l'observation et affirment que les prévisions du GIEC sont surestimées de façon remarquable. Ils ont déterminé que le chiffre devrait être inférieur, comme 10C de plus et, s'il augmente, c'est progressivement. De plus, la Terre était plus chaude de quelques degrés dans un passé lointain.
La conférence COP26, à laquelle ont participé de nombreux représentants des pays, s'est conclue par un accord, inévitablement quelque peu édulcoré compte tenu du large éventail d'intérêts à satisfaire. Les deux pays les plus peuplés du monde, la Chine et l'Inde, qui représentent un tiers du total, ont insisté pour que le document d'accord passe de la "suppression" à la "réduction" de l'utilisation du charbon, car sinon la croissance de leurs économies ralentirait.   

La directora de Greenpeace Internacional, Jennifer Morgan, asiste a la Conferencia de las Naciones Unidas sobre el Cambio Climático (COP26) en Glasgow, Escocia, Gran Bretaña, el 3 de noviembre de 2021
REUTERS/YVES HERMAN - Jennifer Morgan, directrice internationale de Greenpeace, assiste à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 3 novembre 2021.
La COP26, un dernier coup de semonce ?

Cependant, que l'on soit d'accord ou non avec le GIEC, il reste beaucoup à faire et le monde se réveille lentement à ce sujet. En réalité, le monde ne vit pas dans un climat global moyen. Nous vivons dans des régions aux climats très différents, comme l'ont montré les conclusions de Koppen-Geiger (Beck [2], 2018). Ils ont divisé le monde en régions avec 5 principaux types de climat : tropical/équatorial, aride, tempéré, continental et polaire, et 32 sous-régions sur la base des précipitations saisonnières, des régimes de température et de l'altitude.

Les gens auront quitté la COP26 légèrement déconcertés. À son apogée, la foule, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, comptait environ 40 000 personnes, et toutes les parties voulaient être entendues. La plupart des manifestants à l'extérieur étaient de bonne humeur et il n'y a guère eu de problèmes, compte tenu de la gravité de la question débattue. Naturellement, étant donné l'occasion et le grand nombre d'opinions et d'intérêts en jeu, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, tout le monde n'était pas satisfait du résultat. Mais c'est un résultat et il y a beaucoup de travail de fond à faire.

Les pays les plus grands et les plus polluants se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, mais à des dates différentes. Les petites nations, qui constituent la majorité, se demandent peut-être encore ce qu'elles doivent faire pour éviter la catastrophe, par exemple les insulaires, les petites nations, qui observent la montée du niveau des mers. Bien sûr, ils doivent d'abord s'assurer que leurs terres ne s'enfoncent pas à la suite de mouvements de la terre, de déplacements de plaques tectoniques ou qu'ils sont assis sur des atolls. Ils doivent également prendre note de leur emplacement dans les régions du monde et du type de climat auquel ils peuvent s'attendre, ainsi que des changements survenus et de la manière dont leur paysage serait affecté par un réchauffement de la planète. La Grande-Bretagne elle-même s'incline sur un axe nord-ouest-sud-est, ce dernier s'enfonçant progressivement. C'est pourquoi la barrière de la Tamise a été construite il y a quelques années pour protéger la ville de Londres et ses précieuses infrastructures.

Il y a deux millénaires, à l'époque où Jules César a envahi la Grande-Bretagne, en traversant la Manche, ce qui était plus facile qu'aujourd'hui, après avoir réquisitionné la Gaule (France), "omnia gallia in tres partes divisa est", il y avait un grand morceau de terre au nord, reliant autrefois l'est de l'Angleterre au Danemark, Dogger, la maison du peuple Dogger. Aujourd'hui, cette terre s'est enfoncée progressivement et définitivement sous la mer, faisant partie des travaux de terrassement de cette région, et un signe que la surface de la terre, la croûte, est rarement immobile. Dogger abrite actuellement le plus grand parc éolien offshore de la société danoise Danske, dans le cadre de l'engagement de la Grande-Bretagne et de l'Europe en faveur des énergies renouvelables.

Ensuite, il y a les problèmes auxquels nous devons tous faire face, dans une mesure plus ou moins grande : pollution de la mer ou de la terre, approvisionnement en eau, risques sanitaires, tempêtes, tremblements de terre, éruptions volcaniques - le cas échéant -, déforestation, urbanisation, etc. Nombre de ces questions sont importantes pour le génie civil et l'environnement.

La pollution peut être insidieuse, en fonction des déchets traités. On prend de plus en plus conscience que la plupart des déchets doivent être traités correctement et que certains d'entre eux peuvent être recyclés. C'est très important, car le volume des déchets a augmenté avec la croissance démographique. Les décharges doivent être réduites au minimum, car beaucoup d'entre elles sont des curiosités dangereuses. Nous connaissons déjà le problème des plastiques et les dommages qu'ils peuvent causer. Pour les océans également, la pollution plastique est dangereuse, car les plastiques ne se dissolvent pas et certains d'entre eux se décomposent jusqu'à atteindre une taille minuscule et sont involontairement avalés par les poissons et nous pouvons à notre tour les manger. La génération actuelle et la suivante doivent avoir des habitudes plus propres. En tout état de cause, la COP26 a permis de sensibiliser le public à cette question.

L'eau propre fait partie des objectifs du Millénaire pour le développement durable des Nations unies, mais bien que les années 1980 aient été la décennie de la solution de l'eau, celle-ci est toujours d'actualité. L'ampleur du problème n'était alors pas connue. Aujourd'hui, il y a encore plus d'un million de personnes dans le monde qui n'ont pas accès à l'eau potable, et certainement plus là où l'approvisionnement est moins qu'acceptable. Il arrive qu'on demande à un aquifère de supporter une population plus importante que celle pour laquelle il a été conçu à l'origine, les villes s'étant multipliées et développées plus rapidement que prévu au cours de la dernière période. Avec l'évolution des conditions météorologiques, le problème risque de s'aggraver, et la prévision des demandes futures sera un défi, mais un défi qu'il faudra relever.

