PUBLICIDAD

Marruecos

Ángel Luis Arias : "ENAIRE a deux grands piliers, l'équipe humaine et la technologie"

Le PDG de la société a été interviewé dans le cadre du programme spécial d'Atalayar à FITUR et a discuté de la situation et des projets de la société
Ángel Luis Arias

 -  

Dans le programme spécial diffusé par Atalayar depuis le Salon international du tourisme (FITUR), en collaboration avec Europea Media, Aviación Digital et le Club international de la presse, nous avons eu la présence d'Ángel Luis Arias, PDG d'ENAIRE, qui nous a parlé du défi que l'entreprise doit relever pour faire face à la crise du COVID-19. D'autre part, le PDG d'ENAIRE a profité du cadre offert par Atalayar pour souligner que la durabilité, la numérisation et la sécurité resteront des aspects fondamentaux pour l'entreprise. Enfin, Arias a souligné les projets et les alliances dans lesquels l'entité commerciale publique qui gère la navigation aérienne en Espagne et au Sahara occidental est actuellement immergée.

Comment ENAIRE surmonte-t-il la pandémie, dans quelle mesure l'a-t-elle affectée et comment ENAIRE fait-il face à la reprise ?

ENAIRE a été touché par la pandémie au même titre que les autres acteurs du secteur aérien, les sociétés aéroportuaires, etc. Nous ne pouvions nous arrêter à aucun moment de la pandémie, car nous devions poursuivre les vols médicaux ou d'urgence, ou les quelques vols qui restaient pendant ces terribles mois. Tout au long de l'année 2021, nous avons progressivement récupéré le trafic aérien, nous avons terminé en moyenne 45% en dessous de 2019, qui est notre année de référence, bien que ces 45% puissent être trompeurs car il y a eu des jours où nous avons été proches des niveaux de 2019 dans certains centres comme les îles Canaries. Nous abordons l'année 2022, bien que nous soyons impliqués dans la 6e vague, avec beaucoup d'optimisme, nos prévisions à l'heure actuelle sont que nous pouvons terminer l'année en ayant récupéré 90% du trafic aérien de 2019 et, tout au long de cet été, nous sommes convaincus que nous parviendrons à dépasser les données de trafic de 2019, qui était en soi une année historique. Actuellement, il y a une certaine incertitude et une certaine volatilité, mais je pense que nous nous préparons à aider le secteur, les compagnies aériennes et les aéroports à se rétablir et à revenir à la normalité que nous avions. Le transport aérien ne sera pas complètement le même, des aspects tels que la durabilité sont importants, pour ENAIRE les questions liées à la sécurité sont toujours la chose la plus importante, la sécurité des vols et, enfin, nous avons des tarifs de navigation aérienne que nous avons maintenus bien en dessous de 2019, cette année spécifiquement nous serons 15% plus bas pour faciliter les coûts pour les compagnies aériennes et les aéroports.

ENAIRE

Vous êtes face à l'année 2022 avec la présidence de l'A6, en ce sens ENAIRE a le prestige et la capacité d'être capable de présider une organisation de cette ampleur...

En effet, la présidence de l'A6 est une reconnaissance d'ENAIRE. Nous sommes l'un des gestionnaires nationaux de la navigation aérienne les plus puissants d'Europe, tant en termes de nombre de vols que de capacité de gestion. Elle s'appelle A6 car elle a débuté il y a quelques années entre les principaux gestionnaires nationaux de la navigation aérienne (allemand, français, italien, britannique et espagnol). Par la suite, d'autres fournisseurs se sont ajoutés sous la forme d'alliances, et aujourd'hui l'alliance A6 gère plus de 80 % du trafic européen, de sorte que les décisions que nous prenons ont une influence considérable sur l'aviation. Le fait qu'ENAIRE prenne la présidence cette année va être très positif pour le trafic européen. De plus, ENAIRE, en tant que gestionnaire national, veut promouvoir tous les projets du programme SESAR, qui sont des projets de R&D&I pour faire du Ciel unique européen une réalité. Nous nous concentrons sur les projets que la Commission européenne lance, nous nous unissons pour rechercher et développer de nouvelles solutions technologiques, de nouveaux concepts opérationnels et coordonner le déploiement et la mise en œuvre. Je voudrais souligner que nous allons former un partenariat avec Eurocontrol, avec le gestionnaire du réseau, les compagnies aériennes et les gestionnaires d'aéroports pour accélérer la mise en œuvre des nouveaux systèmes et technologies qui rendront possible le Ciel unique européen.

