PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Que va devenir le centre-droit italien ?

salvini-italia

Avec la confirmation de la continuité du gouvernement Draghi, né le 13 février dernier, et sur la base qu'il n'y aura pas de "rimpasto" ou de "rimpastino" (remaniement, en somme), la question qui touche le plus la classe politique italienne est l'avenir du centre-droit, qui est sorti de l'élection présidentielle fortement divisé et avec des accusations entre eux que nous pourrions considérer de plus en plus "épaisses".

Nous savons déjà que Forza Italia n'est pas vraiment satisfait de la performance de Salvini lors des différents votes. Le leader de la Ligue a décidé de voter pour Maria Elisabetta Alberti Casellati comme candidate à la présidence de la République alors que la direction du parti l’avait dit qu’elle n'était pas une bonne "scelta" (choix), puisque le secteur le plus tempéré était contre elle et que les soi-disant "snipers" (parlementaires qui votent contre leur propre parti) pouvaient proliférer, comme ce fut le cas. En fin de compte, Casellati n'a pas été élue présidente de la République, elle a été "abattue" par près de six douzaines de députés (bien que Forza Italia pense que certains de Meloni ont également voté contre elle) et ce qui s'est finalement passé, c'est que le principal parti de centre-droit, qui a dominé cette partie de l'arc parlementaire depuis 1996 jusqu'à ce que Salvini le dépasse lors des élections de mars 2018, a donné une image de division et de décomposition qui est généralement très contre-productive pour l'électeur moyen.

Mais, en réalité, tant Forza Italia que la Ligue de Salvini sont d'accord pour dire que l'ennemi à battre au sein de la coalition est précisément la formation de Meloni, qui était, jusqu'à récemment, le frère "cadet" des trois de loin. Car la réalité est qu'en ce moment, sondages à l'appui, Meloni va non seulement revalider le nombre actuel de députés, mais pourrait même le tripler, malgré le fait que lors des prochaines élections générales ("politiques") les deux Chambres seront réduites d'un tiers. 
sergio mattarella italia

Bien sûr, Meloni et ses Fratelli d'Italia ont un problème majeur : ils sont en dehors de la "maggioranza" du gouvernement Draghi depuis sa création, et celui-ci s'avère de plus en plus performant dans la croissance du produit intérieur brut (PIB), le contrôle de la dette nationale (bien qu'il ne puisse empêcher la hausse de la prime de risque) et la campagne de plus en plus complète de vaccination de la population. Meloni pourrait donc se retrouver, dans les mois à venir, avec une campagne très dure contre lui pour un prétendu manque de " patriotisme " : que le parti représentant le centralisme romain et l'Administration (comme il l'était depuis l'époque de l'Alliance nationale, disparue en 2013) ne soutienne ni le président de la République (pour lequel il a refusé de voter alors qu'il était le plus soutenu après Sandro Pertini lors du vote légendaire de 1978) ni le président du Conseil des ministres (Mario Draghi), pourrait finir par se retourner contre lui.

Nous avons déjà commenté l'offre de Giovanni Totti et de son parti Cambiamento de former une coalition à trois avec Italia Viva et Forza Italia. Il est vrai que Renzi, leader d'Italia Viva, n'a pas fermé la porte au Parti démocrate (PD), avec lequel il est au meilleur point d'entente depuis que l'ancien Premier ministre toscan a décidé de partir à l'automne 2019 pour créer son propre parti. Mais l'alliance de Renzi avec le PD semble très compliquée, car la direction de ce parti pense avant à une coalition avec Cinq Étoiles dans l'espoir de pouvoir prendre beaucoup de ses électeurs (rappelez-vous que les " pentastellini " ont été votés il y a presque quatre ans par une personne sur trois qui s'est rendue aux urnes, ce qui bien sûr ne se reproduira pas).

En réalité, Renzi donne l'impression qu'il finira par convenir de sa coalition avec le véritable amalgame de partis qui évoluent entre le centre-droit et le PD-Cinque Stelle : Piu Europa, Azione, Cambiamento, etc. Cependant, étant donné la capacité du jeune politicien toscan, capable comme peu d'autres de se réinventer, tout peut arriver.

Ce qui ne serait pas surprenant, c'est que Forza Italia et la Ligue finissent par s'unir dans une seule formation, comme la première l'a fait avec l'Alliance nationale : si à cette occasion la Ligue d'Umberto Bossi a été exclue, c'est maintenant le parti de Meloni qui devra se présenter individuellement, sans possibilité de coalition avec quiconque. Quoi qu'il en soit, et en supposant que le calendrier ne sera pas modifié, il y aura deux moments clés avant les élections générales pour voir si cela se produit : d'une part, les élections administratives en mai-juin, et, d'autre part, l'élection au gouvernement de la région de Sicile. Une île, la Sicile, qui est traditionnellement considérée comme un " laboratoire d'essai " pour ce qui est à venir, et ceux qui le disent ont raison : pour donner un exemple, en octobre 2017, le centre-droit a gagné (donnant la présidence à Nello Musumeci) ; le Mouvement 5 étoiles a connu une croissance significative ; et le Parti démocratique (PD) a été largement battu, annonçant la débâcle de mars de l'année suivante.

