PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Le terrorisme : le fléau du XXIe siècle

ONU Málaga

Même la pandémie n'a pas arrêté les terroristes.  L'Observatoire international pour l'étude du terrorisme (OIET) prévient qu'en 2020, 2 350 attaques terroristes ont eu lieu dans le monde, dans 39 pays, et ont causé 9 747 décès. 

En pleine déclaration de pandémie, le nombre d'attentats a augmenté de 52 % et le nombre de victimes de 5 %, l'Afghanistan devenant le principal pôle avec 3 959 victimes ; le pays afghan compte pour 40 % des décès causés par le terrorisme dans le monde. 

Cette année-là, il y a également eu des décès suite à des attaques dans : Nigeria (1. 463 personnes) ; Burkina Faso (799) ; Mali (624) ; Niger (380) ; Cameroun (355) ; Mozambique (353) ; Tchad (299) ; Irak (292) ; Syrie (272) ; Congo (252) ; Somalie (209) ; Pakistan (148) ; Egypte (72) ; Philippines (63) ; Inde (51) ; Kenya (42) ; Thaïlande (26) ; Tanzanie (20) ; Côte d'Ivoire (12) ; Yémen (11) ; Libye (8) ; Algérie (8) ; France (7) ; Indonésie (6) ; Autriche (3) ; Royaume-Uni (3) ; Tunisie (3) ; Russie (2) ; Canada (1) ; Bangladesh (1) ; Allemagne (1) ; Suisse (1) et Maroc (1).

Le même Observatoire a révélé qu'en 2021, 2 193 attaques ont eu lieu avec 9 603 victimes dans 36 pays, l'Afrique de l'Ouest représentant à elle seule 475 des événements et 44 % des victimes. 

La carte des attaques de l'année dernière était la suivante : Afghanistan (599) ; Burkina Faso (319) ; Mali (281) ; Nigeria (173) ; Irak (134) ; Cameroun (129) ; Niger (115) ; Syrie (94) ; Congo (61) ; Somalie (59) ; Mozambique (47) ; Pakistan (40) ; Egypte (26) ; Thaïlande (23) ; Inde (20) ; Philippines (15) ; Kenya (11) ; Tchad (6) ; Côte d'Ivoire (6) ; Yémen (5) ; Libye (4) ; Ouganda (4) ; Bénin (3) ; Tunisie (2) ; Indonésie (2) ; Algérie (2) ; Tanzanie (2) ; Soudan (2) ; France (2) ; Maldives (1) ; Allemagne (1) ; Nouvelle-Zélande (1) ; Norvège (1) ; Royaume-Uni (1) ; Arabie saoudite (1) ; Togo (1).

Pour António Guterres, chef de l'Organisation des Nations unies (ONU), la lutte contre le terrorisme doit être garantie par l'État de droit lui-même, car il s'agit d'"une obligation morale et juridique" pour la protection des droits de l'homme. 

A Malaga, lors de sa participation par streaming à l'inauguration de la Conférence internationale de haut niveau sur les droits de l'homme, la société civile et la lutte contre le terrorisme, le chef de l'ONU a soutenu le fait que la prévention de la radicalisation bénéficie à l'ensemble de la société civile.

"Cette menace mondiale doit être arrêtée. Nous avons des organismes comme Daesh-ISIS ou Al-Qaida qui continuent de s'étendre en Afrique ; le terrorisme s'est enraciné en Afghanistan et les groupes extrémistes sont également en augmentation et ils agissent avec violence sexuelle. La xénophobie, le racisme et l'intolérance sont en hausse", a averti M. Guterres. 

Le Secrétaire général a déclaré qu'un énorme effort commun est nécessaire pour combattre ce fléau par l'éducation et l'inclusion en éliminant les barrières entre les sexes.

S'exprimant lors du même forum, Vladimir Voronkov, secrétaire général adjoint du Bureau de lutte contre le terrorisme des Nations unies, a réaffirmé la nécessité de protéger les droits de l'homme et la société civile, qui est toujours la principale victime. 

