Opinion

Les infrastructures fonctionnent sans violence sexiste

Manifestation de femmes

Créer des espaces sans peur pour les femmes ou les personnes ayant des identités de genre différentes dans et autour des projets civils et d'infrastructure n'est pas une aspiration altruiste, c'est un droit qui devrait figurer en tête des priorités des citoyens, des travailleurs, des entrepreneurs et des autorités. 

La Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est commémorée chaque année le 25 novembre. Une bonne raison de mettre à l'ordre du jour un problème qui va au-delà de la violence domestique. En Amérique latine et dans les Caraïbes, selon les chiffres de l'Organisation internationale du travail, sur l'ensemble de la population employée dans le secteur de la construction, 96,3 % sont des hommes et 3,7 % des femmes ; alors que, sur le nombre total de personnes employées dans les différentes branches ou secteurs de l'activité économique, seulement 0,7 % des femmes travaillent dans la construction, contre 11,7 % des hommes.

Parmi les risques potentiels de violence sexiste identifiés dans une publication de la CAF, Banque de développement d'Amérique latine, qui peuvent être générés sur les sites, les camps, les ateliers, les bureaux administratifs, les chantiers de construction ou dans les zones d'influence, figurent : le harcèlement sexuel dans la rue, la discrimination au travail, les dommages aux biens, la traite des êtres humains et l'exploitation sexuelle à des fins commerciales, les mariages forcés et les grossesses non désirées, entre autres. 

"La pertinence de la lutte contre la violence fondée sur le genre dans les projets d'infrastructure réside dans le fait que les chantiers de construction peuvent devenir des espaces où elle peut s'exercer tant à l'intérieur du chantier contre les travailleuses qu'à l'égard des femmes et des personnes aux identités de genre diverses qui vivent ou travaillent à proximité du chantier ou passent à proximité du chantier. Il faut donc l'empêcher afin de garantir le bien-être des femmes et l'inclusion d'un plus grand nombre de femmes dans une sphère économique fortement masculinisée", a déclaré Edgar Lara, coordinateur de l'inclusion sociale et du genre de la CAF, et auteur du rapport. 

L'Organisation mondiale de la santé montre que la violence sexiste a des conséquences sur la santé mentale, physique, sexuelle et reproductive des femmes et des filles. Le rapport de la CAF identifie différents facteurs susceptibles d'influencer le risque lié au genre dans les projets de travaux publics, tels que le type de projet et le secteur auquel il appartient, les caractéristiques socio-économiques des communautés environnantes, la zone géographique, la présence de travailleurs migrants, le manque de connaissance de la législation, ainsi que les circonstances individuelles, relationnelles, communautaires et sociales présentes dans le personnel administratif et de chantier et dans la population environnante. 

"La prévention est la principale stratégie pour minimiser les risques de violence sexiste dans les projets d'infrastructure, en particulier dans la phase de développement, par conséquent, il est suggéré que les organes directeurs des travaux publics, les unités d'exécution et les sous-traitants définissent des mesures, des protocoles ou des politiques pour prévenir et traiter la violence sexiste. Par exemple, les mécanismes de promotion de la femme (ministères, secrétariats et instituts) offrent souvent des services d'assistance technique et de formation sur la prévention et la prise en compte de la violence sexiste", a ajouté Edgar Lara. 

Un bon exemple est le portail web "Mujeres en Obra", créé en 2020 par le Servicio Nacional de Capacitación y Empleo, la Bolsa Nacional de Empleo et d'autres agences gouvernementales chiliennes pour accroître la participation des femmes dans la construction. Également les ordonnances des municipalités de Lima au Pérou, qui préviennent, interdisent et sanctionnent le harcèlement sexuel dans les espaces publics, dans les établissements commerciaux ou devant les chantiers de construction. 

L'identification des risques éventuels de violence sexiste devrait faire partie de la planification de tous les projets d'infrastructure. C'est la meilleure façon de prévenir, d'allouer des budgets et de donner à cette question la pertinence qu'elle mérite afin que les ministères, les entrepreneurs et les intervenants puissent appliquer des mesures promues par les dirigeants et respectées par tous les acteurs impliqués. Avec l'engagement et l'exemple, une mauvaise habitude qui affecte le secteur peut être changée.  

Nicolás Abrew, responsable de la communication à la CAF 

Visions du développement est une section promue par la CAF, Banque de développement d'Amérique latine, qui analyse les principales questions de développement dans la région. Les articles qu'il contient sont publiés simultanément dans les principaux médias d'Amérique latine.