L'avenir du centre-droit aura pour élément clé la configuration des listes électorales pour les élections de mars 2023 : Salvini n'a pratiquement aucune chance de faire réitérer tous ses députés actuels (son parti aurait besoin d'un tiers des suffrages exprimés quand les sondages actuels réduisent ce chiffre à 1/6), mais il doit faire entrer les principaux représentants de Forza Italia s'il veut qu'ils forment une coalition avec son parti. Bien sûr, Forza Italia, une formation clé dans la famille "populaire" européenne, peut donner à Salvini ce dont il a le plus besoin : d'une part, la composante de centre-droit et européiste qu'il n'a pas encore vraiment ; d'autre part, le soutien de la plus importante communauté d'affaires, qui est ce qui a traditionnellement soutenu Forza Italia. Nous verrons comment la négociation évolue, mais la réalité est qu'à l'heure actuelle, les deux forces semblent déterminées à essayer d'isoler Meloni, que personne ne s'attendait, il y a seulement un an et demi, à voir en tête des sondages nationaux, étant donné la petite structure des Frères d'Italie et l'absence de personnalités pertinentes.
mario draghi-italia

Et tout cela n'est pas une petite affaire, parce que le centre-droit, qui n'a pas gouverné le pays depuis 2008-11 (à part des étapes spécifiques comme 2014, quand le "Pacte du Nazaréen" entre PD et Forza Italia était en vigueur) ne peut pas faire la même erreur que lors de l'élection présidentielle : ils avaient quarante voix de plus que Renzi quand, en tant que premier ministre, il a dû affronter l'élection présidentielle à la fin de janvier 2015. Comme on le sait, Renzi a réussi à devancer la candidature de Mattarella, à qui il manquait une poignée de voix pour atteindre la majorité qualifiée (à l'époque, la majorité simple suffisait, ce qu'il avait déjà obtenu), et maintenant, d'autre part, le centre-droit, qui n'avait besoin que d'une demi-centième de voix supplémentaires pour avoir l'un des siens à la tête de l'État, n'avait d'autre choix que de se joindre à ceux qui appelaient à la réélection de Mattarella.

Et il faut rappeler qu'en plus d'avoir remporté les élections de mars 2018 sous la forme d'une coalition, elle a non seulement devancé de près de dix points le centre-gauche pendant près de cinq ans, mais aussi que ce dernier est toujours en très faible nombre, sans avoir organisé de primaires et avec une tradition de défaites qui a fait du PD le parti spécialisé dans l'écrasement impitoyable des leaders : en presque quinze ans d'existence, elle a eu quatre secrétaires généraux sortants (tous élus lors de primaires, en soulignant le cas de Matteo Renzi, qui les a remportées deux fois, une fois en 2013 et une fois en 2017) et quatre secrétaires généraux intérimaires. Et maintenant, ils pensent à former une coalition avec un Mouvement 5 étoiles qui n'a jamais été aussi divisé, avec un leader aussi nouveau qu'il est remis en question, et avec la menace d'être laissé comme une force totalement résiduelle.

Ne nous leurrons pas : si le centre-gauche a réussi à imposer l'un des siens (Sergio Mattarella, président sortant) pour le Quirinal, c'est sur la base d'un " non " à toute offre de pacte du centre-droit. Mais aujourd'hui, l'enjeu est tout autre : gagner les élections générales, et le PD a perdu celles de 2008 et 2018 et n'a gagné que de justesse celles de 2013. Bien sûr, tant que le centre-droit continue à se livrer à un spectacle permanent de guerre interne entre ses dirigeants, tout peut arriver. Et ce à quoi ni Forza Italia ni la Ligue ne pouvaient s'attendre, c'est que le "gentil Meloni", ce "petit ministre" de l'égalité des chances nommé en 2008 et candidat raté à la mairie de Rome en 2016, soit capable de traiter les autres dirigeants sur un pied d'égalité. Mais c'est ce qui se passe, et pour l'instant la partie est gagnée par Meloni, au grand dam d'un Salvini à court de discours : ni ses attaques contre l'immigration irrégulière, ni son anti-européanisme ne fonctionnent, et son populisme et son ultra-nationalisme sont de moins en moins efficaces. A quoi pensait Salvini quand il a décidé de faire ami-ami avec des leaders furieusement anti-européens comme Alternative pour l'Allemagne, les Démocrates suédois ou toutes sortes de formations d'extrême-droite !

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre "Historia de la Italia republicana, 1946-2021" (Madrid, Sílex Ediciones, 2021).