La présence de M. Voronkov, un ressortissant russe, au Palacio de Ferias y de Congresos de Malaga a donné lieu à un vaste dispositif de sécurité, si exagéré que la presse à l'intérieur du lieu ne pouvait pas se déplacer librement sans être accompagnée à tout moment par un agent de sécurité. 

Le fonctionnaire de l'ONU a souligné le travail essentiel des pays donateurs tels que le Qatar, l'Arabie saoudite et l'Union européenne (UE) dont les contributions permettent la mise en œuvre de programmes visant à protéger les droits de l'homme par la lutte contre le terrorisme. 

"Les terroristes cherchent à saper la confiance en soi, dans le pouvoir des institutions, à créer la confusion, c'est pourquoi il est très nécessaire que les pays échangent leurs positions et leurs stratégies pour être unis", a souligné M. Voronkov. 

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, a également participé au même événement dans la ville espagnole, devant un auditorium rempli de participants internationaux - 90 délégations - d'organisations liées au terrorisme et aux droits de l'homme.

"La diversité des questions abordées est un véritable reflet de la nature globale de la Stratégie mondiale de lutte contre le terrorisme lors du septième examen, qui a été cofacilité par l'Espagne et adopté par consensus par l'Assemblée générale en juin de l'année dernière", a-t-il informé l'auditoire.

Dans cet espace, les participants ont analysé des aspects tels que le soutien aux victimes et aux survivants du terrorisme, le rôle des programmes antiterroristes de l'ONU et les efforts de la société civile pour le prévenir et le combattre. 

Selon M. Albares, l'Espagne est aux côtés des pays qui ont souffert du terrorisme et de ses victimes " parce que l'Espagne en a également souffert " et c'est pourquoi elle se sent si proche d'eux.

"Nous sommes intéressés par la protection des droits de l'homme : des hommes, des femmes et des enfants par des actions contre le terrorisme, c'est pourquoi nous croyons au respect de la loi. Les terroristes cherchent à terroriser les sociétés, ils veulent nous infecter et s'attaquer à nos démocraties et à nos institutions ainsi qu'à nos valeurs", a réaffirmé avec conviction le diplomate.

Dans le cadre de ce niveau d'engagement, un bureau des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme fonctionnera à Madrid et l'un de ses objectifs sera de créer un réseau de victimes. 

Il y a un souci de lutter contre la radicalisation, et à cette fin, il est question de créer des objectifs tels que l'enseignement des valeurs de tolérance, de paix et d'inclusion par le sport. 

Pour le gouvernement espagnol, ce bureau est d'une grande valeur stratégique face à son plus grand flanc de vulnérabilité : le Sahel et d'autres régions d'Afrique qui sont en train de devenir des nids de terroristes avec Daesh-ISIS, Al-Qaeda et d'autres groupes djihadistes et extrémistes. 

Selon M. Albares, le terrorisme reste un phénomène qui touche très directement les sociétés et constitue une menace réelle. La question est si sensible qu'elle sera présente au sommet de l'OTAN à Madrid à la fin du mois de juin.

La chancelière a rappelé que, si Daesh et le terrorisme djihadiste ont reculé au Moyen-Orient, en Syrie et en Irak, la possibilité d'un autoritarisme islamique en Afghanistan est réapparue avec les talibans, et est surtout présente en Afrique : "N'oublions pas que l'indice mondial de lutte contre le terrorisme place le Sahel comme l'épicentre du terrorisme djihadiste".

Selon l'UE, en 2011, entre 4 000 et 5 000 citoyens ont quitté le territoire européen pour rejoindre les rangs combattants de groupes terroristes tels qu'ISIS-Daesh en Syrie et en Irak. 

À partir de 2016, le phénomène de retour a commencé à se produire, nombre de ces combattants volontaires revenant dans les villes européennes d'où ils étaient partis. L'UE estime qu'au moins 30 % d'entre eux sont déjà rentrés.

En septembre prochain, l'ONU organisera le premier congrès mondial des victimes du terrorisme et un mouvement s'organise pour créer un vaste réseau d'associations de victimes.

"En tant qu'obligation morale et juridique et en tant qu'impératif stratégique, nous devons placer les droits de l'homme là où ils doivent être : au cœur de la lutte contre le terrorisme", a déclaré le chef de l'ONU, M. Guterres.