PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Rome revient au centre-gauche cinq ans plus tard

Roberto Gualtieri

Finalement, toutes les prévisions se sont réalisées et Roberto Gualtieri, ancien ministre de l'économie et des finances et candidat de centre-gauche à la mairie de Rome, vient de devenir le nouveau maire de Rome. Cette victoire était plus qu'attendue, étant donné que sur les quatre candidats en tête au premier tour (4 octobre), trois d'entre eux (Calenda, Raggi et Gualtieri lui-même) appartenaient, d'une manière ou d'une autre, au centre-gauche : Calenda, en tant qu'ancien ministre des gouvernements Renzi et Gentiloni et tête de liste du PD pour les élections européennes, bien qu'il ait maintenant son propre parti (Azione) ; Raggi, parce que Cinq Étoiles a participé à ces élections municipales (dites "administratives") avec le PD, bien que dans le cas de Rome les deux partis aient concouru directement ; et Gualtieri, parce qu'il a fait toute sa carrière politique dans les rangs du centre-gauche et qu'il appartient au PD depuis sa fondation en octobre 2007.

Ainsi, six Romains sur dix qui se sont rendus aux urnes ont voté pour le centre-gauche, tandis que les quatre autres ont voté pour le centre-droit. Cela signifie qu'une partie du vote que Calenda a reçu il y a quinze jours est probablement allée au candidat de centre-droit (Michetti), ce qui n'est pas surprenant car Calenda est très centriste, mais bien considéré par certains secteurs de la droite, et il faut aussi se rappeler qu'il ne voulait pas soutenir ouvertement Gualtieri. L'ancien Premier ministre Matteo Renzi, en revanche, qui avait soutenu la liste de Calenda au premier tour, avait apporté son soutien à Gualtieri au second tour parce qu'il a l'intention de rester au centre-gauche et d'essayer de faire évoluer le PD vers son orbite au lieu de celle dans laquelle il se trouve actuellement, qui est, comme nous l'avons dit, un pacte avec le Mouvement 5 étoiles.

Si dans le cas de l'élection du maire de la capitale de la Lombardie, le coup a été porté à Matteo Salvini (puisque c'est lui qui a choisi le candidat de centre-droit), maintenant c'est son rival Meloni qui prend le même coup, puisque Michetti était son choix. En gros, il s'est passé la même chose que lors des élections pour le gouvernement de plusieurs régions en septembre 2020 : Meloni a gagné les marques pour son parti, mais en revanche il a perdu lourdement dans les Pouilles face à la liste menée par le gouverneur de la région (Emiliano, du PD). Ce qui est clair, c'est que les deux principaux partis dans les intentions de vote en ce moment (la Ligue de Salvini et les Frères d'Italie de Meloni) sont à leur point le plus bas de l'année dernière. Et cela est lié au succès du gouvernement Draghi, qui réalise une "surprise" en un temps "record". 

Rappelons que Meloni a décidé de rester dans l'opposition en ne soutenant pas le gouvernement Draghi en février dernier, tandis que Salvini, bien que le soutenant formellement, sait que son succès signifie précisément sa perte de popularité, car il l'a laissé, au moins pour le moment, sans discours : avec une immigration irrégulière sous contrôle et une Union européenne de plus en plus généreuse et flexible avec la troisième économie de la zone euro (après l'Allemagne et la France), Salvini ne sait plus qui et quand attaquer, ce qui lui donnait des voix. Cela explique pourquoi il essaie maintenant de mener une sorte de "guerre interne" au sein de la "maggioranza" du gouvernement au sujet de la réforme fiscale, en affrontant ouvertement le PD et Cinq étoiles (soi-disant parce qu'ils veulent augmenter les impôts, mais jusqu'à présent il n'y a pas de nouvelles à ce sujet). 

Mais revenons à Rome, la belle ville au cœur de l'Italie qui sera désormais gouvernée une fois de plus par un membre du Parti démocratique (PD) : que pouvons-nous attendre de la gestion de Gualtieri d'une ville qui est en pure paralysie depuis des années ? Une bonne question à laquelle il est certainement difficile de répondre : il y a des raisons d'espérer, mais aussi des raisons de penser que la détérioration continuera d'être à l'ordre du jour.

