PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Que veut le régime algérien ?

tebboune-argelia

Le régime des généraux en Algérie fait preuve d'une agressivité sans précédent envers le Maroc depuis qu'il a placé Abdelmadjid Tebboune à la présidence de la République. Ils lancent sans cesse et sans preuve de graves accusations et menaces contre leur voisin. Des comportements et des situations ont été créés qui pourraient déborder sur l'Espagne.

L'Espagne, malgré son éloignement et son ignorance des problèmes auxquels sont confrontés les deux pays, a été impliquée l'année dernière dans l'affaire Brahim Ghali, un dirigeant du Front Polisario qui est entré en Espagne avec un passeport diplomatique algérien sous la fausse identité de Benbettouch, alors qu'il possédait une carte d'identité espagnole. Cette affaire a provoqué l'une des crises les plus graves entre l'Espagne et le Maroc, et ses conséquences sont toujours d'actualité.

Cette année, en 2022, l'Espagne est toujours présente dans cette situation tendue créée par l'Algérie contre le Maroc. Elle est présente malgré tout dans un article publié par l'organe officiel de l'Axe algérien "Djeich" (Armée) dans son premier numéro de janvier. L'article est intitulé "L'amère vérité historique" et fait référence à Ceuta, Melilla et les îles adjacentes de la Méditerranée, accusant la monarchie marocaine de les avoir abandonnées à l'Espagne. Il ajoute également comme cas nouveau et inhabituel les îles Canaries, que le Maroc n'a jamais revendiquées et ne revendique jamais.

L'article affirme que des "faits historiques amers" confirment la contradiction dans laquelle vit "le régime marocain du Makhzen" qui, expansionniste d'un côté, accepte en même temps que ses territoires et ses villes continuent d'être occupés par l'Espagne.
  
Le roi du Maroc, poursuit les médias militaires officiels, "l'émir des croyants" suit la même politique que celle de ses ancêtres qui ont trahi leur peuple et se sont alliés au colonialisme. Ils ont donné des îles et des villes en cadeau à l'Espagne et au Portugal". Il cite Ceuta et Melilla - notant que la première a été occupée par le Portugal en 1415 et la seconde par les Espagnols en 1497 - des îles de la Méditerranée situées à quelques kilomètres de la côte marocaine, près de Cabo de Agua.

Mais le plus surprenant est qu'il va jusqu'à reprocher au Maroc de ne pas récupérer les îles Canaries, qui, selon le magazine : "est un archipel composé de sept îles habitées par un million d'habitants situé à 100 kilomètres du Maroc sur sa côte atlantique tout en étant à plus de mille kilomètres de son occupant, l'Espagne".

L'organe officiel de l'armée algérienne déclare, entre autres, que "le régime de l'Emir des Croyants, au lieu d'œuvrer pour le recouvrement de ses territoires et de ses droits, ne trouve (rien d'autre) que l'occupation des territoires des autres et la falsification des vérités historiques en sa faveur".

Les Algériens eux-mêmes, notamment les opposants en exil, tels que l'ancien diplomate Mohamed Zitout, le mouvement d'opposition Rachad et Anwar Malek, ainsi que le jeune Oualid Kebir, ont critiqué et raillé la forme et le contenu de cet article insultant, qui témoigne du haut niveau d'ignorance et reflète la véritable stature des rédacteurs de l'article. Oualid Kebir a mis en évidence dans une vidéo l'erreur flagrante du magazine militaire en accusant les ancêtres de l'actuel monarque marocain, qui appartient à la dynastie alaouite, fondée au XVIIe siècle sur la prétendue cession de Ceuta, Melilla et des îles adjacentes qui a eu lieu deux siècles plus tôt, au XVe siècle.

En fait, l'occupation de ces possessions a eu lieu dans le cas de Ceuta pendant la dynastie des Benimerin (1244-1465) et de Melilla pendant la dynastie des Wattasid (1472-1554). Entre cette dernière dynastie et la dynastie alaouite, une autre dynastie a régné, la dynastie des Saadides (1554-1659). Il est donc très clair que la tentative d'étiqueter la dynastie actuelle avec le "sambenito" est non seulement déplacée, mais relève d'une évidente médiocrité de niveau et de stature.  

