PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Les Européens s'inquiètent des taux d'intérêt

hipotecas-vivienda-europa

Les promoteurs immobiliers réajustent déjà leurs plans de logement pour décembre et toute l'année 2023, considérant que les taux d'intérêt continueront à augmenter et finiront par affecter principalement les hypothèques en cours, mais aussi les hypothèques potentielles, qui, face à l'incertitude des prochains mois, préféreront ne pas devenir propriétaires et parquer leurs projets d'achat via un financement bancaire. 

Tout est incertain pour le moment. Ici, en Europe, les analystes préparent leurs prévisions de fin d'année selon une série de scénarios, essentiellement deux : 1) que la situation macroéconomique actuelle avec le choc actuel sur le marché de l'énergie et l'invasion de l'Ukraine se maintienne ceteris paribus, mais pendant de longs mois, au moins jusqu'à la fin de 2023 ; ou, 2) que le scénario s'aggrave et dure au-delà de 2023. 

Le seul scénario possible, pour l'instant, est que, pour contenir l'inflation, qui continue à grimper et à se poursuivre sans relâche dans la plupart des économies européennes ainsi qu'aux États-Unis et dans d'autres pays voisins, les gouvernements continueront à utiliser la politique monétaire par l'intermédiaire de leurs banques centrales respectives et les taux d'intérêt monteront en flèche jusqu'à ce que l'inflation soit réduite à un seul chiffre. 

Une stratégie difficile à cristalliser avec succès étant donné les perturbations persistantes des chaînes d'approvisionnement qui s'éternisent non seulement à cause de la pandémie, mais aussi de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, et des multiples sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Russie pour l'invasion.

De nombreux facteurs concrets mais aussi abstraits influencent le comportement du marché, ce qui a un impact négatif sur les secteurs secondaire et tertiaire. Ces pénuries et l'attente d'une aggravation de la situation ont engendré un cercle vicieux entre les deux secteurs et c'est le consommateur qui en fait les frais, c'est-à-dire sa poche et son revenu.

Quant aux taux d'intérêt, leur avenir immédiat laisse entrevoir la volonté des Banques centrales respectives de poursuivre sur la même voie, jusqu'à quel niveau les plafonneront-elles ?

Après plusieurs années d'une politique monétaire laxiste de taux d'intérêt bas, voire nuls dans les pays européens, voire négatifs, la politique monétaire restrictive a été relancée... comme au bon vieux temps, on dirait que c'est la même vieille recette amère, la magnésie de l'orthodoxie.

Sur le sujet

Depuis le 15 juin, la Réserve fédérale a modifié ses taux d'intérêt de 0,75 point, entre 1,5 et 1,75%, et les a encore ajustés de 0,75 point et tout point pour les relever à nouveau le mercredi 21 septembre de 0,75 point pour porter ses taux entre 3 et 3,25%.

La Banque centrale suisse a également fait passer ses taux de -0,75 à 0,25 %, la première fois qu'elle les augmente depuis 15 ans, et elle ne sera pas non plus satisfaite de ce mouvement. 

La Banque d'Angleterre a rompu sa léthargie et a augmenté son taux à 1,25% et a continué à le faire consécutivement jusqu'à atteindre 1,75% et n'est pas prête à s'arrêter.

Dans le même temps, la Banque centrale européenne (BCE) est sortie de sa zone de confort en ajustant ses taux : elle l'a fait pour la première fois le 21 juillet dernier et arrive en septembre avec des taux à 1,25% pour les opérations principales de refinancement, 1,50% pour la facilité de prêt marginal et 0,75% pour les dépôts.

Adieu les longues années de politique monétaire laxiste pour relancer la reprise économique frappée par la crise des subprimes ; ce ballon d'oxygène à travers des taux bas - dans de nombreux cas à des niveaux nuls et dans d'autres en territoire négatif - a permis au pouvoir d'achat des entreprises, des particuliers et des familles d'avoir un peu d'air dans le financement.

Ce cycle est terminé : payer en mensualités faciles va redevenir un cauchemar parce que la BCE a décidé de rompre avec 11 ans de non-remontée des taux.

Pour les Européens, en particulier les Espagnols, qui ont l'habitude d'être propriétaires de leur logement et de contracter des prêts hypothécaires à long terme, ce revirement est une terrible nouvelle. Il y a beaucoup de malaise car les banques sont aussi très claires et un emprunteur peut facilement perdre sa maison parce que les taux d'intérêt lui rendent la vie impossible et que son salaire ne peut pas supporter la spirale à venir.