PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Le Mouvement 5 étoiles, du parti "anti-politique" au parti du "spectacle"

giuseppe-conte-italia

Ces dernières semaines, nous avons assisté à un spectacle honteux impliquant le parti qui compte encore le plus grand nombre de parlementaires dans la politique italienne, connu sous le nom de Mouvement 5 étoiles. Ce spectacle consiste en une lutte de pouvoir classique entre les fondateurs du parti (car Casaleggio junior assume le rôle de son père depuis des années, depuis la mort de ce dernier), d'une part, et le tout nouveau chef du parti, qui n'est autre que l'ancien Premier ministre Conte, d'autre part. Le conflit est clair : alors que les fondateurs veulent continuer à commander le leader officiel de la formation (comme ils l'ont fait avec Luigi di Maio entre octobre 2017 et janvier 2019, moment de sa démission), Conte n'accepte aucun contrôle sur son travail et veut une liberté totale pour façonner un parti qui, en substance, serait refondé et transformé en une formation de centre-gauche, défenseur des politiques environnementales et partisan d'une plus grande équité entre les régions les plus riches (celles du nord) et les plus pauvres (celles du sud).

Les fondateurs du parti, qui avaient mis tous leurs espoirs dans la capacité de Conte à relever un parti qui, depuis des années, se situe à moins de la moitié des intentions de vote réalisées lors des dernières élections générales (mars 2018), ont constaté que le politicien et juriste des Pouilles n'a pas l'intention de suivre les ordres de qui que ce soit, et l'a dit publiquement. La réaction des fondateurs a été une colère non contenue, avec des disqualifications sévères envers un Conte qui n'a pas bronché le moins du monde. Et le fait est que lui, un homme qui est arrivé à la haute politique il y a un peu plus de trois ans, sait qu'il a le "dessus". Nous allons vous expliquer pourquoi.

Commençons par rappeler que Conte, né dans une petite ville (Volturara Apulia) du sud de l'Italie en août 1964, a progressivement construit une carrière qui mérite au moins d'être prise en compte. Il n'a pas étudié le droit à Lecce, où se trouve la principale université de sa région d'origine (les Pouilles), mais à Rome, qui, il y a près de quarante ans, a marqué un saut important dans sa vie : il est passé de l'une des régions les plus pauvres et les plus sous-développées du pays à rien de moins que la capitale de ce qui est aujourd'hui le troisième plus grand pays de l'Union européenne.

luigi-di-maio-giuseppe-conte-matteo-salvini
REUTERS/Remo Casilli - Le vice-Premier ministre Luigi Di Maio, le Premier ministre Giuseppe Conte et le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini lors d'une conférence de presse à Rome

Bien que l'on sache très peu de choses sur sa biographie personnelle, Conte devait être un très bon élève, ce qui lui a donné la possibilité de faire sa thèse de doctorat en droit privé et, par la suite, d'obtenir une place à l'Université de Florence, qui n'est pas l'une des principales universités du pays mais qui jouit d'une bonne réputation. C'est là qu'il a rencontré un jeune Alfonso Bonafede (également, soit dit en passant, avec Matteo Renzi), qui allait rejoindre le Mouvement 5 étoiles depuis sa fondation en 2009 et qui allait introduire le nom de Conte dans les cercles d'une formation qui allait de plus en plus vers le haut : si, lors des élections de 2013, il était le troisième parti le plus voté après le PD et Forza Italia, en 2018, il balaie tous ses rivaux en obtenant 32,6 % des suffrages, soit quatorze points de plus que le deuxième parti le plus voté (le Parti démocrate désormais dirigé par le susmentionné Renzi).

À ce moment-là, le nom de M. Conte était public et notoire, car Cinq Étoiles a fait quelque chose de jamais vu en politique : le vendredi 1er mars, deux jours avant que les Italiens n'aillent voter, ils ont publié la liste des ministres qui intégreraient le gouvernement au cas où ce parti de "politique anti-traditionnelle" gagnerait la "maggioranza". Et sur cette liste apparaissait Conte comme le futur ministre de la Fonction publique. Cependant, Cinq Étoiles, en ne se présentant en coalition avec personne, est passé à près de huit points de cette "maggioranza", ce qui l'obligera, après d'ardues négociations, à signer un pacte de législature (le pompeux "contrat de gouvernement") avec la Lega de l'ultra-nationaliste Matteo Salvini, qui avait été le troisième candidat le plus voté après Di Maio et Renzi.

En principe, Di Maio, en tant que tête de liste, aurait dû recevoir l'"incarico" de former le gouvernement de la part de celui qui devait le faire (Sergio Mattarella, président de la République), mais le vétéran de la politique sicilienne, connaisseur de la tradition politique italienne, a refusé de le faire : il ne pouvait pas accorder un tel honneur à une personne sans diplôme universitaire, ni à Salvini, qui en 1993 avait décidé d'abandonner sa "laurea" en histoire de l'Université d'État de Milan pour se lancer dans la politique en tant que conseiller municipal de la capitale de la Lombardie. À ce propos, Mattarella a fait savoir à Di Maio qu'il devait lui donner le nom de quelqu'un ayant un diplôme universitaire, et à la fin celui qui a été choisi (parce que parmi les ministres il y en avait quelques-uns, à vrai dire la plupart, ayant un diplôme universitaire) a été précisément Conte. Finalement, et après des mois de négociations, la première semaine de juin 2018, le premier gouvernement de la XVIIIe législature a été présenté, avec Conte comme Premier ministre, et Di Maio et Salvini comme vice-Premiers ministres (Di Maio ajouterait à ce poste celui de responsable du Travail et du Développement économique, tandis que Salvini resterait à l'Intérieur).