ENAIRE

Nous, citoyens, ne nous arrêtons pas pour penser que pouvoir voyager dans différentes villes européennes est possible grâce à des entreprises telles qu'ENAIRE qui s'en occupent et nous devrions en être plus conscients. 

En fait, nous sommes un peu invisibles à cet égard. Un aéroport est visible, une compagnie aérienne est non seulement visible mais vous pouvez même vous asseoir à l'intérieur de l'avion, les tours de contrôle des aéroports sont également visibles, mais ce n'est pas notre activité principale, la tour de contrôle se limite à l'aéroport, mais grâce à nos centres et installations de contrôle répartis sur tout le territoire et à nos satellites, nous gérons et contrôlons le grand nombre de vols, non seulement ceux qui entrent et sortent d'Espagne mais aussi les nombreux survols qui traversent notre espace aérien et que nous devons desservir. 

Nous sommes confrontés au défi de la reprise économique, l'UE a approuvé les fonds de la prochaine génération, mais nous avons une entreprise qui s'engage pour la durabilité, la numérisation et, en bref, pour la sécurité et la qualité d'un service fondamental dans le monde d'aujourd'hui, comme ENAIRE. Comment faites-vous face à ces défis pour 2022 ?

S'il y a une chose que nous n'avons pas faite pendant la pandémie de COVID-19, c'est de réduire les investissements, c'est-à-dire que nous avons fait un effort pour réduire les coûts et les dépenses, mais nous n'avons pas cessé d'investir, au contraire, nous les avons augmentés. Cette année, nous avons encore plus d'investissements, nous avons environ 28 millions d'euros que nous utiliserons pour continuer à numériser nos systèmes, à travers le nouveau secteur des drones et les systèmes de contrôle et de trafic aérien. En outre, nous faisons partie d'une autre alliance européenne appelée iTEC, avec le plaisir de voir que c'est une industrie espagnole qui développe ce système, qui est Indra, donc je pense que nous sommes une référence au niveau européen. D'autre part, nous développons un nouveau concept de gestion du trafic aérien à l'aide de drones, U-Space, et nous avons récemment approuvé une nouvelle stratégie de durabilité environnementale, dans laquelle ENAIRE peut contribuer à rendre les routes plus droites afin que les avions consomment moins de carburant et émettent moins de CO2 dans l'atmosphère, des approches et des descentes plus continues vers les aéroports pour faciliter le travail des avions. Nous faisons un grand effort d'investissement pour que, lorsque nous sortirons de la crise, nous puissions le faire de manière encore plus renforcée.

Les contrôleurs aériens, professionnels qui travaillent pour ENAIRE et font de l'aviation une réalité, jouent un rôle important dans ce domaine. 

ENAIRE repose sur deux piliers principaux, tout d'abord les personnes (ressources humaines) et ensuite la technologie. En ce qui concerne l'équipe humaine, nous sommes une équipe de plus de 4 000 personnes, quelque 2 000 contrôleurs aériens, 600 techniciens de maintenance, 230 techniciens d'exploitation, des ingénieurs, du personnel de service et ils sont les principaux protagonistes de tout cela, nous sommes une société de services hautement technologique et grâce à eux nous surmontons la pandémie. Nous avons récemment lancé un nouvel appel pour 90 postes vacants de contrôleurs aériens, nous sommes déjà en examens, nous essayons de nous tourner vers l'avenir et de ne pas nous laisser abattre par la pandémie. S'il y a une chose qui est claire pour nous, c'est que l'aviation continuera à être fondamentale pour le monde, qu'elle deviendra certainement plus durable et plus efficace, qu'elle devra continuer à être aussi sûre qu'aujourd'hui, voire plus sûre, et que nous devons envisager l'année 2022 avec optimisme. 

ENAIRE

Quel message souhaitez-vous faire passer aux consommateurs qui ont besoin de reprendre confiance en eux ou, inversement, à ceux d'entre nous qui se réjouissent de voyager et de pouvoir retrouver la vie qu'ils connaissaient avant le début de la pandémie. 

Un message d'optimisme clair, et que le secteur de l'aviation, dont ENAIRE fait partie de la chaîne avec les compagnies aériennes, les aéroports et de nombreux autres opérateurs, nous sommes prêts à répondre aux besoins émotionnels de voyager, de voir sa famille, ses amis ou simplement d'aller à la plage. Ce sera une bonne année, et je suis sûr que je ne me tromperai pas. Je voudrais encourager tout le monde à prendre l'avion le moment venu, pour le moment il y a quelques restrictions avec le passeport COVID-19, mais elles disparaîtront progressivement et voyager sera le plaisir qu'il a toujours été.