PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Meloni commence à payer les conséquences de sa dette publique gonflée

Giorgia Meloni

Il a fallu à peine un mois de mandat pour se rendre compte que le Romain Meloni va avoir beaucoup de mal dans son nouveau rôle de président du Conseil des ministres. Tout avait commencé de la meilleure façon possible : Le président Mattarella, du moins d'après les noms cités dans la presse, lui avait donné le "feu vert" pour la liste complète des ministres, le soutenant pour ne pas nommer une personne de Forza Italia au ministère de la justice (finalement entre les mains du prestigieux magistrat du parlement italien), La presse avait également convenu que Matteo Salvini pourrait revenir comme vice-Premier ministre (comme il l'avait déjà été entre juin 2018 et septembre 2019), mais sans se répéter au portefeuille de l'Intérieur (dit "Viminale", nom du palais qui abrite ce portefeuille ministériel).

En outre, il avait obtenu le soutien de la majorité pour que son "homme fort" au Sénat, le vétéran sicilien Ignazio La Russa, devienne le nouveau président de la chambre haute et prenne ainsi la deuxième "carica" de l'État. Au final, tous ses hommes de confiance se retrouvent dans les principaux ministères, Guido Croseto à la Défense se distinguant à un moment clé en raison de l'évolution de la guerre en Ukraine, qui se poursuit sans fin alors qu'elle se rapproche de plus en plus d'un an depuis son début. 

Mais Meloni a déjà rencontré un premier problème sur la table : un afflux inattendu d'immigration clandestine ces dernières semaines, qui l'a contraint à accepter le débarquement sur les côtes italiennes d'un grand nombre de personnes originaires d'Afrique centrale. Et, comme cela est déjà arrivé au gouvernement Renzi (2014-16) et au gouvernement Gentiloni (2016-18), l'Union européenne refuse, en pratique, de relocaliser ce fort flux d'immigrants irréguliers dans les différents pays qui la composent. Un "non" qui a été mené par le président de la République française, Macron, actuellement le leader le plus fort au sein de l'Union car les Allemands ont suffisamment de moyens pour faire face à la coupure d'énergie par la Fédération de Russie (les conséquences d'avoir tout confié au "Nordstream" et au gaz qui arrive de ce pays en Allemagne via la mer Baltique) ; Les Français jouent sur l'atout que leurs près de 60 centrales nucléaires assurent leur approvisionnement énergétique, quoi que fasse le gouvernement de Vladimir Poutine ; et les Espagnols sont de plus en plus sur la défensive parce qu'ils n'ont pas encore réussi à retrouver le PIB d'avant le coronavirus, que leur gouvernement n'a pas la majorité absolue au Parlement et que leur dette nationale est celle qui a le plus augmenté ces deux dernières années (de 98 % à 118 % actuellement). 

La réalité est que, après la Grèce, l'Italie a le ratio dette/PIB le plus élevé : 152%. Si celui de la Grèce est supérieur de 30 points, il faut rappeler que l'économie grecque ne représente que 10% de l'économie transalpine. En outre, le problème a été aggravé par l'augmentation du coût de la vie : selon les dernières données, l'IPC a augmenté de 11,6 % en Allemagne, de 12,8 % en Italie et de 16,8 % aux Pays-Bas du Premier ministre Rutte. La conséquence en a été une hausse très importante des taux d'intérêt monétaires de la Banque centrale européenne (BCE), qui sont déjà à 2% et qui ne semblent pas devoir baisser pour le moment, bien au contraire (ils devraient passer à 2,50% en décembre, c'est la prévision initiale). Cela signifie que, pour les pays les plus endettés de l'UE (Grèce, Italie, Portugal et Espagne, dans cet ordre), l'État doit consacrer de plus en plus de ressources au financement du placement de la dette souveraine sur les marchés.
Les autorités de l'UE estiment qu'avec les 209 milliards (ainsi que plusieurs autres milliards, comme le fonds SURE) que l'Italie a reçus lors de la distribution des 750 milliards en juillet 2020 (le fameux "Fonds de relance", dont les principales destinations devraient être tant la transition numérique que la transition "verte"), elles ont déjà été plus que généreuses envers la troisième économie de la zone euro. Ils n'ont donc pas la moindre intention d'ouvrir leurs frontières à l'immigration irrégulière qui se trouve actuellement dans des ports comme celui de Catane (Sicile), ce qui va créer un problème majeur pour le président Meloni. Et le pire, c'est que c'est précisément la France de Macron, réélu président de la République (et pour cinq ans) il y a quelques mois à peine, avec une majorité (oui, simple, pas absolue) aux législatives, avec une dette pas excessive (97%, près de quarante points au-dessus du pacte de stabilité) et sans réels rivaux ni à l'intérieur ni à l'extérieur de son parti.  