Pendant sa première année en tant que premier ministre, Conte est passé complètement inaperçu. Il était, ou du moins semblait être, un simple jouet dans les mains de Di Maio et Salvini, qui étaient réellement aux commandes. Mais, en réalité, comme il s'avérera plus tard, il s'agissait d'apprendre les rouages de la haute politique transalpine, ce qui lui sera d'une aide inestimable de la part de Mattarella, qui au fond se sentait un peu identifié à Conte : bien qu'ayant 23 ans de plus que ce dernier, tous deux étaient juristes, tous deux originaires du sud de l'Italie (Mattarella, Sicilien ; Conte, Pouilleux), et tous deux étaient ouvertement partisans d'une position conciliante avec les autorités de l'UE, alors que Di Maio et Salvini allaient de conflit en conflit avec le président de la Commission européenne (à l'époque le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker) à cause du budget général de l'État (PGE).

matteo-renzi
PHOTO - Matteo Renzi

Comme on le sait, Salvini, après avoir écrasé Di Maio dans les différentes élections au gouvernement de la région qui se tenaient (Abruzzes, Basilicate, Sardaigne, Ombrie, Calabre, etc.), et après l'avoir doublé en votes directs aux élections européennes du 26 mai 2019 (34% pour la Lega contre 17% pour Five Star), a décidé de faire tomber le gouvernement le 7 août, alors qu'il avait encore près de quatre ans de législature devant lui. Salvini était convaincu de deux choses : la première, que ce "premier ministre" (Conte) qui n'était là que pour paraître, s'effondrerait facilement et, après avoir démissionné, quitterait la politique ; Et que le PD, qui était la seule alternative à la Lega pour soutenir un gouvernement conjoint avec le Mouvement 5 étoiles, refuserait catégoriquement de s'entendre avec un parti qui l'avait systématiquement abusé et insulté au cours de la législature précédente (la XVII, dans laquelle le PD avait gouverné, consécutivement, par l'intermédiaire des "premiers ministres" Letta, Renzi et Gentiloni).

Mais le temps lui a rapidement prouvé qu'il avait tort. Salvini a d'abord découvert que Conte n'avait, du moins pour le moment, aucune intention de démissionner ou de quitter la politique ; et, plus surprenant encore, que Matteo Renzi pourrait s'allier à un Cinq Étoiles qui lui en voulait particulièrement, allant même jusqu'à lancer de dures accusations contre la famille du jeune politicien toscan.

Ce que Salvini ne savait pas vraiment, c'est que Conte était non seulement beaucoup plus coriace qu'il ne le pensait, mais aussi qu'il aurait le soutien indéfectible d'un Mattarella qui ne voulait pas entrer dans l'histoire de la République italienne comme le premier chef d'État à avoir dû convoquer des élections anticipées après seulement un an de mandat : jusqu'alors, les législatures les plus courtes avaient duré au moins deux ans, comme cela s'était produit en 1992-94, 1994-96 et 2006-08. Et, étant donné que les "poids lourds" du PD (comme Romano Prodi et Walter Veltroni) étaient pour une fois d'accord avec Renzi sur l'opportunité de former un gouvernement avec les Cinque Stelle car, dans le cas contraire, Salvini les écraserait lors d'élections anticipées (le centre-droit avait, à l'époque, dix points d'avance sur le centre-gauche), le miracle a finalement été accompli : La législature se poursuivrait avec un deuxième gouvernement, désormais formé par une coalition PD-Five Star (à laquelle s'ajouterait la petite gauche LeU). Et qui serait le nouveau premier ministre ? De toute évidence, Conte, que Salvini, soit dit en passant, a fini par appeler "l'avocat des pouvoirs forts" par opposition à son nom précédent (l'"avocat du peuple").

Si déjà dans la négociation de 2018 Cinq étoiles avait montré très peu d'habileté dans la négociation et avait accordé Salvini le portefeuille de plus grande lucidité (Intérieur) tout en donnant la possibilité que la "main droite" de ce (le Lombard Giorgetti, connu comme le "Letta padano"), en tant que sous-secrétaire de la présidence du Conseil des ministres, pouvait garder Conte sous contrôle à tout moment, puisque ce sous-secrétaire est le poste par lequel passent toutes les affaires à traiter par le Premier ministre, dans la négociation avec le PD 5 étoiles a montré qu'il n'avait rien appris des erreurs précédentes : Il a maintenu Conte au poste de premier ministre et s'est assuré que personne du PD ne prendrait la vice-présidence du gouvernement, mais en échange, il leur a donné les deux portefeuilles les plus importants (Économie et Finances, pour Roberto Gualteri, et Infrastructures et Transports pour Paola de Micheli). Le PD avait deux fois moins de députés que Cinq Étoiles, mais au gouvernement, en revanche, ils étaient dans une situation de quasi-parité (onze ministres de Cinque Stelle contre neuf du PD). Une nouvelle démonstration de l'extraordinaire degré d'ineptie de Di Maio (désormais nouveau responsable des Affaires étrangères) et de son parti.