L'assainissement est un problème que la plupart des gens préféreraient ne pas voir exister. C'est un problème majeur dans les grandes villes et les solutions deviennent plus difficiles à mesure que les villes s'étendent. La tendance des gouvernements est de retarder les choses. Je l'ai personnellement observé en voyageant dans les villes asiatiques. Il suffit d'une épidémie mortelle dans un environnement urbain d'une nouvelle souche d'une maladie que l'on croyait vaincue pour que nous ayons une catastrophe sur les bras.

Comme nous l'avons vu, les tempêtes violentes font de gros dégâts à l'atterrissage, plus sur les biens que sur les vies, parfois dévastateurs. En fait, le nombre d'ouragans par an dans les Caraïbes n'a pas augmenté au cours des deux dernières décennies, mais leur intensité a augmenté. Les populations côtières ont augmenté avec la construction pour correspondre, donc elles sont maintenant plus touchées.

L'urbanisation va s'intensifier dans les années à venir. Une fois la pandémie actuelle terminée, un grand nombre de nouvelles villes seront construites en Asie, notamment en Chine et en Asie du Sud-Est. L'Indonésie a prévu une vingtaine de centres urbains supplémentaires et d'autres sont en préparation. Ce sera forcément le cas, même si les délais seront longs et que les dates de début ont dû être largement repoussées en raison de la pandémie. Dans le cas de l'Indonésie, le secteur privé va devoir être un partenaire majeur dans la construction des nouvelles villes dont le pays a besoin. Il faudra davantage d'entrepreneurs pour effectuer le travail qui doit être fait. Mais ce sera l'occasion de mettre en pratique certaines des nouvelles idées dans des conceptions utilisant des principes "intelligents" et de faire en sorte que les nouvelles zones urbaines soient dotées d'une pensée du XXIe siècle et de bâtiments à haut rendement énergétique, avec une énergie électrique dont la production de gaz à effet de serre est faible ou nulle.

Ce serait un défi passionnant de participer à la conception d'une ville du futur, surtout s'il y a des terrains verts et des paramètres environnementaux stricts à respecter. Les villes d'aujourd'hui, et en particulier certaines villes asiatiques, sont des points chauds pour les émissions de gaz à effet de serre. Ces centres urbains posent un autre niveau de défi. Les infrastructures existent et davantage de personnes, en dehors des politiciens, voudront avoir leur mot à dire dans les décisions.

Le transport est un domaine où l'utilisation de modes plus propres est assez bien comprise. Plusieurs constructeurs ont déjà opté pour les véhicules électriques et nous pouvons nous attendre à voir davantage de véhicules sur les routes et la plupart des voitures d'ici dix ans. Qu'arrivera-t-il aux sites de recharge des batteries en cas de coupure de courant ? Dans le cas des transports lourds, comme les gros camions ou les engins de chantier, il ne sera probablement pas efficace de passer à l'électricité à batterie. Pourtant, les voitures constituent la majorité des véhicules sur les routes.

La région amazonienne a été appelée le "poumon du monde". Le taux de déforestation de ces dernières années a été alarmant. Il semble qu'un politicien "voyou" empêche de faire ce qu'il faut et qu'il faille y remédier. La régénération des terres a été, à juste titre, un thème important dans certaines discussions de la COP26. Les arbres ont besoin de CO2, le gaz à effet de serre qui préoccupe le plus le GIEC.

John Kerry, enviado presidencial especial de los Estados Unidos para el clima, gesticula durante una conferencia de prensa al final de la Cumbre del Clima de la ONU COP26 en Glasgow, Escocia, el  13 de noviembre de 2021
AP/ALBERTO PEZZALI - John Kerry, envoyé spécial du président américain pour le climat, fait des gestes lors d'une conférence de presse à la fin du Sommet des Nations Unies sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse, le 13 novembre 2021.
Quelque chose d'ancien, quelque chose de nouveau : penser globalement, agir localement

Dans les paragraphes précédents, nous avons évoqué les choses apparentes que nous pouvons faire sur la planète pour la rendre meilleure et plus propre. Ce ne sont pas des promesses en l'air et elles sont toutes réalisables. Selon M. Koppen-Geiger, tous les pays du monde devraient examiner leur situation relative et déterminer les points susmentionnés qu'ils devraient aborder et ceux qu'ils devraient privilégier pour leur région.

On pourrait penser que, dans les deux ans, le GIEC aurait recueilli tous les plans des nations et les aurait approuvés ou conseillés sur les alternatives. Ils pourraient alors avoir une idée de ce dont chaque pays a besoin financièrement pour les aider dans cette tâche monumentale, en plus de ce qu'ils peuvent dépenser eux-mêmes. Nous sommes conscients qu'il s'agit d'un regard de niveau 1 et qu'il y a beaucoup de détails à suivre. Mais un début doit être fait. En outre, il serait plus facile de diviser les nations en petites, moyennes et grandes, car l'ampleur des problèmes est susceptible d'être différente. Il serait bon que le monde puisse s'unir sur une question à laquelle tout le monde devrait et pourrait participer. 

Au moment où je vous dis au revoir, la pandémie de COVID vient d'ajouter un nouveau rebondissement : une nouvelle variante, omicron. D'autres retards ?  

Dr. J. Scott Younger, président commissaire de Glendale Partners et membre du conseil consultatif de l'IFIMES