Cette semaine a également été marquée par le refus catégorique des pays d'Europe centrale et septentrionale de modifier les critères du pacte de stabilité : les États devront maintenir leur dette à 60% du PIB national et leur déficit à 3%. Cela contraste avec la réalité à laquelle est confronté le gouvernement Meloni, à savoir que son pays se situe à plus de 90 points au-dessus des exigences du pacte de stabilité ! Bien qu'Antonio Tajani, aujourd'hui vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, entretienne de très bonnes relations avec les institutions européennes, la réalité est qu'il n'est pas Mario Draghi, qui, désormais hors de la présidence du Conseil des ministres, ne peut que prêter main forte au ministre Giorgetti, ministre de l'Économie et des Finances mais avec des connaissances très basiques de l'économie, et pas beaucoup plus. Il est vrai que Draghi entretient une relation cordiale et étroite avec son successeur à la tête de la BCE, Christine Lagarde, mais Lagarde, après tout, est française, et nous savons déjà que s'il y a une chose dont notre pays voisin regorge, c'est le nationalisme au nième degré, donc il écoutera Macron avant d'écouter Draghi.  

Ce qui est en danger aujourd'hui, c'est de faire sauter le traité du Quirinal signé par la France et l'Italie fin 2021, dans lequel les deux pays s'engageaient à coopérer dans de nombreux domaines et à faire front commun contre les Allemands, les Néerlandais et d'autres pays d'Europe centrale et du Nord (Autriche, Danemark, Finlande, etc.). Quoi qu'il en soit, la réalité est que, si Macron a jugé réaliste d'être sur un pied d'égalité avec Draghi, il ne pense pas la même chose de Meloni, qui, après tout, est à la tête d'une coalition dans laquelle ses deux collègues du gouvernement (la Ligue et Forza Italia) ne sont pas exactement ses meilleurs alliés. 

Que va faire la nouvelle présidente du Conseil des ministres face à cette nouvelle vague de migrants ? Va-t-elle faire comme à l'époque du gouvernement Gentiloni, avec Marco Minniti comme ministre de l'intérieur, donner de l'argent à l'autorité nationale libyenne pour bloquer le départ des bateaux vers leurs côtes ? Osera-t-il suivre la politique de Salvini, à l'époque, en optant pour des ports complètement fermés aux bateaux remplis de migrants, ou n'aura-t-il d'autre choix que d'attendre que les conditions météorologiques se dégradent avec l'arrivée du froid et que le nombre de personnes qui osent tenter d'atteindre les côtes italiennes diminue ? Nous verrons, mais la réalité est que Meloni a remporté de nombreux votes dans la partie la plus méridionale du pays (surtout les Pouilles, d'où vient l'un de ses "hommes forts" de l'exécutif, le ministre Fito) et ce sera la première zone à se rebeller contre un problème qui a déjà généré un important sentiment anti-européen en Italie depuis des années et qui explique pourquoi Salvini a remporté les élections européennes de 2019 avec une large marge.  

Meloni, en outre, doit payer les conséquences d'avoir été un fort eurosceptique pendant des années : être le leader des "Réformistes et Conservateurs", son groupe parlementaire au Parlement européen, la laisse dans une position d'énorme faiblesse face aux "Populaires" (où se trouve Forza Italia), aux socialistes, aux libéraux et aux "Verts". Aujourd'hui, il n'aura d'autre choix que de se tourner vers l'européanisme, et ce dans un climat de plus en plus raréfié car son pays, doté d'un riche nord industriel, souffre particulièrement des conséquences de la dépendance énergétique, affectant non seulement la consommation des ménages mais aussi la production des usines, ce qui entraînera une hausse du coût de la vie qui ne manquera pas d'ébranler son gouvernement. Voilà ce que c'est que d'avoir voulu faire partie de l'intégration européenne dès le début et d'avoir voulu participer à la monnaie unique dès le début : soit vous vous conformez aux règles établies, soit vous subissez les conséquences de ne pas l'avoir fait. Et c'est précisément là que se trouve le gouvernement Meloni.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur de relations internationales à l'université de Nebrija et auteur de Historia de la Italia republicana (Madrid, Silex Ediciones, 2021)