Mais ce qui est inhabituel, ce sont les îles Canaries, que l'organe officiel de l'armée algérienne répertorie comme étant à 100 kilomètres du Maroc. Ce faisant, elle reconnaît inconsciemment le Sahara comme territoire marocain, car c'est le point le plus proche entre les îles et la côte. Il omet également le fait que le Maroc n'a jamais revendiqué ces îles afin de blâmer sa monarchie pour sa négligence. 

L'organe militaire oublie que l'avidité du régime militaire algérien dans les années 1970 ne se limitait pas seulement à son objectif de créer un État fictif non viable dans l'actuel Sahara marocain afin d'avoir accès à l'océan Atlantique, mais qu'il avait également des vues sur les îles Canaries. Contrairement à ce qu'il prétend aujourd'hui, dans ces années-là, il n'a jamais qualifié ces îles de marocaines - même s'il est vrai que la population guanche est d'origine berbère - mais il a soutenu et financé la séparation des îles Canaries de l'Espagne en abritant le "mouvement pour l'autodétermination et l'indépendance de l'archipel canarien" (MPAIAC) et son leader Antonio Cubillo, de la même manière et avec la même intention que le soutien offert au Polisario. C'est la dure réalité d'une avidité géopolitique mégalomaniaque d'un populisme "anti-impérialiste révolutionnaire" qui a dirigé le tiers-monde et cherché à devenir le Japon de la Méditerranée au détriment de ses voisins.

Dans ces années-là, les pseudo-révolutionnaires d'Alger offrent à Cubillo non seulement de l'argent, mais aussi une station de radio pour diffuser leur propagande, et mobilisent en même temps leurs pétrodollars et leur diplomatie pour faire entrer les Canaries dans l'OUA en tant que membre indépendant comme la RASD. Le Maroc a joué un rôle très important dans la défaite de la tentative algérienne grâce au soutien de plusieurs pays amis membres de l'OUA, mais il n'a pas pu avoir la même chance avec la RASD, dont l'entrée a été fatale pour la crédibilité de l'OUA.

Le régime d'Alger est arrivé à la conclusion qu'avoir le Sahara et les îles Canaries en même temps était une tâche ardue, voire impossible, car cela signifiait affronter le Maroc et l'Espagne en même temps. Il a donc dû abandonner son projet des Canaries et se contenter de la question saharienne. A cette fin, elle a négocié avec le gouvernement de l'UCD le retrait de tout soutien offert au MPAIAC et la fermeture de sa station de radio, avec pour contrepartie le Sahara marocain. Dans ce contexte, le gouvernement Suarez a accepté que son parti UCD reconnaisse le Polisario et tolère sa représentation en Espagne en tant que mouvement armé. Pour sa part, le Polisario a accepté de libérer des pêcheurs canariens qui avaient été retenus en otage à Tindouf après que leurs camarades aient été assassinés et que le bateau de pêche sur lequel ils pêchaient ait été coulé lors d'une attaque terroriste.  

Il est donc surprenant que la mémoire du régime militaire algérien soit si courte et qu'il oublie si vite la relation étroite qu'il a entretenue entre la "cause canarienne" et la "cause sahraouie", entre le mouvement indépendantiste MPAIAC et le mouvement séparatiste du Front Polisario.

Que le régime des généraux au pouvoir en Algérie souffre aujourd'hui d'amnésie, qu'elle soit réelle ou fictive et intéressée, n'est pas un problème. Mais jouer dans l'arrière-cour d'autres personnes de mauvaise foi et avec l'intention de créer des problèmes afin de confronter des pays et des peuples amis est misérable et mesquin. C'est inacceptable, tant sur le plan moral que sur celui du droit international. Un comportement qui, aujourd'hui, au XXIe siècle, peut donner l'impression et projeter une mauvaise image que nous avons probablement affaire à un État paria qui se dirige vers un État voyou. Dans ce cas, nous sommes effectivement confrontés à un problème grave et cela nous légitime de poser la question pertinente : que compte faire le régime algérien ?