PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Les élections au quirinal ou la cérémonie de la confusion

elecciones-italia

Le premier vote pour élire un nouveau président de la République a eu lieu le lundi 24. Et, comme il fallait s'y attendre, tout a été confus, car, comme il n'y avait pas de "candidat phare", Draghi étant conditionné par le fait qu'il est l'actuel président du Conseil des ministres, les membres du "Colle" (les électeurs, en somme) ont décidé de ne voter pour personne en attendant que le nom définitif soit arrêté.

La seule chose notable est que Salvini a commencé à jouer un rôle de la plus haute importance, étant, depuis mars 2018, le leader le plus fort du centre-droit dans son ensemble. Mais le principal problème est que ses intérêts sont divergents de ceux de ses interlocuteurs (PD et Mouvement 5 étoiles) : il veut des élections le plus rapidement possible, alors que les deux autres veulent épuiser une législature qui a encore presque un an et demi à courir. Il convient également de noter que Draghi a commencé à contacter les dirigeants, comme s'il supposait qu'il pourrait être le seul à pouvoir réunir le niveau d'unanimité nécessaire à toute élection présidentielle.

Tout cela donne lieu à ce qu'on appelle les "totonomi", qui conduisent aux possibilités les plus absurdes : Elisabetta Belloni ou Marta Cartabia comme successeur de Draghi ; un Franco Frattini complètement retiré de tout comme nouveau candidat à la présidence de la République ; et la réalité que de nouveaux noms continueront à apparaître parce qu'il semble qu'ils ont tous une chance, alors qu'en réalité il n'y a même pas cinq candidats avec des possibilités réelles.

Le plus embarrassant est peut-être le président sortant, Sergio Mattarella, qui a obtenu jusqu'à 16 voix le premier jour du scrutin alors qu'il a répété ad nauseam qu'il ne voulait pas d'un second mandat. Aussi bien informé qu'il soit de la classe politique transalpine, ce que beaucoup ignorent, c'est que dimanche dernier (23 janvier), il a atterri à Palerme (Sicile), sa ville natale, alors qu'en réalité son mandat ne prend fin que le 3 février : une manière de se mettre dans le viseur des parlementaires qui doivent élire son successeur. Et il a également envoyé à la presse, plus qu'à dessein, des photos de boîtes et de cartons contenant tous les biens qu'il a reçus pendant son mandat de président de la République.

À cet égard, beaucoup ne veulent pas oublier que Mattarella est un strict adhérent de la Constitution italienne, qui stipule que le président de la République a un mandat de sept ans : ainsi, quiconque veut l'élire, oublie qu'il va faire ce qu'il a l'intention de faire (littéralement, "chauffer la chaise" pour Draghi jusqu'à la fin de la législature, puis démissionner et laisser "carte blanche" au banquier et économiste romain). Parce qu'un seul président a accepté d'être réélu, l'ex-communiste Napolitano en 2013, et il l'a fait à contrecœur, et parce que le centre-droit et le centre-gauche étaient fortement opposés l'un à l'autre. Un an et demi plus tard, M. Napolitano a annoncé à Matteo Renzi, alors Premier ministre, qu'il allait démissionner et M. Renzi lui a fait savoir qu'il ferait tout son possible pour lui trouver un successeur. Finalement, le 31 janvier 2015, Mattarella est élu au premier tour à la majorité simple et Napolitano peut enfin se retirer de la vie publique, à quelques mois de son quatre-vingt-dixième anniversaire. D'ailleurs, il est toujours en vie ; dans quelques mois, il aura 97 ans.

La réalité est qu'aujourd'hui, en plus de l'existence d'un véritable multipartisme (trois partis au centre-droit, et trois autres au centre-gauche plus l'appendice que constitue Free and Equal, sans oublier un parti Five Star qui est une pure décomposition), la situation est beaucoup plus facile qu'on ne le pense : une autre question est de savoir si les dirigeants nationaux vont accomplir leur énième " acte de créativité ", ce qui est toujours à prévoir.

La réalité est la suivante : le centre-droit dispose d'une majorité claire (460 électeurs, contre un peu plus de 350 pour le centre-gauche) ; le centre-gauche a déjà remporté trois élections consécutives (Napolitano en 2006 et 2013, et Mattarella en 2015) ; et le centre-droit a une bonne brochette de candidats (Frattini, ancien ministre des affaires étrangères, en fait partie), à commencer par la présidente du Sénat (Maria Elisabetta Alberti Casellatti, à qui il n'y a pas de "mais" à dire). Et que, quoi qu'on en dise, le nouveau président de la République aura la vie beaucoup plus facile que Mattarella. Parce que l'année prochaine, sauf surprise majeure, le centre-droit remportera clairement les élections générales ; Matteo Salvini deviendra Premier ministre, parce qu'il est le plus fort dans cette partie de l'arc parlementaire ; et parce que, depuis 1996, toutes les législatures, sauf celle de 2006-08, ont duré les cinq ans prévus par la Constitution, étant entrées dans une phase de stabilité qui laisse derrière elle les temps difficiles de 1992-96.

Draghi pourrait-il finir au Quirinal ? C'est certainement une possibilité. Mais elle serait très critiquée dans les médias économiques ("The Economist" a déjà clairement exprimé son opposition à ce que Draghi quitte le gouvernement, car cela serait préjudiciable à la très bonne progression de l'économie du pays) et, quelles que soient les négociations des groupes parlementaires, la réalité est que Draghi n'épouse personne ; Ce serait un échec majeur pour la classe politique d'avoir perdu d'abord (février 2021) la présidence du Conseil des ministres, puis la présidence de la République (janvier ou février 2022), le tout au profit d'une même personne. L'idée que M. Draghi puisse occuper consécutivement les deux plus hautes fonctions de l'État sans jamais avoir été élu et sans diriger un parti politique devrait faire réfléchir de nombreuses personnes.

Mais rappelons-nous le passé immédiat. S'il y a une chose qui distingue les hommes politiques italiens, c'est leur "taille" : leur extraordinaire flexibilité et leur créativité, de sorte qu'à tout moment, ils peuvent sortir de leur manche le nom le plus inattendu. Parce que l'histoire des élections présidentielles est jalonnée d'élus qui étaient de véritables chevaux noirs : Saragat, Leone, Ciampi, Napolitano et Mattarella en sont de bons exemples. Et le nom du cheval noir, comme pour Mattarella en 2015, sera connu mercredi ou jeudi au plus tôt.

Ce qui se passe, c'est que Five Star et le Parti démocratique (PD) doivent vendre à leur électorat qu'ils n'ont pas facilité la tâche du centre-droit. Bien sûr, celui qui pourrait sortir beaucoup plus fort de cette élection est Salvini, qui passerait du statut d'"ennemi de l'Union européenne" à celui d'"homme d'État". Une grande récompense pour une personne sans diplôme universitaire, un politicien de profession et un faible niveau intellectuel dans l'un des pays les plus cultivés avec le plus grand patrimoine historique et artistique de toute l'Union européenne. Voir, c'est croire !

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre Historia de la Italia republicana, 1946-2021 (Madrid, Sílex Ediciones, 2021).