Mais le pire restait à venir, et c'était d'avoir quelqu'un d'aussi habile que Matteo Renzi dans le gouvernement de coalition : de plus, avec les sénateurs nécessaires (une fois qu'il s'est séparé pour créer une formation appelée Italia Viva) pour maintenir le nouveau gouvernement sur pied. Malgré cela, ce deuxième gouvernement a fonctionné raisonnablement bien pendant plus d'un an, et tout cela avec un coronavirus en son sein. C'est là que la figure de Conte a émergé avec force : la soi-disant "urgence sanitaire", qui a débuté à la fin du mois de février 2020 et a imposé un confinement très dur, a montré que Conte avait suffisamment d'esprit pour exercer un leadership politique.

matteo-salvini-giuseppe-conte-luigi-di-maio
AFP/ANDREAS SOLARO - Matteo Salvini, Giuseppe Conte et Luigi di Maio

Mais Conte a également commis une erreur personnelle, même si derrière elle se cache sûrement la direction du PD, en désaccord avec Renzi depuis des années : après avoir obtenu de l'Union européenne qu'elle accorde à l'Italie 209 milliards dans le cadre du soi-disant " Fonds européen de reconstruction " (juillet 2020), lorsque le moment est venu de créer la structure pour gérer ces fonds, ils n'ont pas eu de meilleure idée que d'essayer de marginaliser le parti de Renzi. Ce dernier, ni court ni paresseux, a accepté de partir en guerre contre Conte et a réussi, en deux mois (le temps entre début décembre 2020 et fin janvier 2021), à mettre fin au temps du juriste des Pouilles comme président du Conseil des ministres. Nous savons déjà comment tout cela s'est terminé : Mattarella a appelé Mario Draghi, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) et l'a chargé de former un gouvernement, un exécutif qui serait présenté à la mi-février et qui, depuis lors, gouverne le pays soutenu par une très large coalition gouvernementale (une coalition dont font d'ailleurs partie aussi bien Italia Viva, le PD que la majorité de Cinq Étoiles, ainsi que d'autres partis).

Zingaretti, leader du PD depuis mars 2019, et après s'être largement ridiculisé, ainsi que son "bras droit" (Goffredo Bettini), n'a eu d'autre choix que de démissionner, laissant le parti aux mains de l'ancien Premier ministre Letta, appelé à assurer l'intérim en tant que secrétaire général (là-bas, on l'appelle "régent"). Entre-temps, Conte a été couronné nouveau leader du centre-gauche, et PD, Cinque Stelle et LeU ont convenu de forger une coalition de centre-gauche dont le premier objectif devrait être les élections administratives d'octobre prochain (les mairies de villes importantes comme Milan, Rome et Naples sont en jeu).

Et c'est ainsi que nous en sommes arrivés au moment présent. Conte était déjà en train de façonner son nouveau parti, jusqu'à ce que les fondateurs tentent de le mettre au pas et de le contrôler. La réponse de M. Conte a été plus qu'immédiate : soit je dirige le parti, soit je pars et je fonde mon propre parti, voire je quitte la politique. Et les fondateurs, perplexes face à ce qui se passe, sans aucun remplaçant pour Conte : mettons-nous un Di Maio qui s'est avéré ne pas avoir la moindre entité pour diriger un parti aussi important ? tirons-nous un Bonafede qui, il y a un an, a libéré près de quatre cents "capos" de la mafia pour des "raisons humanitaires" en relation avec de possibles infections de coronavirus ? Demandons-nous à un Tonninelli qui a fait une "grosse affaire" de l'affaire du pont "Morandi" et qui a conduit Conte à le démettre de ses fonctions à la tête des Infrastructures et des Transports ? Demandons-nous à un Di Battista que nous avons systématiquement marginalisé ? Ou, mieux encore, essayons avec un Virginia Raggi dont la gestion à Rome a été un chemin épineux ? C'est la dure réalité pour les propriétaires du parti : il n'y a pas d'alternative à Conte. Et encore plus en sachant que les 210 parlementaires restants le suivront pour la plupart.

Et tout cela en rappelant que les 75 sénateurs actuels de Cinque Stelle sont très importants pour que le gouvernement Draghi puisse continuer à agir avec la force et l'esprit de décision avec lesquels il le fait. Nous ne savons pas comment tout cela va se terminer, mais une chose est claire : Five Star est passé du statut de parti "anti-politique" à celui de parti "spectacle". Qui l'aurait cru dans un "mouvement" qui a été présenté pendant des années comme le modèle à suivre.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre "Historia de la Italia republicana" (1946-2021) (Sílex Ediciones, 2021).