PUBLICIDAD

Marruecos

Éducation et empathie avec les victimes pour enrayer la radicalisation violente

Le forum "Radicalisation violente en Espagne", organisé à l'université Francisco de Vitoria, est devenu un cadre de réflexion sur les processus et les conséquences de l'extrémisme violent et du terrorisme
Éducation contre la radicalisation

 -  

Les tendances à la polarisation des positions dans la société espagnole, ainsi que dans le reste du monde, représentent un risque croissant de radicalisation violente et d'apparition du terrorisme dans nos populations. C'est pourquoi la détection précoce des signes et la compréhension des aspects qui favorisent le développement de ces radicalisations sont devenus des points clés de la prévention de l'extrémisme violent. Les réponses coordonnées qui mettent en place des stratégies claires et opportunes sont des éléments clés de la lutte contre la radicalisation. À la lumière de cette réalité, l'éducation à la diversité, aux opportunités, au respect et à l'empathie devient de plus en plus pertinente. 

"Le processus de radicalisation est très progressif, comme l'une de ces pentes très douces que l'on ne réalise pas avoir gravies avant d'en atteindre le sommet", a expliqué Beatriz de León Cobo, organisatrice de la conférence "Radicalisation violente en Espagne. Présentation des conclusions", qui s'est tenue mardi à l'Université Francisco de Vitoria à Madrid. 

Beatriz de Leon Cobo, organizadora de la jornada ‘Radicalización violenta en España. Presentación de conclusiones’ e investigadora del Centro de Seguridad Internacional de la Universidad Francisco de Vitoria
Beatriz de Leon Cobo, organisatrice de la conférence "Radicalisation violente en Espagne. Présentation des conclusions" et chercheur au Centre de sécurité internationale de l'Université Francisco de Vitoria.

L'événement a réuni des personnalités de premier plan dans les domaines de la lutte, de la prévention et de l'étude des processus de radicalisation, qui ont réfléchi à ces questions et ont apporté des perspectives différentes sur l'histoire, les conséquences et les implications de la violence extrémiste. Ainsi, tout au long des trois panels dans lesquels s'est déroulée la conférence, sont intervenus des professionnels de premier plan tels que Manuel Marlasca, journaliste spécialisé dans le terrorisme, Eva María Jiménez, ambassadrice du Réseau de sensibilisation à la radicalisation (RAN) pour l'Espagne, Josep García, chercheur à la Fondation euro-arabe des hautes études, et Ana Habiba Dahbi, coordinatrice de l'association AIDA au Maroc.

Le deuxième panel a présenté des exposés de plusieurs membres des forces et corps de sécurité de l'État, spécialisés dans la lutte contre le terrorisme et les mouvements radicaux. Parmi eux figuraient Javier Abadalejo, ancien conseiller du ministère de l'intérieur auprès de l'UE, Marcial Piriz, commissaire en chef du corps de la police nationale, et Francisco José Vázquez, chef de l'unité de lutte contre le terrorisme de la garde civile, ainsi qu'Ignacio Cosidó, directeur du centre de sécurité internationale de l'UFV. 

Francisco José Vázquez Aznarez, jefe de la Unidad de Terrorismo del Servcio de Información de la Guardia Civil, (UCE2), en el evento ‘Radicalización violenta en España. Presentación de conclusiones'
Francisco José Vázquez Aznarez, chef de l'Unité Terrorisme du Service d'Information de la Guardia Civil (UCE2), lors de l'événement "Radicalisation violente en Espagne. Présentation des conclusions".

Lors de la conférence, les résultats du travail de la doctorante Beatriz de León et de sa collaboratrice Victoria de Miguel Yubero ont été présentés : "Dossier de recherche sur la prévention et la détection de la radicalisation violente en Espagne". En outre, cette recherche, financée par la Fondation pour les victimes du terrorisme, a servi de base à l'élaboration du "Manuel pour la prévention et la détection de la radicalisation". 

Ce guide contient "des directives pédagogiques pour expliquer ces questions aux enfants dans un langage clair qui les prépare à cette réalité, des indications pour détecter la radicalisation, des facteurs de risque et des mécanismes et stratégies de prévention", comme l'a expliqué Victoria de Miguel. 