Le point faible de Gualtieri en tant que nouveau maire de Rome est qu'il ne connaît rien ou presque de la politique municipale. Il a passé la plupart de son temps dans les institutions européennes, ce qui lui a été utile lorsqu'il a été nommé ministre de l'Économie et des Finances en septembre 2019 : avec un caractère amical et conciliant, il a pu élaborer deux lois de finances de l'État (PGE) dans les délais, l'une pour 2020 et l'autre pour 2021. Et tout cela avec le coronavirus au milieu, ce qui n'est pas une mince affaire. Il n'a pas pu rester à la tête du ministère parce que Draghi voulait que son homme de confiance (Daniele Franco, directeur général de la Banque d'Italie) en soit responsable, mais il n'a jamais fait l'objet des critiques particulières que d'autres ministres (Bonafede, Speranza ou Di Maio lui-même) ont reçues.

Ce que Gualtieri peut donc offrir aux Romains, c'est une bonne injection de capital, soit de la part des fonds européens (où il a de très bons contacts, et il faut rappeler que le commissaire aux affaires économiques, l'ancien Premier ministre Paolo Gentiloni, est un de ses collègues de parti et que les deux ont une très bonne relation), soit de la part d'hommes d'affaires qui veulent investir dans une ville qui a besoin de changer une dynamique très négative qui l'a conduite à être fortement endettée.

Mais le meilleur allié de Gualtieri sera probablement précisément l'actuel président du Conseil des ministres. Parce que Mario Draghi, comme Gualtieri, est un Romain de naissance, et il est bien connu que les Romains sont particulièrement fiers de leur statut de Romains. Draghi doit déjà connaître de première main le terrible état de Rome, car, si depuis 2011 il se trouvait entre Francfort et sa résidence privée (à près de deux cents kilomètres de la capitale italienne), désormais, en tant que "premier ministre", il se déplace constamment dans sa ville natale, que ce soit pour voir le président de la République, pour se rendre au Parlement (dans l'un de ses deux sièges) ou pour tout acte officiel.

Il est vrai que Draghi ne peut pas se concentrer sur l'aide à Gualtieri pour le moment, car il doit faire approuver la réforme de la justice (la loi Cartabia n'a pas encore été adoptée par le Sénat) et s'attaquer à la question fiscale controversée. Mais il est également vrai que Draghi a probablement plus d'un an et demi de gouvernement devant lui (même si plus d'un aimerait l'envoyer au Quirinal pour remplacer Sergio Mattarella, dont le mandat s'achève fin janvier 2022), et que son puissant agenda de contacts aura sûrement de la place pour les investisseurs sur le sol romain. Ce qui est certain, c'est que pour le moment, Gualtieri aura assez à faire pour connaître la situation réelle de Rome, qui était en réalité mieux connue du désormais ex-maire Raggi (qui avait siégé au Consistoire romain pendant deux mandats consécutifs, ayant commencé par s'opposer au maire de l'époque, Marino). 

Paradoxalement, le Parti démocrate (PD) contrôle désormais les deux principales villes du pays : la ville administrative et culturelle, et la ville économique (qui n'est autre que la principale ville de la région Lombardie, où Giuseppe Sala a réussi à revalider son mandat sans avoir besoin d'un " ballottaggio "), et ce alors qu'il continue de stagner dans les sondages depuis que Matteo Renzi a quitté la direction du parti en juillet 2018.

L'heure de Gualtieri à Rome approche, et tout est possible. Une seule chose est claire à l'heure actuelle : il est difficile pour la ville italienne emblématique d'aller plus mal, car elle a touché le fond il y a des années. Quant à savoir si son nouveau maire peut apporter un changement radical, c'est une autre question. Cinq années nous attendent, et nous verrons ce qu'elles nous apporteront : oui, le centre-gauche dirigera à nouveau la ville qu'il contrôle depuis près de trois décennies. Nous verrons à qui Gualtieri ressemble le plus parmi les maires précédents du PD, un vrai point d'interrogation sur sa performance en tant que maire.

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est professeur au Centro Universitario ESERP et auteur du livre "Historia de la Italia republicana, 1946-2021" (Sílex Ediciones, 2021).