Ana Isabel Díaz Delgado, responsable del Área Internacional de la Asociación Víctimas del Terrorismo
Ana Isabel Díaz Delgado, responsable du secteur international de l'Association des Victimes du Terrorisme.

Ainsi, dans son discours d'ouverture, Javier de Cendra, doyen de la faculté de droit, d'entreprise et de gouvernement de l'UFV, a souligné l'importance de l'éducation dans la construction d'une "culture de la rencontre" respectueuse de la différence et de la diversité. Poursuivant dans cette voie, la première table ronde - composée de professionnels de premier plan - a une nouvelle fois souligné la pertinence de la connaissance et de la formation ainsi que des projets éducatifs en tant qu'éléments de prévention.

"Le processus de radicalisation est similaire pour tous les mouvements, quel que soit leur type", a déclaré le journaliste Manuel Marlasca, qui a souligné le rôle fondamental des médias et conclu que la lutte contre la polarisation et la violence "passe par l'éducation. Nous devons apprendre aux gens à s'informer eux-mêmes". De même, ce premier panel a également abordé les problèmes de détection et de travail sur les "facteurs qui affectent la radicalisation des jeunes", selon la coordinatrice d'AIDA, Ana Habiba Dahbi. 

La table ronde suivante, composée de membres des forces de sécurité de l'État, a porté son attention sur les radicalismes auxquels la société espagnole a été confrontée, depuis l'ETA, en passant par le GRAPO, jusqu'à l'apparition du djihadisme. Les intervenants, de hauts responsables de la police et de la garde civile, ont fait la lumière sur des questions telles que le rôle de l'Espagne dans les initiatives antiterroristes d'Europol, l'émergence de nouveaux processus de radicalisation - en lien avec le mouvement djihadiste - et les problèmes de sécurité liés à l'extrémisme violent et non violent. 

Javier de Cendra, decano de la Facultad Derecho, Empresa y Gobierno de la Universidad Francisco de Vitoria, en el evento ‘Radicalización violenta en España. Presentación de conclusiones’
Javier de Cendra, doyen de la faculté de droit, d'entreprise et de gouvernement de l'université Francisco de Vitoria, lors de l'événement "Radicalisation violente en Espagne. Présentation des conclusions".

"Il ne fait aucun doute que l'atmosphère de polarisation sociale qui existe - non seulement dans notre pays, mais dans le monde entier - se développe à une vitesse vertigineuse, et peut conduire à des activités radicalisées violentes. Et dans un monde aussi connecté, tout ce qui se passe ailleurs nous affecte", a déclaré le commissaire en chef du corps de la police nationale, Marcial Piriz. "Qui n'a pas entendu parler de questions telles que la menace hybride ou le conflit asymétrique ? 

Enfin, le troisième et dernier panel était composé de deux intervenants qui ont été victimes de mouvements radicaux violents en Espagne. Ainsi, inévitablement, l'une des organisations qui a eu le plus de poids implicite dans cette dernière partie du colloque était le mouvement ethno-nationaliste basque violent, l'ETA.  

Josep García, sociólogo y responsable de proyectos de investigación sobre la radicalización en la Fundación Euroárabe de Altos Estudios, en el evento ‘Radicalización violenta en España. Presentación de conclusiones’
Josep García, sociologue et responsable des projets de recherche sur la radicalisation à la Fondation euro-arabe pour les études supérieures, lors de l'événement "Radicalisation violente en Espagne". Présentation des conclusions".

Les interventions des représentants de la Fundación de Víctimas del Terrorismo et de l'Asociación de Víctimas del Terrorismo ont défendu l'importance de "refléter l'histoire des victimes, qui montrent leur courage à travers leurs témoignages". Ainsi, conformément à l'atmosphère de toute la conférence, Monserrat Torija, directrice générale de l'aide aux victimes du terrorisme, a soutenu que "les victimes doivent avoir un visage, un nom et un prénom. Il faut leur donner la parole afin de susciter l'empathie dans la société". Et, plus précisément, c'est cette empathie que Torija définit comme "un facteur très important pour prévenir la radicalisation".